Les agents généraux AXA… en sergents-recruteurs anti-libre choix !

Dévoilé par la FFC-Réparateurs, ce courrier d’AXA montre comment l’assureur a “dégradé” ses agents généraux en sergents-recruteurs de réparateurs agréés. Il y a urgence : il faut accélérer le trop inabouti enrôlement de “réparateurs Nobilas” pour finaliser un réseau agréé digne du contrôle attendu des flux de réparation (80% ambitionnés). Et de fait, réduire d’autant l’impact du libre choix. Les armes distribuées aux agents généraux : jouer sur la peur de la perte de business et surtout, sur le fait qu’AXA refusera toute prise en charge à tout réparateur non agréé dès le 1er janvier !

Pour télécharger l’intégralité de ce courrier d’AXA à ses agents généraux, cliquez sur l’image

S’il fallait encore une preuve de l’antipathie qu’inspire le libre choix aux assureurs, on la trouve dans ce courrier d’AXA à son réseau d’agents généraux et exhumé par la FFC-Réparateurs la semaine dernière : «la Loi Hamon va encore renforcer la compétition sur le marché automobile tout en nous demandant de rappeler le libre choix du réparateur au moment d’un sinistre», déplore ce texte du 3 décembre co-signé par Jacques de Peretti, DG AXA Particuliers/Professionnels d’AXA et par Pascal Chapelon, président de «Réussir», le syndicat des agents généraux AXA.

Combattre le libre choix

En plus de la concurrence croissante, évoquée dès l’entame de cette lettre, des mutuelles sans intermédiaire, des bancassureurs et des consommateurs qui utilisent le net de façon croissante, AXA souligne l’évolution spécifique qu’elle craint sur le marché de la réparation-collision : «Le marché va se scinder en deux catégories :

  • Les partenaires des assureurs, délivrant des prestations à prix maîtrisés et bénéficiant du volume d’orientation des assureurs (les “gentils”, prêts à signer avec le couple Nobilas/Elexia, les deux plateformes fétiches d’AXA de son point de vue assurantiel) ;
  • Les garages non partenaires, qui vont se fédérer sous diverses formes pour attirer les clients sinistrés en proposant des prestations/cadeaux/avantages financiers dont ils répercuteront le prix sur la facture de réparation (les “méchants”, toujours du même point de vue…)

C’est bien là toute la crainte des assureurs : les «prestations/cadeaux/avantages» deviennent possibles dès lors que ces carrossiers “félons” peuvent retrouver, avec leur liberté de clientèle, des taux horaires décents. Et les consommateurs concernés risquent effectivement de comprendre que ces «prestations/cadeaux/avantages» sont, à l’occasion d’un sinistre, bien plus attractifs que les promesses de baisse ou gel des tarifs de primes d’assurances.

Bien sûr, les assureurs peuvent menacer de répercuter sur les primes d’assurance  la dérive des coûts de sinistres qu’ils craignent de la loi Hamon. Mais ils sont aussi prisonniers de leur propre environnement concurrentiel (les mutuelles, bancassureurs et assurés-internautes évoqués plus haut) et de cette autre infamie de la scélérate loi Hamon : la possibilité pour le consommateur de résilier son contrat à tout moment dès la seconde année de souscription pour suivre une meilleure promesse tarifaire opportuniste.

Rattraper le retard pris par le réseau agréé AXA

Embourbée dans son choix Nobilas qui, dans beaucoup de régions, ne tient pas ses promesses et à quelques jours de la fin du préavis de résiliation de son ancien réseau agréé, AXA semble avoir fait ses comptes : pour endiguer les effets annoncés de la loi Hamon, il faut passer «aujourd’hui par une accélération forte de l’orientation vers nos partenaires (NdlR : carrossiers agréés et plateformes amies de gestion de sinistres) de 50% fin 2014 à 65% en 2015 et un point de passage à 60% en juillet» ! Avec 80% pour taux ultime.

C’est donc la règle, sauf « situations particulières que seul l’agent peut appréhender », condescend l’assureur pour permettre aux agents généraux une latitude commerciale. Mais ce ne seront que des exceptions à la règle : « un comité paritaire mensuel aura pour mission d’identifier et de suivre les actions à mener localement pour obtenir la croissance, mois après mois, de notre taux d’orientation », souligne AXA. Car il faudra servir le maillage de «garages partenaires» ambitionné par l’assureur et promis à ce dernier par Nobilas. Il doit être digne des 4 millions de véhicules assurés par AXA : «Le nombre de garages partenaires sera à tout moment supérieur à 1 500 garages, ce qui est le nombre optimal». Pour mémoire, ils étaient 1 900 quand la résiliation massive arrivait en septembre 2013

Agents généraux dégradés en sergents-recruteurs…

Alors les agents généraux sont-ils chargés d’aider leur assureur à convaincre les réparateurs d’accepter l’agrément version Nobilas ? Une première mesure “carotte” est proposée à destination des agents généraux : «AXA prendra en charge un plein d’essence au-delà d’une distance client/garage SAD de 30 km. Les modalités de cette prise en charge seront discutées avec les représentants Réussir (NdlR : le nom du syndicat des agents généraux AXA) d’ici la fin de l’année».

En ce qui concerne l’insuffisant enrôlement des garages du fait de leur trop grande résistance à “l’option Nobilas”, les carrossiers connaissent en revanche le bâton : «Deuxième mesure clé, la prise en charge devient dès le 1er janvier 2015 un service que nous devons réserver à nos partenaires : elle ne sera délivrée par l’intermédiaire de nos experts […] que pour les garages partenaires». C’est donc toutes ses forces délocalisées que l’assureur vient de lancer pour finaliser son réseau agréé : les experts AXA comme d’habitude et maintenant, ses agents généraux qui vivent encore plus principalement des produits AXA.

Grosse pression sur les carrossiers

Rien d’étonnant donc à ce que, sur le terrain, ces derniers soient actuellement nombreux à distiller un message anxiogène et pressant auprès des carrossiers récalcitrants. Il y a déjà cette menace que fait peser sur les “ex-AXA” la toute proche échéance de leur résiliation qui les précarise depuis plus d’un an («au 1er janvier, si vous n’avez pas signé ou re-signé avec Nobilas, vous allez perdre tout le business AXA…», expliquent en substance les émissaires d’AXA).

Et voilà que les carrossiers découvrent maintenant qu’ils n’auront plus le confort de la prise en charge AXA s’ils résistent malgré tout à leur “Nobilassisation”. A l’heure où les trésoreries des carrossiers sont déjà tendues, l’argument est aussi monstrueux –un quasi-chantage– que potentiellement efficace…

Bien sûr, tous les agents généraux n’apprécient pas d’être ainsi instrumentalisés. A commencer par ceux qui, nombreux, craignent que les carrossiers déjà largement agacés n’en viennent à mettre leur menace à exécution : parce qu’AXA veut imposer la plateforme de gestion, toutes les autres assurances souscrites auprès de l’assureur à titre personnel ou à celui de l’entreprise de réparation seront transférées ailleurs, au détriment direct… l’agent général concerné. Mais il en va des agents généraux comme des experts : le poids du donneur d’ordres impose de laisser de côté les états d’âmes (voir aussi «SAD : quand AXA jouait de la carotte avec ses agents généraux»).

Quant à la FFC-Réparateurs qui a débusqué cette stratégie d’AXA, elle a fait part de ce courrier à la DG Trésor en charge de finaliser la rédaction de l’arrêté qui doit mettre en scène le libre choix dans son quotidien légal. Une façon de lui montrer que la loi Hamon pourrait se faire écraser bien jeune si on ne lui tient pas la main…

6 commentaires concernant “Les agents généraux AXA… en sergents-recruteurs anti-libre choix !”

  1. Oups !!! J’avais raté ça…
    Agent General AXA, je peux vous dire combien certains (certes rares…) sommes avec la régularité de la montre Suisse, « incités » à aller vers Nobilas… et les CSE ! Pourquoi ? Parce que les vieux comme moi qui avons délégation de règlement outrepassons allègrement la volonté du Maître. Y compris pour ce qui concerne les PEC… que nous réglons sur présentation de factures le jour de leur arrivée dans nos Cabinets après que les experts « agréés AXA » les aient annulées comme l’exige leur Roi. Et ce ne sont pas les mesures complémentaires « d’incitation financière » en crédit commercial qui vont nous faire changer d’avis ! Encore moins notre syndicat ici largement corrompu sur l’argument fallacieux de la « baisse de 30% de l’exigence du besoin de ressources sur la branche auto » dont parle le sieur De Peretti. Balivernes !!! Tous les ans, AXA exige une augmentation de ressources démesurée sur le tarif des Agents et lâche royalement, après de pseudos négociations, des queues de cerises. Le syndicat crie sa victoire et… nos clients vont voir ailleurs ! Parce que AXA est le champion des augmentations régulières du tarif auto pour compenser les pertes de ses autres distributeurs, à commencer par Direct Assurances qui « rembourse la différence sur son tarif » si on trouve moins cher ailleurs !!!
    Claude (BEBEAR), reviens ! Ils sont devenus fous !
    Et concernant les CSE, quand tout le réseau aura accepté ce moyen de régler les sinistres des Agents, service bien entendu payant et très cher, AXA pourra comme il l’espère donner ses ordres à tous ses salariés dont les « compétences » nous font… pleurer !!!
    Bon courage à vous ! Souhaitez nous la même chose à nous les survivants du système assuranciel basé sur le droit des assurances, c’est à dire le Droit Civil… et non les Conventions, petits arrangements entre amis !
    Allez, à bientôt.

  2. Vivement le libre du choix de l’expert pour l’assuré !!!

    • L’assuré a le libre choix de l’expert, et ce , depuis toujours, l’usage fait que l’assureur missionne l’expert mais ce n’est pas légal!

      Article R326-1
      Modifié par Décret n°2006-1808 du 23 décembre 2006 – art. 2 JORF 31 décembre 2006
      L’expert en automobile doit indiquer à la personne qui envisage de faire appel à lui le prix de sa prestation.

      L’expert ne peut se substituer au propriétaire du véhicule que s’il en a reçu mandat écrit.

      IL suffit de faire appliquer la loi!!!

  3. Axa a du trouver le moyen d’impacter les commissions des agents sur les réparations faites en ateliers agréés… Donc les agents vont faire le boulot des partenaires intermédiaires de la réparation d’axa!!!
    La protection est notre vocation!!! la protection de nos dividendes évidemment!!!!

  4. Félicitation pour cette trouvaille qui reflète bien la pression qu’exercent les assureurs sur les professionnels de l’automobile : Réparateurs et Experts.
    Nous sommes tous d’accord pour dire que le Payeur ne doit en aucun cas être l’apporteur d’affaires.
    2015 sera l’année du « désagrément » amorcée par cette Loi Hamon qui défend les intérêts des consommateurs et pour une fois va permettre aux carrossiers et aux experts de subir moins de pression notamment grâce au décret sur le Libre choix Réparateur qui est tant attendu…
    (…)

  5. Bonjour
    Encore une preuve de l’ingérence permanente et habituelle des assureurs dans les métiers de l’automobile. Ils ont tellement peur d’y laisser des plumes qu’ils payent des pleins d’essence: on croirait un gag si ce n’était pas écrit sur le courrier AXA!!!
    Quand l’assureur offrira la franchise et fera des tarifs low cost ce sera bien mais ça n’arrivera pas de si tôt. La preuve est faite que la loi Hamon fait peur aux assureurs qui voudraient qu’elle soit déjà obsolète.
    Alors avis aux courageux experts et réparateurs qui ne veulent plus bosser à des tarifs dérisoires, sortez de ce système et faites les remises à vos clients et non plus aux assureurs qui vous mangent vos bénéfices et vos marges.
    Informons les clients et expliquons-leur qu’on les arnaque depuis si longtemps sur les réparations faites au rabais, à la demande des assureurs et avec la complicité de certains experts bien serviles.
    Utilisons la presse, internet et tous les supports possibles pour les informer de ce qui se passe à leur insu et sur le vrai visage des assureurs.
    La bataille sera rude mais ce n’est qu’à ce prix que les libertés se gagnent.
    À bon entendeur
    David

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (10 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction