Actualités Coronavirus

Covid-19: la Fiev monte au créneau

Participant à la journée de concertation organisée par le Ministère de l’Economie quant à l’impact du coronavirus sur l’activité des entreprises française, la Fiev demande au gouvernement une prise en compte plus vaste qu’actuellement des problématiques du secteur…

La Fédération des Industries des Equipements de Véhicule (Fiev) s’inquiète des effets du coronavirus. Présente à la journée de concertation initiée le 3 mars dernier à Bercy par le Ministère de l’Economie et des Finances, s’est dit dans un communiqué satisfaite de voir le gouvernement vouloir suivre l’évolution de la situation des entreprises françaises impactée par le virus.

L’organisation professionnelle souligne en effet les importantes perturbations nées de l’impact de l’épidémie sur l’activité manufacturière chinoise et, en aval, des répercussions économiques sur ses membres fournisseurs des constructeurs d’automobile. Car ces derniers pourraient être soumis à des pénalités de retard de la part de leurs clients, ce qui fragiliserait encore davantage une situation financière précaire du fait des lourds investissements qu’ils à consentir à l’heure actuelle où les changements technologiques et environnementaux sont majeurs. Avec de possibles risques sociaux et économiques significatifs avertit la Fiev…

Médiation et allègement fiscal

Aussi, si la Fiev dit saluer l’annonce du ministre de l’Economie quant à la reconnaissance du «cas de force majeure» pour les prestataires dans le cadre de marchés publics, elle appelle le gouvernement à une prise en compte plus globale de l’impact du coronavirus sur l’ensemble de la filière automobile.

Ainsi, sur un plan conjoncturel, la Fiev demande à ce qu’il se positionne en médiateur pour un dialogue apaisé avec les partenaires des équipementiers, afin que ceux-ci se montrent compréhensifs des problématiques posée par la chute brutale de l’activité manufacturière chinoise qui pénalise toute la chaine d’approvisionnement. Et de préciser que les membres de l’organisation professionnelle s’engagent à surmonter ces difficultés dans les plus brefs délais. Sur un plan structurel également, la Fiev demande une réduction du poids de la fiscalité de production, « à l’origine d’une perte considérable de compétitivité et d’une certaine dépendance vis-à-vis de la Chine », justifie-t-elle dans le communiqué.

De quoi entrevoir une volonté de relocalisation de la production ? Sans aller jusque là, le 7 mars dernier, dans l’émission “Ça roule”, sur Sud Radio, François Roudier, directeur de la communication au Comité des constructeurs français d’automobiles (CCFA), évoquait la volonté des fabricants de véhicules de «mettre en place un double sourcing et de s’assurer que les équipementiers disposent eux-aussi d’un double sourcing». Ce, même si, selon lui, «les pièces et composants en provenance de Chine ne représentent qu’à peu près 300 euros sur le prix d’une voiture neuve européenne».

Les équipementiers peuvent compter sur leurs stocks

Joint au téléphone, Philippe Baudin, vice-président France-Benelux de Schaeffler Automotive Aftermarket et président de la Commission Aftermarket de la Fiev, estime «qu’il est encore trop tôt pour parler de relocalisation» d’une partie de l’outil industriel des équipementiers présents en Chine.

Le dirigeant est d’ailleurs bien en peine, en l’état actuel des choses, d’évaluer la part des pièces et composants fabriqués en Chine distribués sur le marché de la rechange en France et le manque à gagner éventuel pour les équipementiers avec l’affaiblissement de la chaîne d’approvisionnement depuis le début de l’épidémie de Covid-19.

«Idem pour ce qui provient d’Italie : les informations liées à la supply chain ne relèvent pas de la division Aftermarket de Schaeffler, mais du groupe, souligne-t-il. Ce dont nous sommes sûrs, cependant, c’est que les équipementiers automobiles disposent de stocks de composants pour la fabrication de pièces suffisamment importants pour supporter les effets du coronavirus sur la chaîne d’approvisionnement pendant plusieurs mois.» Les premiers à ressentir les effets d’une éventuelle pénurie, selon Philippe Baudin ? «Probablement les fabricants d’équipements d’atelier, sachant qu’une certaine partie des pièces nécessaires à la maintenance du matériel de garage sont fabriquées en Chine, ainsi que les fabricants de pièces techniques, à terme.»

Les pièces de grande vente à l’abri

En ce qui concerne les pièces de grande vente destinées à l’entretien courant, en revanche, l’optimisme est de mise chez le président de la Commission Aftermarket de la Fiev. «Il n’y a pas d’inquiétude concernant la disponibilité de ce type de pièces ni de leurs composants», relève-t-il, faisant ainsi écho aux mots de Fabrice Godefroy, directeur général du groupe de distribution IDLP et du groupement Alternative Autoparts dans l’émission “Ça roule” du 7 mars. «Pour les pièces de grande vente, il y aura de toute façon des alternatives, déclarait-il au micro de notre consœur Laurence Péraud. L’inertie du stock des équipementiers, en outre, est importante. Mais il y aura un trou d’air à un moment où à un autre, et d’abord sur les pièces techniques et captives.»

La principale préoccupation des équipementiers aftermarket que représente Philippe Baudin à la Fiev, en l’occurrence, serait plutôt centrée sur les hommes et les femmes qui composent les équipes en France, en l’état actuel de l’épidémie. «La circulation des personnes porteuses du virus et leur respect des conditions d’hygiène édictées par l’Etat est primordial car il suffit d’un collaborateur malade pour contaminer un service tout entier. D’où nos encouragements, en cas de doute sur son état de santé, à ne pas se déplacer», souligne-t-il.

Raison pour laquelle les commerciaux, sur le terrain, ont été invités à la prudence et «que les formations techniques au centre RepXpert de Clamart ont été ajournées». Car, oui, la formation risque elle aussi de pâtir de la situation sanitaire. Surtout si, ou plutôt quand, la France passera au niveau 3 de vigilance.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (2 votes, moyenne : 3,50 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction