Actualités Atelier Connectivité

France Atelier devient Keybas et met l’IoT au cœur de l’atelier

L’internet des objets (“Internet of Things”) appliqué à l’atelier automobile prend de l’épaisseur avec la mue de France Atelier en Keybas, une nouvelle identité qui témoigne surtout d’une ambition plus large d’interconnecter les équipements d’atelier entre eux, dans les garages ou les centres de reconditionnement VO, et de se déployer en-dehors des frontières françaises.

France Atelier n’est plus une « simple » place de marché dédiée à l’équipement de garage. L’entreprise n’est plus non plus un « simple » spécialiste de la gestion d’ateliers. En devenant Keybas, acronyme de “Key Business Automotive Solutions”, la société fondée en 2018 par Mickaël Perrin affirme ses ambitions. Des ambitions européennes, d’abord, puisque Keybas, qui est en train de déployer son activité en Belgique, entend bien accompagner le développement de ses clients grands comptes, qu’ils soient constructeurs, distributeurs VN/VO ou groupes spécialisés dans l’entretien et la réparation auto, hors des frontières françaises.

Des ambitions technologiques, ensuite, car Keybas entend se positionner comme leader de l’IoT appliquée au domaine de la réparation et du reconditionnement VO. L’IoT, acronyme anglais de l’internet des objets, s’inscrit dans le développement de services à forte valeur ajoutée qui est l’identité même de Keybas. « Notre ADN c’est la fusion d’un savoir-faire technique associée à la finance, au service et à l’excellence de l’expérience client, rappelle Mickaël Perrin, son P-DG. Notre groupe embrasse désormais de multiples technologies : IoT, Energie, Digital, R&D, intégrées et agrégées pour nos clients. »

Keybas : de la R&D et des brevets

Et de la recherche et développement, il en a fallu à Keybas pour appuyer son ambition dans le domaine de l’IoT. « L’IoT, c’est faire parler les machines entre elles pour que l’homme qui les exploite puisse créer un environnement technique cohérent, explique Christian Demenais, le chevronné nouveau directeur général adjoint de Keybas, arrivé en novembre 2020 fort de plus de 30 ans d’expériences dans le secteur automobile, d’Iveco à Tchek en passant par ADP, MSX et Dekra Automotive Solutions, entre autres. Nous avons développé et breveté des boîtiers et des capteurs afin de permettre à des équipements aussi divers que des ponts élévateurs, des équilibreuses ou des démonte-pneu, par exemple, de dialoguer entre eux afin d’effectuer un suivi très fin de leur activité. »

Une interconnexion qui permet notamment de surveiller en temps réel l’état de l’ensemble des machines et de gérer leur service après-vente, mais aussi de contrôler l’état des véhicules eux-mêmes à l’aide de scanners. La localisation d’équipements et la gestion de flux de matériels sont aussi du domaine de l’IoT et Keybas entend proposer ses services dans ces domaines à ses clients, qu’ils soient garagistes ou qu’ils pratiquent le reconditionnement VO. « L’activité de reconditionnement, en particulier, a besoin de ce type de services et nous allons pouvoir adapter l’IoT au parcours des véhicules afin de pouvoir, en amont, chiffrer automatiquement la remise en état puis effectuer le suivi en temps réel du flux auquel est soumis le véhicules, et évaluer le niveau de performance de chaque étape », précise Christian Demenais.

Terrain, grands comptes et marque blanche

La force de Keybas, c’est de pouvoir apporter cette dimension IoT aussi bien aux MRA qu’aux grands groupes de distribution VN/VO. « Nous conservons nos trois canaux de commercialisation : notre force terrain de quinze personnes, dimensionnée pour aborder tous types de réparateurs, du MRA au concessionnaire, mais aussi notre équipe grands comptes, à même d’aller chercher du business auprès des constructeurs et du Top 50 des groupes de distribution VN/VO, ainsi que notre solution d’e-shops personnalisés en marque blanche », précise Christian Demenais. Même si c’est le dynamisme de l’activité grands comptes qui porte l’ambition d’une croissance « à deux chiffres » de Keybas.

Parce que malgré l’IoT, l’offre de solutions en matière d’énergie ou le digital, Keybas n’oublie pas ce qui a fait sa notoriété immédiate : la place de marché d’équipements de garage. Et les solutions financières qui vont avec. « Nous avons d’ailleurs relancé une opération de lease-back début février, une activité que nous pratiquons de plus en plus afin de permettre aux réparateurs de générer le cash dont ils ont besoin actuellement », précise le nouveau DG adjoint. Cette marketplace riche d’entre 80 et 85 000 produits aujourd’hui est en constante expansion, afin de proposer les solutions de réparation les plus pertinentes et les plus performantes aux clients historiques de France Atelier, y compris dans des technologies de rupture, comme les bancs de recalibration ADAS ou les équipements dédiés à la réparation des véhicules électriques.

« Nous ne perdons jamais de vue les besoins du client de nos clients et si cela passe par des solutions sur-mesure, notre force de terrain est là pour les proposer », insiste un Christian Demenais qui, malgré les grandes ambitions de Keybas, en France comme à l’international, n’oublie pas que même les plus petits MRA peuvent avoir besoin d’équipements et de services ultra performants.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Romain Thirion

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com