Contrôle Technique 2012: tout ce qu’il faut savoir

7 nouveaux points de contrôle renforcent cette année le contrôle technique, dont 6 donnent uniquement lieu à des observations et un seul peut entraîner une contre-visite. Parallèlement, 6 autres points de contrôle déjà existants évoluent vers l’obligation de contre-visite.

  • Les 6 nouveaux points non soumis à contre-visite :
    1. Le système de désembuage avant (point 3.3.3.). Il est contrôlé au niveau du flux de l’air pulsé sur le pare-brise. Il n’est pas prévu de vérification de la lunette arrière dégivrante pour le moment.
    2. Les feux antibrouillard avant (4.1.2.) dont le fonctionnement et le réglage seront vérifiés à l’aide d’un réglophare.
    3. Le faisceau électrique (4.4.6.) au niveau des feux avant est examiné mais uniquement pour sa partie visible.
    4. L’avertisseur sonore (7.2.1.) et sa commande qui sont testés et non plus seulement inspectés visuellement.
    5. Le cinquième point concerne uniquement les VUL et valide la présence et la conformité de barres anti-encastrement et de protections latérales (pour cyclistes) sur les véhicules dont l’homologation le prévoit.
    6. Enfin, l’indicateur de vitesse (7.2.6.). L’opération est réalisée dans l’enceinte du centre mais hors de l’atelier car la faible vitesse d’un banc de freinage ne permet pas de vérifier de façon fiable son fonctionnement sur tous les véhicules.
  • Le nouveau point de contrôle sanctionné par une contre-visite :
    • La détérioration importante du dispositif d’antivol (7.2.5.1.2.), le fameux « Neiman », reste une interrogation. Si on peut comprendre que son absence soit sanctionnée, «nous n’avons jamais rencontré ni entendu parler de cas de blocage de ce dispositif», reconnaît Jean-Marc Lopez, directeur technique et Qualité chez Autosur.
  • Les 6 points de contrôle existants qui passent d’observation simple à une obligation de contre-visite :
    1. Le système d’assistance de freinage (1.5.1.2.1.). Il est testé en deux temps. D’abord en pompant sur la pédale de frein -contact éteint- jusqu’à ce que la pédale durcisse. Par la suite, le contrôleur remet le contact et observe le repositionnement adéquat de la pédale.
    2. L’assistance de direction (2.3.1.2.1) et (2.3.1.3.1.) doit fonctionner sans point dur et ne présenter aucune fuite.
    3. La suspension (5.1.1.1.1.) ne doit pas présenter d’avaries importantes de fonctionnement (suite à choc par exemple).
    4. Les roulements de roue (5.2.3.1.1.) : le contrôle sanctionne le jeu excessif constaté roues pendantes
    5. Le circuit de suspension, y compris les accumulateurs type Citroën, Range-Rover… (5.2.7.3.1.) : il ne doit pas fuir. Avec ce nouveau contrôle, les véhicules équipés de suspensions pneumatiques sont dorénavant contrôlés au niveau de la suspension.
    6. Enfin, les roues (5.3.1.2.1.) et (5.3.1.3.1.) ne peuvent présenter de résistance anormale à la rotation. Le contrôle est réalisé roues pendantes. Elles doivent être fixées correctement, avec l’intégralité des écrous de roue.
  • Le motif de contre-visite écarté en 2012 :
    • L’absence du triangle de sécurité, s’il n’existe pas de feux de détresse sur le véhicule (4.3.12.2.1.) et (4.3.12.2.2.) n’est certes plus soumise à contre-visite, mais mieux vaut rappeler à l’automobiliste que son absence, comme celle d’un gilet dans le véhicule reste, pour la police, soumis à procès-verbal…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Avatar