Carrosserie Tarifs

Inflation(s) : le CNPA inquiet de la non-prise en charge des assureurs

Face aux flambées de tarifs de la peinture, de l’énergie, des pièces et des équipements, le CNPA et sa branche Carrosserie s’inquiètent du manque de prise en charge par les assureurs des augmentations que subissent les réparateurs.

Comme souvent, le CNPA aime élargir le débat quand celui-ci semble trop se focaliser sur un seul point. Même si ce point, en l’occurrence les ingrédients de peinture, est un élément clef de la facture de réparation. Alors que la flambée des prix de la peinture et des produits afférents se poursuit début 2022, l’organisation professionnelle a profité du début des vacances de Noël pour apostropher les assureurs à propos de leur prise en charge des hausses de tarif auxquelles font face les carrossiers depuis plusieurs mois. Ou plutôt, de leur demander de justifier la non-évolution de leur prise en charge… Au total, 16 compagnies et mutuelles d’assurance ont été relancées par le CNPA à l’approche des fêtes de fin d’année.

Une période de négociation des conditions d’agrément entre les carrossiers et leurs donneurs d’ordres. Des donneurs d’ordres que l’organisation professionnelle avait pourtant déjà sollicité à l’orée des vacances d’été. « Depuis l’alerte lancée le 5 juillet dernier par le CNPA, les facteurs incompressibles de production en carrosserie ont en effet poursuivi leur augmentation effrénée, tandis que les conditions de prise en charge par les assureurs n’ont pas évolué », regrette-t-elle. Et le CNPA de rappeler que ces intrants dépassent la seule peinture, puisque l’énergie, les pièces, le matériel de garage, le gaz de climatisation et la main d’œuvre elle-même connaissent des hausses inédites.

« Cette absence d’évolution des niveaux de prise en charge, alors même que le nombre de sinistres a considérablement chuté depuis 2019, dans un contexte dégradé depuis la survenance de la crise sanitaire, met en péril de très nombreuses entreprises, notamment celles qui ont investi pour assurer une prestation du meilleur niveau de qualité à leurs clients », ajoute le CNPA. D’autant que les entreprises de réparation-collision ont dû faire une croix sur l’indemnisation de la désinfection des véhicules au début de l’été 2021, ce que l’organisation professionnelle réclame de nouveau. « Le CNPA a demandé aux compagnies et aux mutuelles de reconsidérer les niveaux de prise en charge lors des négociations tarifaires, s’agissant des membres de réseaux agréés, mais aussi de mieux appréhender les niveaux d’indemnisation des réparations s’agissant des entreprises non agréées », appuie la fédération.

6 commentaires concernant “Inflation(s) : le CNPA inquiet de la non-prise en charge des assureurs”

  1. réponse a Jérôme c est tout a fais possible il suffit de ce réunir tous ensemble dans votre secteur de zone de chalandise de ce regrouper et de négocier ensemble ps j ai réuni une quinzaine de réparateur du secteur hors de mes horaire de travail et après avoir discuter longuement avec eu concurrent et confrère nous avons crée une chartes de responsabilité mettant chacun nos argument et il on très vite compris l enjeux pour leur futur et ça marche Mr teston

  2. @mr teston
    Votre cas est loin d’être reproductible en masse, c’est une exception.

    La majorité des carrossiers hors réseau constructeurs ont besoin des agréments pour vivre et il existe toujours un voisin près à prendre l’agrément que vous seriez près à lâcher.

  3. depuis longtemps, nous avons abandonné les agréments et nous nous en portons très bien: nouveaux investissements, prêts de véhicules gratuits, évolution des salaires pour tous les compagnons, trésorerie multipliée pas deux, formation du personnel… que du bonheur! Faites comme nous et vous verrez le résultat, cher confrère; c’est vous qui avez le savoir-faire et pas eux. Posez vos condition, n’ayez pas peur, foncez et vous ne le regretterez pas.

  4. Aller y on vous regarde, pendant ce temps là vous verrez vos petits copains et voisins carrossier récupérer vos agréments et vous aurez plus qu’à fermer.

    Il n’y a aucune cohésion réel dans le monde de l’automobiles et les assurances le savent bien que c’est chacun pour sa gueule donc ils n’ont rien à craindre…

  5. +1…; une seule chose à faire !
    Dénonciation des agréments et application de tarifs libres (avec remise aux clients en direct, mise à disposition d’u véhicule de remplacement,…) !

  6. Allez-y les carrossiers, continuez à dépendre du bon vouloir des assureurs, du leur mépris de la loi et de la libre concurrence, de leur mépris de ceux qui les font vivre en faisant le sale boulot…. Continuez à prendre en charge tous les services aux assurés (convoyage, véhicule de remplacement, nettoyage ,…) pendant que les compagnies font croire à leurs clients que ce sont elles qui « assurent » et qui s’occupent de tout … Si cela fonctionne, et à moindre cout, pourquoi les assurances se priveraient-elles de cela ?? Par respect de leurs prestataires, par souci de transparence envers leurs sociétaires ? Vous rêvez …. dans ce monde de loups les artisans carrossiers sont des lapins, ou plutôt …des vaches à traire !!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Journaliste par vocation, diplômé du Centre de formation des journalistes (CFJ) de Paris en 2010, il fait ses armes dans la presse quotidienne régionale et nationale avant de s'orienter vers la presse automobile, d'abord grand public puis professionnelle.

Intéressé depuis tout petit par l'auto, il est spécialisé dans l'actualité du secteur de la réparation-collision et dans les réseaux de garages sous enseignes multimarques.

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com