Carrosserie Réparation-collision

Libéralisation des pièces captives : impact marginal sur la prime d’assurance ?

L’effet réel d’une libéralisation du marché des pièces de carrosserie sur la baisse des primes d’assurance pourrait ne pas être si fort qu’attendu. Le comportement du conducteur restera la clef, selon Raimi Adet, président d’ActuData.

La borne SpeedTarif d’ActuData peut être installée chez n’importe quel vendeur VN/VO et peut proposer rapidement des devis d’assurance auto de manière automatique au moment de la réservation du véhicule.

Courtier délégataire capable de concevoir, gérer et distribuer des contrats d’assurance auto, entre autres, ActuData suit de très près l’évolution du dossier de la libéralisation du marché des pièces de carrosserie. « Aujourd’hui, les assureurs soutiennent dans le fond la proposition de loi introduisant une ouverture de ce marché à la concurrence. Leur crainte réside toutefois dans le fait qu’il ne s’agisse que d’une initiative parlementaire, et non d’un projet de loi soutenu par le gouvernement », confesse Raimi Adet, CEO d’ActuData.

Reste que le prix actuel des pièces de robe, soumises à une hausse des prix continue d’année en année. « Or, la prime d’assurance continue d’être calculée en multipliant la fréquence des sinistres par le coût moyen sinistre. Les assureurs ont la main sur le taux de main d’œuvre de leurs carrossiers agréés, mais la pièce, elle, échappe à leur maîtrise alors qu’elle pèse 60% du coût… et peut-être même 70% », relève le dirigeant. Un marché libéralisé couplé à une baisse du kilométrage, donc de la sinistralité, devrait ainsi mécaniquement faire baisser la prime.

Une baisse de prime : cocktail complexe

« Certains assureurs ont diminué cette prime en 2020, jusqu’à 5 points pour certains, d’autres ont fait du cash-back, mais beaucoup n’ont rien fait pour leurs assurés », déplore Raimi Adet. Mais alors que, durant des années, les assureurs ont mis la pression sur le taux horaire, qui n’augmente plus que dans une moindre mesure, la pièce, elle, a continué de voir ses tarifs s’envoler. « Chaque année, la pièce prenait au moins 5 points de plus », rappelle le CEO d’ActuData. Bien au-dessus de l’inflation constatée sur les prix à la consommation. Une libéralisation du marché pourrait donc « permettre d’aller récupérer l’équivalent de 3 points d’inflation », selon Raimi Adet. 3 points ajoutés aux 5 points rendus par certains assureurs en 2020, cela signifierait une diminution de 8 points de la prime d’assurance !

A condition que la sinistralité reste à un niveau mesuré, comme en 2020, ce qui n’a rien d’évident si les digues du télétravail cèdent et que la circulation reprend fort. « Encore une fois, ce sont les conducteurs vertueux, qui ne provoquent pas d’accident responsable, qui seront les gagnants », confirme le dirigeant. Et ceci, dans les conditions d’usage actuel du véhicule. Car si les boîtes noires finissent par s’imposer dans les véhicules en juillet 2022, rien ne dit que les données d’accident enregistrées ne diluent pas la responsabilité du sinistre. Pour l’instant, les assureurs sont présentés comme exclus de l’accès des fameuses données, mais si ça n’est pas le cas, les bons conducteurs pourraient ne plus être si nombreux si l’ensemble des comportements au volant est pris en compte… Ce qui fournirait un argument supplémentaire au maintien de la politique de prime d’assurance actuelle.

SpeedTarif ou la borne de génération de devis automatique

La borne SpeedTarif permet à l’acheteur potentiel d’un véhicule, s’il ne dispose pas encore d’assurance ou s’il souhaite en changer, de générer des devis auprès de nombreux assureurs. Une fois son choix arrêté, il peut scanner les documents nécessaires à l’obtention du fameux « papillon vert », en version définitive cette fois, et non sous la forme temporaire habituellement générée en ligne lors du choix de son assurance auto.

Conçue et distribuée par ActuData, SpeedTarif est actuellement en phase de test chez une dizaine de concessionnaires. Mais quelque 200 prospects sont déjà intéressés par son installation dans leur showroom.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com