Carrosserie Assurances

Avec Tractable, Covéa passe à l’IA

Partenaire de Tractable depuis 2016, le groupe Covéa va déployer en 2021 l’outil d’intelligence artificielle de l’entreprise américaine auprès de son réseau de réparateurs “agréés” ainsi que de ses clients assurés auto, afin d’accélérer le traitement des dossiers et réserver aux experts « les tâches les plus complexes ».

Le monde de l’assurance se met massivement à l’intelligence artificielle dans le cadre de l’expertise photographique. Parmi les derniers à communiquer sur le sujet, Covéa vient d’annoncer le déploiement de l’IA de son partenaire Tractable au cours de l’année 2021 pour les assurés de l’ensemble de ses trois marques : Maaf, MMA et GMF. Désormais, les milliers de carrossiers agréés du réseau Covéa pourront prendre les photos des sinistres qu’ils ont à traiter et les faire passer à la moulinette de l’IA de Tractable.

Tractable adepte de l’apprentissage profond

Basée sur une technologie de deep learning permettant à l’ordinateur, en croisant des millions de photos fournies par des réparateurs, des évaluateurs ou des consommateurs, de donner du sens aux impacts occasionnés par le sinistre « comme le ferait un humain », précise Covéa. « En accélérant les décisions et en rendant le processus plus efficace, l’IA permet d’analyser les réclamations en quelques minutes, au lieu de quelques jours. Cela garantira également que les ateliers de carrosserie suivent les méthodes de réparation les plus appropriées et les plus sûres et permettra aux experts de concentrer leur attention sur des tâches plus complexes », affirme le groupe mutualiste.

« Avec notre IA, un réparateur n’aura pas à attendre les approbations d’un évaluateur en personne, mais peut effectuer une réparation immédiatement, ce qui lui donne plus d’autonomie, les aide à travailler sur plus de véhicules et s’assure que l’expertise est dirigée vers des réclamations complexes. L’objectif est de remettre l’assuré sur la route, le plus rapidement possible », ajoute de son côté Adrien Cohen, co-fondateur et président de Tractable.

Réduire les délais de prise en charge

En lisant entre les lignes, l’IA se chargera de certifier si le véhicule accidenté relève de critères de dangerosité et si, oui ou non, une procédure complexe de type VE ou VEI doit être diligentée. Des tâches effectivement plus complexes et nécessairement dévolues à l’expert. Pour les sinistres qui ne le nécessitent pas, c’est l’IA elle-même qui recommande « les meilleures pratiques et les méthodes de réparation les plus sûres aux ateliers partenaires de Covéa ». Quoi qu’il en soit, l’accélération promise des processus de prise en charge et de réparation a pour objet l’amélioration de la satisfaction client par la réduction des délais.

« Utiliser l’IA pour accélérer l’évaluation des sinistres est un changement radical pour les assurés des marques MAAF, MMA et GMA, et pour nos prestataires de réparation. En plus de rendre le traitement des réclamations plus efficace, l’intelligence artificielle de Tractable permettra à toutes les parties prenantes de prendre de meilleures décisions plus précises qui profiteront à tous » affirme Bruno Lacoste Badie, directeur expertise et solutions d’indemnisation chez Covéa.

ExcellIA pour un déploiement efficace

Afin d’assurer à l’IA de Tractable un déploiement efficace, Covéa a mis en place le partenariat ExcellIA, qui comprend la plateforme de services Darva et des fournisseurs de solutions de carrosserie comme Lacour, en plus de Tractable. « L’IA de Tractable a traité plus d’un milliard de dollars de réclamations automobiles pour plus de 20 des plus grands assureurs mondiaux, dont Ageas, l’un des plus grands assureurs automobiles du Royaume-Uni, Tokio Marine et MS&AD, les plus grands assureurs automobiles du Japon, et PZU et Talanx-Warta , les plus grands assureurs automobiles de Pologne », précise Covéa. Le signe d’une pleine confiance.

5 commentaires concernant “Avec Tractable, Covéa passe à l’IA”

  1. Les experts aujourd’hui ne détiennent plus le savoir… Il est vrai que constater des « experts auto » qui n’ont jamais pratiqué la réparation automobiles va dans le sens de Covéa. Les Experts auto ont cru se gaver. Eh bien c’est le contraire qui va arriver avec ce système….
    L’expertise n’est pas obligatoire, l’auriez-vous oublié?..

  2. C’est le système qui va choisir les méthodes de réparations les plus sûres ???
    Et ce que dit le constructeur, elle va en penser quoi, l’IA ?
    Une fois de plus, les assureurs prouvent qu’ils veulent se passer des experts, mettre un peu plus la pression sur les réparateurs qui devront bien sûr s’équiper avec un nouveau logiciel, qui va coûter un bras, sans aucune contrepartie…

  3. Nous ne refusons pas l’intelligence artificielle mais encore une fois, elle profite toujours aux mêmes.
    Les assureurs cherchent à réduire leur coût sinistre au détriment des professionnels et de la sécurité des usagers.

  4. Avatar CHRISTOPHE LEBAILLY / 5 mai 2021 á 10 h 01 min / Répondre

    Bonjour,
    Il faut laisser les évolutions se mettre en place et ne pas refuser le progrès mais l’assureur occulte le fait qu’à travers l’utilisation de ce support IA, il ne paie plus l’expert pour l’étude des dossiers traités par ce logiciel et refuse de payer le réparateur pour le travail supplémentaire qu’il doit fournir en réalisant le dossier à envoyer.
    C’est encore le réparateur qui doit prendre ces frais supplémentaires sous sa coupe. Entre les marges qui diminuent sur les pièces constructeur (malgré les fortes augmentations qu’ils ont réalisé), les temps de main d’oeuvre de plus en plus court, la technicité qui demande des personnels bien formés et donc bien payés, la profession de la réparation automobile va voir peu à peu les petites structures disparaître au profit des gros groupes. IL me reste 8 ans à faire avant la retraite, heureusement !!!

  5. Comment respecter le principe du contradictoire désormais….!!!!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Romain Thirion

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com