Le réseau AD a rejeté le modèle AXA-Nobilas!

Dans une réunion presse en marge du récent Congrès des réseaux AD 2014, Stéphane Antiglio, président d’Autodistribution, a expliqué pourquoi le réseau de carrossiers AD a refusé le modèle AXA-Nobilas dès la fin d’année 2013…

s_antiglio-AD_620

Stéphane Antiglio, président d’Autodistribution, à propos du refus du modèle AXA-Nobilas: «Nous souhaitons un partenariat avec un apporteur d’affaires qui soit à la fois responsable et raisonnable».

C’est la première fois qu’un réseau de carrossiers −et non des moindres puisqu’il s’agit du premier de France− officialise aussi clairement son refus du modèle “AXA-Nobilas”. Au cours d’une réunion presse en marge du dernier Congrès des Réseaux AD, Autodistribution vient de faire connaître sa position de rejet. Un rejet que le groupement et son réseau “Carrosserie AD” exposaient en fin d’année dernière à la plateforme de gestion de sinistres, puis à l’assureur lui-même, a raconté Stéphane Antiglio, le président d’Autodistribution. Trois raisons majeures ont ainsi été clairement évoquées :

  • En premier lieu, les conditions contractuelles imposées par Nobilas. Sans entrer dans le détail, Autodistribution a justifié son refus par une position de principe : «Nous souhaitons un partenariat avec un apporteur d’affaires qui soit à la fois responsable et raisonnable», a souligné Stéphane Antiglio ; Or, cet accord [AXA-Nobilas] faisait peser sur notre réseau une dynamique que nous avons jugée malsaine. C’est une décision qui a été prise avec la commission des réparateurs».
  • Ensuite, parce qu’une partie du projet [AXA-Nobilas] fait peser un risque de sur-représentation d’un assureur sur un carrossier, ce qui constitue de facto une dépendance économique, a-t-il poursuivi : «C’est également une situation très dangereuse pour l’assureur lui-même ou la société en question [Nobilas]. Vous savez qu’il existe des lois sur ce sujet : s’il y a dépendance économique et qu’il y a défaillance de l’entreprise dépendante, la responsabilité peut remonter à celui qui est en amont».
  • Enfin, il y a aussi la question de l’incompatibilité propre au “modèle Nobilas” qui est, selon le président d’Autodistribution, «un projet qui mélange l’apport d’affaires avec une stratégie de centrale d’achat, ce qui est évidemment incompatible avec la stratégie d’Autodistribution», a-t-il conclu sur ce sujet…

Voilà des arguments que nous saurons évidemment soumettre à la sagacité des juges du tribunal Correctionnel et du tribunal de Commerce devant lesquels Nobilas nous a cités à comparaître pour diffamation et dénigrement commercial. Dans un article que nous publiions en fin d’année dernière lors de la première mise en demeure de notre site par la plateforme de gestion de sinistres, nous concluions d’ailleurs en évoquant la rumeur d’un rejet de certains réseaux (voir «Nobilas nous menace… et elle a tort !»). La rumeur est donc devenue factuelle…

Cette position officielle d’Autodistribution et de son réseau de carrossiers n’aura sûrement pas non plus échappé aux instigateurs du site “ninobilas-nisoumise.fr” qui ont certes déjà été récemment relaxés par le tribunal Correctionnel, mais sont encore poursuivis par Nobilas pour « préjudice subi »…

8 commentaires concernant “Le réseau AD a rejeté le modèle AXA-Nobilas!”

  1. Avatar P.FAURE Carrossier / 3 octobre 2014 á 11 h 27 min / Répondre

    Nous parlons de quoi? Du carrossier en recherche de travail, de l’assureur apporteur d’affaires ou du groupement AD Carrosserie qui prend 3% au passage? Tout cela ressemble à un conflit d’intérêt…

    NdlR: effectivement, de quoi parlons-nous? De ponctions pour enrichir unilatéralement un apporteur d’affaires ou de cotisation participant aussi à la mise au point de réels outils et services utiles à des carrossiers? Qu’est-ce qu’un conflit d’intérêt? Imposer l’achat de pièces et de peinture pour redorer le seul chiffre d’affaires et la rentabilité d’une plateforme de gestion de sinistres ou s’organiser entre tête de réseau et adhérents pour partager les fruits d’une stratégie gagnante?
    Il n’y a évidemment pas de solution parfaite. Mais il y en a qui sont moins parfaites que d’autres, non?

    • Avatar P.FAURE Carrossier / 3 octobre 2014 á 11 h 53 min / Répondre

      La CORA appartient bien au groupement AD ! Ça, c’est du conflit d’intérêt; les carrossiers AD sont ficelés par un minimum d’achat auprès du dit fournisseur. Alors s’il vous plait, c’est l’hôpital qui se moque de la charité!

      NdlR: Pardonnez-nous, mais ça n’est pas un conflit d’intérêt: Autodistribution comme Cora distribuent des pièces et c’est leur métier de base. Que des conditions meilleures soient liées à des volumes d’achats, c’est le jeu classique de toute relation commerciale. Si les pièces en question sont aussi bien, voire mieux positionnées tarifairement, que celles d’autres fournisseurs, le résultat est gagnant-gagnant. Et à en croire les divers carrossiers interrogés, Cora semble assez attractive en la matière…

  2. Magnifique!
    Que reste t’il de ces belles réunions de fin d’année dernière où AXA retranché derrière le dos certes large du directeur général de NOBILAS FRANCE, a lâchement annoncé à son réseau historique sa volonté de le propulser entre les griffes d’une plateforme de gestion de sinistre très exigeante et parfaitement décidée à essorer le réseau en place.
    Il est surprenant de voir qu’a quelques mois de la résiliation effective du réseau de réparateur AXA, celui-ci par l’intermédiaire de NOBILAS n’a toujours pas pu ou su réaliser un maillage cohérent en terme de point de réparation.
    Pauvre assurés AXA, vous avez du soucis à vous faire!
    Quand à vous Messieurs les décideurs AXA vous saurez bien assez tôt si vous avez fait le bon choix.

    • Avatar P.FAURE Carrossier / 3 octobre 2014 á 13 h 05 min / Répondre

      Les pièces adaptables, parlons-en! mal fini, ajustage approximatif, qualité nettement inférieure au constructeur. Au final le lésé est le dernier maillon de la chaîne; le propriétaire du véhicule. Mais je m’éloigne de notre sujet, chacun agit en son âme et conscience, pour ma part, après 37 ans de métier j’ai vu ce métier évoluer dans le bon comme dans le pire, et là je vous rejoins, il faut s’adapter suivant nos possibilités. Bon maintenant j’arrête: j’ai une entreprise à faire tourner.

  3. Cher Olivier.sea, je viens à l’instant de vous lire et suis surpris par votre commentaire.
    Je peux vous dire que je connais parfaitement le modèle des franchises pour travailler avec certaines, toutes activités confondues, en matière d’assurances.
    Bien entendu et vous avez parfaitement raison, aucun système n’est parfait surtout lorsqu’il s’agit de payer pour bosser… Mais, en principe, ceci correspond à des services fournis. Et pour autant, en votre qualité de « franchisé », vous avez largement droit à la parole si vous assistez aux travaux internes.
    En revanche, si les services dont vous êtes sensés bénéficier contractuellement ne sont pas satisfaisants, vous avez des droits… au delà de vos devoirs, ceux que vous avez accepté lors de la signature de votre convention. Et puis, vous n’êtes pas seul. Si ces constats de dysfonctionnements sont partagés par d’autres, vous pouvez peser un peu plus sur certaines décisions, non ? Quant au coût, à ma connaissance aucune franchise n’est gratuite. La marque de peinture ne vous convient pas ? Sont-ce là vos seuls problèmes ? AD vous obligent-ils aussi à consentir d’aussi fortes remises que les réseaux assureurs tels que Nobilas ? J’en doute. Que ce soit le réseau choisi par mon mandant ou celui d’AXA, je vous le redis, l’association des réseaux d’experts agréés par… les compagnies et des réseaux de réparateurs agréés… par les compagnies n’ont qu’un seul objectif : réduire les « expenses » (NdlR: « dépenses » en anglais) de la branche auto des assureurs. Croyez-vous un seul instant que la promesse de pseudo accroissement de votre activité vous permette de conserver vos marges actuelles ? Que préférez-vous : des marges honorables ou bosser « LOW COST » ???
    D’ailleurs, si vous avez choisi d’adhérer à un réseau tel que AD, c’est bien que vous avez parfaitement mesuré les retours sur investissements. Si je peux me permettre, ne vous laisser pas berner par une « belle carrosserie sans avoir ouvert le capot »…
    Très bonne journée.

  4. Bravo à AD et ses représentants. « C……. le caribou » dirait un de mes amis canadiens… De fait, la preuve est aujourd’hui apportée que lorsqu’on ose s’opposer à de telles structures, les forces sont, comment dire, inégales! « Tes arguments ne me conviennent pas, alors je t’assigne… » Mais là où AD marquera l’histoire de la réparation automobile, en précurseur, c’est dans son refus de répondre à pareil appel des sirènes sur le seul mirage économique d’un fort accroissement de l’activité.
    Car croire et faire croire à ses adhérents que cette augmentation (???) de l’activité se ferait dans un partage financier équitable contribuerait (il faut donc que je fasse attention à ce que j’écris…) à laisser croire au mirage économique dont l’image trouble apparaîtrait très vite dans une réalité bien différente. Là, ça va ? C’est soft???
    Car, soyons certains que si trop peu de réparateurs adhérent en à ce système (faut-il le rappeler uniquement économique et en aucun cas technique), je veux bien prendre le pari qu’un tel modèle mourra de sa belle mort.
    Et puis, quand certains réseaux d’intermédiaires, comme nous appellent désormais nos mandants, auront reçu l’information nécessaire qui leur fait aujourd’hui largement défaut, ils reviendront à leurs fondamentaux ou encombreront de plus en plus les salles des pas perdus des prétoires, mis en cause par leurs clients…
    Quant à moi, j’ai choisi mon camp.
    Enfin et j’en termine, c’est bien ensemble que les choses pourront s’inverser. Certainement pas si chacun reste seul à vouloir défendre son pré carré.
    Mais ceci est une autre histoire…

  5. Ah, le magnifique réseau AD!! trop fort.. Donneur de leçons, mais vaut-il mieux que les autres? Je suis AD depuis 10 ANS, et je suis soumis à cotisation, à participation publicitaire et j’en passe… Quant au mélange de  »l’apport d’affaires avec une stratégie de centrale d’achat », que fait L’AD?
    est-ce une vue de l’esprit de devoir travailler avec la Cora ou peindre nos véhicules en Sikkens??

    Nobilas s’engage avec des contrats et des engagements de volume, on ne peut pas leur retirer cela.

    Que l’AD arrête de donner des leçons…

  6. AD vient de crever l’abcès!! Enfin!!!
    Le modèle Nobilas, comme Capsauto, comme Elexia, est un modèle dépassé pour la notion d’apport d’affaires et aussi un modèle éculé de grignoteur de marges.
    Le réparateurs ne pourront pas dire qu’ils ne savaient pas! IL faut appliquer le principe de précaution et ne pas entrer dans ce type de « réseau »…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (22 votes, moyenne : 4,82 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Jean-Marc Pierret

Editeur du magazine Après-Vente Auto et de son site Apres-vente-auto.com, Jean-Marc Pierret suit depuis 30 ans l'actualité stratégique du secteur de l'après-vente automobile.
Il se passionne tout particulièrement pour les mutations qui traversent et transforment le paysage de l'entretien et de la réparation automobiles.
Avec Stéphane Freitas, il co-dirige Pertineo Group qui détient les sociétés Publi Expert Gestion (Après-Vente Auto et Après-vente-auto.com), AM-Today (Am-today.com) et l'agence de communication Action Media.

Tel. +33 (0)1 41 88 09 04

jmpierret@apres-vente-auto.com