Visitorat : moins de quantité, plus de qualité

Bien sûr, il y a des espaces vides; bien sûr, il y a moins d’exposants; bien sûr, il y a moins de visiteurs. Interrogez ceux qui n’ont pas voulu prendre un stand, et ils vous disent évidemment qu’ils ont bien fait, même si les rencontres commerciales furtives dans les allées leur sont visiblement moins confortables que celles construites dans la chaude ambiance d’un stand d’accueil.
On peut, à l’inverse, soupçonner les exposants qui sont venus contre vents épidémiques et tsunami financier de vouloir pratiquer la méthode coué. Quant à l’organisation, elle a sûrement raison de ne pas publier les chiffres quotidiens contrairement aux années précédentes. Mais ce silence ne fait que conforter les pessimistes…

Equipementiers : moins de quantité, plus de qualité
Reste qu’à la «mi-temps» de l’événement, les avis des exposants-équipementiers sont tous à peu près similaires: moins de quantité, mais plus de qualité. La moindre affluence permet de meilleures conditions de disponibilité que les années précédentes et ils disent avoir déjà rencontré ceux qu’ils souhaitaient voir. Les visiteurs étrangers ont semble-t-il été nombreux dès le premier jour… et les visiteurs français qui ont bravé la psychose de la grippe et les frimas de la crise viennent pour acheter.

Equipement de garage: en attendant le week-end…
Côté équipements de garage, l’inquiétude baisse. Le nombre de visiteurs croît depuis mercredi, avec sinon la satisfaction du grand nombre, du moins celle, là aussi, de la qualité. Eux aussi ont vu la plupart de leurs clients grands comptes. Mais ils restent prudents jusqu’à la fin de la semaine: ils attendent le rush de la clientèle réparateurs prévue pour le week-end.

Société de service: business inter-stands

Les sociétés de services ont, pour certaines au moins, eu de bonnes surprises. Des opportunités de business nouvelles naissent d’une recherche accrue de partenariats. Ce qu’ont ne peut plus développer faute de budgets d’investissement, on le recherche dans les stands voisins. Ils sont quelques uns à s’étonner positivement d’avoir ainsi engrangé plus d’opportunités « inter-stands », qui restent certes à concrétiser, qu’au cours des éditions précédentes. Bref, la crise financière a peut-être en la matière une vertu inattendue: à mauvaise fortune, bons coups?

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction