L’emploi a progressé dans les services de l’auto en 2019

Une enquête de l’ANFA sur le recrutement dans la branche des services de l’automobile en 2019 montre une progression de 7,1 % par rapport à 2014. Bien entendu, ce travail ne tient pas compte de la crise engendrée par l’épidémie de Covid-19.

Pour télécharger l’étude intégrale, cliquez sur l’image.

L’Observatoire des métiers des services de l’automobile de l’ANFA a mené une grande enquête sur l’évolution des recrutements dans la branche des services automobile en 2019. Il ressort de ce travail qu’en moyenne, la branche a comptabilisé 13 recrutements pour 100 salariés en poste.

36 % des établissements ont recruté au moins une personne en 2019. En tout, ce sont près de 54 570 recrutements (hors contrats d’alternance), soit une augmentation de 30 % par rapport à l’année 2017. Les secteurs Vente et Maintenance Véhicules particuliers représentent plus de la moitié des recrutements et un quart des recrutements concerne le métier de mécanicien/technicien auto, viennent ensuite les métiers de la carrosserie et du poids lourd, qui sont chacun à l’origine de 8,5 % des recrutements.

« Réalisée avant la crise sanitaire et la crise économique qui en a suivi, elle permet de comprendre les mécanismes de recrutement dans un contexte économique positif. En 2019, la branche a connu une progression de l’emploi de +7,1 % par rapport à 2014, soit une hausse de 27 850 salariés. 62 % des recrutements viennent pallier un départ et 38 % sont dus à une création de postes », explique Marie-Sophie Girardin, responsable Projets à l’Observatoire des métiers des services de l’automobile et auteure de l’enquête.

Seulement 1 % de femmes

En 2019, 21 % de l’ensemble des volontés de recrutements ne sont pas arrivés à leur terme. Parmi ces recrutements non aboutis, on constate que :

  • 40 % concernent les postes de mécaniciens ou techniciens auto.
  • Près d’un quart, les métiers de la carrosserie-peinture.
  • 6 % les postes de contrôleur technique.

« En janvier et février 2020, les volontés de recrutement étaient optimistes : 21 % des établissements projetaient d’augmenter leurs effectifs salariés, quand seulement 2 % pensaient les réduire », souligne Marie-Sophie Girardin. Il est à remarquer que plus de 3/4 des recrutements sont en CDI, soit une augmentation de 5 points par rapport à 2017 et 89 % des recrutements concernent un emploi à temps plein. Toutefois, il n’y a que 1 % des femmes qui occupe un poste de mécanicien auto. Elles sont plus représentées dans les métiers d’enseignant en école de conduite (37 %), d’employée de station-service (58 %) ou de secrétaire (93 %).

L’ANFA note des efforts de formation

Si entre 2004 et 2013, le secteur a perdu des emplois et a donc formé moins d’apprentis, en 2019, près d’un tiers des établissements emploient au moins un alternant, soit 2 points de plus qu’en 2017.

« Les entreprises ont bien compris cette situation complexe de recrutement et agissent pour réduire les difficultés à venir. Ainsi, la formation, et surtout l’alternance, a fortement progressé ces dernières années (+47 % entre les rentrées 2014 et 2019), permettant aux professionnels de recruter de futurs personnels qualifiés, rappelle M-S. Girardin. La crise sanitaire et économique liée à l’épidémie de Covid-19 pourrait conduire à la même dynamique. Il est donc plus que jamais nécessaire d’assurer une continuité du lien entre formation et emploi à travers l’alternance. D’autant que même en temps de crise les entreprises font face à des départs et doivent renouveler leur main d’œuvre ».

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction