Marché Climatisation – Consommables et fluides coulent de source

Parmi les indispensables de l’entretien des systèmes de climatisation, les consommables de type huile et traceurs figurent au premier rang. Si tous n’en font pas un business principal, à l’image de HC Cargo qui a les produits à sa gamme, sans les pousser particulièrement, d’autres en ont fait un réel argument commercial.

Huile pour compresseurs«Le remplacement du compresseur et de la bouteille déshydratante nous permet de mettre en avant les consommables, explique Carine Corcella (Frigair). Les antibactériens, les huiles, les traceurs et autres ont vu leurs volumes croître de 33% pour nous en 2014.» Preuve que les professionnels de l’atelier, forts d’une habilitation renouvelée ou confirmés dans leur spécialisation clim’, prennent leur utilisation au sérieux. «Il faut toujours remplacer l’huile lorsque l’on intervient sur le compresseur, rappelle Pascale Pujols (ESC).

Le produit de rinçage se développe également car, grâce aux enseignements de l’attestation d’aptitude, les garages ont enfin compris l’importance de rincer le circuit au moment de changer le compresseur ; et les produits ne sont pas très chers, de l’ordre d’une dizaine d’euros maximum. ESC a vu ses volumes de consommables grimper de 10% en 2014 et de 16% sur la seule huile. Et la société a fait de l’azote hydrogéné l’un de ses produits de contraste prépondérants, «car dans le cadre écologique mis en place en 2009, c’est un produit entièrement neutre

La révolution HFO-1234yf encore loin

Ces solutions, au sens propre du terme, font preuve de l’innovation encore à l’œuvre dans le marché de la climatisation. Mais l’innovation n°1 de ces dernières années, c’est bien le fluide frigorigène HFO-1234yf, censé remplacer le R134a en première monte. Et si certains constructeurs, notamment Daimler-Benz, renâclent encore, c’est bel et bien le gaz de l’avenir… mais pas en après-vente ! Du moins pas encore. Car le produit est cher, «très cher, même, 200 euros le kilo», affirme Jean-Louis Villeneuve (AVA Moradia). Jusqu’à 250 euros, en réalité.

C’est pourquoi le produit, selon lui, ne représente qu’une petite part des ventes de la rechange indépendante, où le R134a correspond à 95% des volumes. Et même plus, selon P. Pujols. «Le 1234yf ne représente qu’1% de nos ventes et c’est une part proportionnelle à nos ventes de stations dédiées uniquement à ce gaz, assure-t-elle. Et le prix hyper élevé n’aide en rien, d’autant que la quantité de gaz à injecter est la même, entre 400 et 600 grammes selon le véhicule…» De quoi faire exploser l’addition. «Même en cas de choc, les assureurs sont réticents à l’idée de payer aussi cher.» Pour une fois, on les comprend…

 LES AUTRES ARTICLES DU DOSSIER CLIMATISATION
  1. Le Bienheureux “effet parc”
  2. Une progression générale
  3. Condenseur : un volume sûr
  4. Compresseur : neuf, reman et MDD !
  5. Un impératif nommé « déshy »
  6. Consommables et fluides coulent de source
  7. Filtre d’habitacle : il respire le dynamisme !
  8. Stations de clim’ : peut mieux faire…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur