Eléphant Bleu trace sa route vers l’an 2020

Partagez

L’enseigne de lavage automobile Éléphant Bleu vient de dévoiler sa feuille de route pour les deux années à venir, afin de capitaliser sur un exercice 2018 réussi au cours duquel le réseau s’est agrandi de 15 nouveaux centres et a accueilli 8 nouveaux franchisés.

Le réseau Éléphant Bleu réuni pour sa convention 2018 à Paris, en octobre dernier.

Le réseau Éléphant Bleu réuni pour sa convention 2018 à Paris, en octobre dernier.

Éléphant Bleu n’a pas encore trouvé le procédé du voyage dans le temps mais se projeter vers l’avenir, en revanche, ça le connaît. Vers l’avenir proche, en l’occurrence, car la direction du réseau sait aussi être prudente et mesurée. Ambitieuse également, comme en témoigne la feuille de route que l’enseigne de lavage vient de dresser à la suite de sa convention 2018, qui s’est tenue fin octobre à Paris.  Les franchisés du réseau ne s’y sont d’ailleurs pas trompés, la majorité d’entre eux s’étant déplacés pour assister à la plénière, aux ateliers, pour échanger ensemble et avec leur tête de réseau.

Un développement en franchise accentué

La direction du réseau, dont Patrick Mary est toujours à la tête, se félicite d’ailleurs de la croissance du réseau puisque pas moins de 15 nouveaux centres ont ouvert en 2018 et 8 franchisés ont rejoint l’aventure Eléphant Bleu. Une concrétisation de l’ambition affirmée en début d’année : se tourner davantage vers le développement en franchise. Ces dernières semaines, d’ailleurs, l’ouverture de certains de ces centres franchisés a été officialisée, en particulier ceux de Saint-Mard, en Seine-et-Marne (77), de Saint-Jean-d’Angély, en Charente-Maritime (17) et de Minihy-Tréguier, dans les Côtes-d’Armor (22).

Le premier, ouvert par Arnaud Verfaillie, déjà franchisé dans l’Oise (60), est équipé de trois pistes de lavage à haute-pression (HP), deux portiques de lavage automatique et quatre aspirateurs, en plus des traditionnels gonfleurs de pneumatiques et lave-tapis. Le deuxième, détenu par Corinne et Philippe Tardy, déjà franchisés eux aussi mais dans cette même ville, accueille deux pistes HP, un portique de lavage automatique et deux aspirateurs. Enfin, le troisième est géré par Émile Poidevin, multi-franchisée car elle détient quatre centres Éléphant Bleu dans le département des Côtes d’Armor. Celui de Minihy-Tréguier dispose de deux pistes de lavage HP, de deux portiques de lavage automatique et de deux aspirateurs.

Eléphant Bleu : concept en évolution

Le fait que ces nouveaux centres, tous ouverts par des entrepreneurs déjà franchisés, ont tous fait une place aux portiques de lavage, que le réseau ne déploie que depuis quelques années, signe l’attachement de l’enseigne à l’évolution de son concept et au développement de ses services. Aujourd’hui, la moitié du réseau en est équipé, permettant aux centres qui en disposent de s’adresser à deux types de clientèles bien distinctes, comme l’étude Decryptis commandée par l’enseigne en 2016 le soulignait. Au point que le concept Éléphant Bleu inclut obligatoirement un portique automatique, désormais, devenu un élément central de son modèle économique.

«La vocation d’Éléphant Bleu est de mettre à disposition du client un service complet de lavage dans les meilleures conditions de praticité, de confort et de plaisir avec le double objectif de satisfaire toutes les demandes de l’automobiliste et d’en donner les moyens aux franchisés, insiste Patrick Mary, son directeur général. Le réseau progresse vite car partage la même volonté de suivre les évolutions du marché et des attentes du consommateur.»

Parmi ces attentes, au menu des efforts de l’enseigne l’an prochain, figurent aussi le paiement sans contact, l’application Éléphant Bleu et le concept de tunnel de lavage, qui sera mis en test sur deux sites pilotes dès 2019.

Une attention particulière pour les gérants

Si Éléphant Bleu pense naturellement aux avancées destinées à sa clientèle, il n’oublie pas pour autant de répondre aux attentes de ses adhérents franchisés. De nouveaux outils et services leur sont en effet proposés pour améliorer la maintenance préventive de leurs centres. L’objectif étant de rendre le franchisé autonome sur les opérations de maintenance simple, autrement dit : celles réalisables sans outillage particulier. Ainsi, aujourd’hui, 50% du réseau Eléphant Bleu est autonome sur cette maintenance simple, l’objectif étant d’atteindre les 90% d’ici un an.

Et tant dans son développement franchisé que succursaliste, Éléphant Bleu ne laisse rien au hasard et «maintient sa stratégie offensive dans l’achat de terrain et la transformation de centres concurrents, selon Jean-Christophe Rogez, responsable du développement commercial. L’enseigne est à l’affût des opportunités foncières pour développer des formats de centres sur-mesure adaptés aux moyens de l’investisseur, à la surface disponible, mais aussi aux attentes des consommateurs.»

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*