Bonne année pour Speedy

Même léger, le +1% annoncé par Speedy en 2009 est plutôt une bonne nouvelle pour l’enseigne, alors que la réparation traditionnelle s’attend de son côté à finir l’année entre -5% et -2%. Dans un contexte d’hyper-concurrence entre acteurs de la «nouvelle distribution» qui se sont tous rués cette année sur le produit «révision», le patron de Speedy reconnait que «nous avons souffert, comme les autres », mais que «peu d’enseignes peuvent prétendre aux mêmes performances», se félicite-t-il.
Dans le détail, «il y a inévitablement des familles de produits qui ont baissé en volume, comme l’échappement ou, dans une moindre mesure, le freinage», explique-t-il. En revanche, «certaines activités comme la climatisation, les vidanges et les révisions ont progressé». Même le pneumatique, famille particulièrement concurrencée, a échappé au recul.
Une belle performance en soi pour Speedy, ses quelque 350 centres intégrés et 150 franchisés. Dans une année difficile, Jacques le Foll et son équipe ont donc su maintenir l’enseigne et prouver définitivement qu’ils savaient gérer l’après-Gilles Chauveau, le patron historique de l’enseigne remercié début 2008.
Reste peut-être à faire baisser une pression que les responsables de centres vivent parfois mal et dénoncent à mots couverts. Mais il est vrai aussi que la pression est inscrite dans les gènes de la franchise et plus encore dans la relation avec les centres filialisés. Au-delà du reproche, le réseau aspire peut-être tout simplement, comme le résume l’un de nos interlocuteurs, à une meilleure communication entre siège et terrain…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction