SKF est aussi un expert châssis

Partagez

En annonçant le lancement européen de sa gamme de PSD et la production de sa 500 millionième butée de suspension, SKF souhaite promouvoir son expertise châssis et non plus seulement moteur…

Cette année, SKF a célébré la production de sa 500 millionième butée de suspension MacPherson. Un volume de production cumulé impressionnant, auquel le site français de Saint-Cyr-sur-Loire a contribué à hauteur de 300 M d’unités ; un volume qui a été rien moins que multiplié par 5 en 18 ans, passant de 100 à 500 millions entre 2000 et 2018… Et les objectifs pour le futur sont ambitieux, SKF souhaitant franchir le cap du milliard de butées de suspension produites dès 2027 !

Il peut compter pour cela sur un taux de pénétration particulièrement significatif en OE : alors même qu’il détient d’ores et déjà 30 % sur ce marché, l’équipementier estime qu’il devrait atteindre plus de 40 % de parts de marché à l’horizon 2020…

Une gamme PSD pour l’Europe

Cette célébration fait écho à l’annonce, sur Automechanika, du lancement officiel par SKF d’un programme de pièces de suspension et de direction (PSD) pour la rechange en Europe. Cette nouvelle offre, qui couvre dès son lancement 90 % du parc roulant européen, va monter en puissance en 2019 afin de proposer un taux de couverture proche des 98 % via une collection d’environ 3 000 références.

«Le marché nous reconnait aujourd’hui une légitimité certaine en matière d’expertise moteur, explique Stéphane Gendron, directeur commercial rechange auto pour l’Europe de l’Ouest. SKF souhaite aujourd’hui promouvoir son savoir-faire dans le domaine du châssis.» L’expertise «châssis» de l’équipementier n’est certes pas nouvelle en soit : il produit des butées de suspension depuis plus de 35 ans et conçoit même des pièces de suspension et de direction pour une niche comme le marché ‘compétition’ où il dispose d’un prestigieux client au nom de la Scuderia Ferrari… Mais il entend en revanche davantage la mettre en avant. Et le directeur de la rechange auto pour l’Europe de l’Ouest de souligner que «SKF propose d’ailleurs un programme de PSD pour la rechange dans d’autres régions du monde»…

Virage stratégique

Pour justifier ce lancement européen, Stéphane Gendron poursuit estime que «plusieurs signaux positifs nous ont incité à proposer la PSD : durcissement du contrôle technique, de gros potentiels sur les marchés de l’Europe de l’Est ou encore la volonté de certains de nos clients d’opter pour des fournisseurs dans une logique de one stop shop». Au-delà, la stratégique à plus long terme pour l’équipementier est de rééquilibrer le poids de ses deux activités respectives -moteur et châssis- à l’heure où l’on ne cesse de s’interroger sur le devenir des moteurs thermiques. En effet, son activité ‘moteur’ représente à elle seule 65 % de son chiffre d’affaire, contre 35 seulement pour le châssis. «L’objectif serait de ramener la part de l’activité moteur à 50 %, voire d’inverser la tendance», déclare stéphane Gendron.

La nouvelle offre va être portée sur le terrain par les responsables de secteur pour un accompagnement en local chez les distributeurs. L’offre va ainsi bénéficier dès l’année prochaine de la duplication des campagnes annuelles d’animation terrain que SKF organise pour ses pièces moteur auprès ses clients distributeurs.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*