Dossiers AXA et Allianz : cette fois, l’ANEA va devoir taper dans la butte!

 L’ANEA (Alliance Nationale des Experts en Automobile) a deux bonnes raisons de partir à l’assaut des assureurs : le dossier AXA déjà en cours et la récente annonce d’une déforestation brutale du réseau d’experts d’Allianz. 62 cabinets d’experts seront privés de contrat avec cet assureur dès janvier 2015. Soit sans délai raisonnable pour se retourner…

AXA_Allianz_620

Axa et Allianz: les deux dossiers que l’ANEA ne doit pas rater…

Une info venue de nos lecteurs-correspondants!Deux rendez-vous demandés par l’ANEA vont avoir un poids certain pour toute la profession d’expert :  ceux demandés à AXA et à Allianz. le premier avec AXA aura lieu jeudi prochain. son contexte, nos lecteurs le connaissent déjà (voir«l’ANEA s’attaque à AXA… et au BCA !» et «L’ANEA contre AXA (suite) : les régions mobilisées». En plein mois d’août, l’assureur avait déployé des sanctions contre les experts jugés insuffisamment vigilants à son goût en termes de coûts sinistre. Ce n’était pas une vraie surprise, puisque nous les avions révélées en mai («Comment AXA menace ses experts…») et détaillées 15 jours plus tard «(AXA et ses experts (suite) : les dessous du contrat »). La rencontre de jeudi s’annonce, à en croire nos informateurs, musclée : l’ANEA a la ferme intention d’en sortir avec des résultats.

A l’heure où des enquêtes journalistiques viennent de révéler qu’AXA ferait partie des quelques multinationales à avoir grassement profité d’un statut fiscal “spécifique” au Luxembourg (voir quelques uns des multiples articles sur le sujet), l’occasion est belle de demander un rééquilibrage des recettes entre l’assureur et ses experts. Et en passant, si l’ANEA peut aussi parler des carrossiers et de Nobilas…

Allianz : trop, c’est trop ?

L’autre rendez-vous, avec Allianz cette fois, n’est pas encore fixé. Mais il vient lui aussi d’être fermement demandé par l’ANEA. La raison, on la trouve dans la toute dernière lettre d’information de la fédération des experts. Sous le titre «ANEA déplore les conséquences sur la profession des résultats de l’’appel d’’offres lancé par Allianz début juillet», l’alliance énumère les conséquences de la décision de l’assureur. «C’’est un nouveau séisme que vivent nos entreprises, déjà lourdement impactées par d’’autres décisions des assureurs du marché et par la crise qui sévit dans notre pays. Ce séisme frappe doublement la profession des experts en automobile de par son ampleur et par sa brutalité. Plus de 10% des entreprises du marché de l’’expertise automobile sont concernées par la décision d’’Allianz (en gras dans le texte) de ne plus poursuivre leur collaboration avec ce donneur d’’ordres ; concrètement, Allianz réduit son réseau de 180 entreprises à 118. Ce sont donc plus de 60 cabinets, sur les 550 recensés dans la profession, qui ont perdu ce marché».

L’ANEA reproche à l’assureur d’avoir mené les opérations sans jamais la consulter. Il est vrai qu’Allianz n’a guère pris de gants. Annoncée par lettre recommandée le 31 mars, la résiliation avait touché tous les experts (voir«Allianz a résilié tout son réseau d’experts !»)  avec “promesse” d’en reprendre moins. Déjà douloureuse sur le fond, la manœuvre n’avait pas non plus su, ou voulu, mettre les formes. C’est le service achat de l’assureur qui a conduit l’appel d’offres, réduisant les experts à de simples facteurs de coûts désincarnés, encouragés de fait à se proposer à vil prix (voir «Quand Allianz “achète” ses experts…» et «l’appel d’offre d’Allianz est en cours…»).

L’urgence des résultats

«A aucun moment, cette réduction massive du nombre de cabinets à l’’issue de cet appel d’’offres n’’a été discutée avec ANEA», tempête l’Alliance. «La brutalité se caractérise par l’’absence de préavis laissé à nos entreprises (encore en gras dans le texte) qui ne sont pas reconduites dans un nouveau partenariat. La décision est connue depuis le 4 novembre et elle est applicable au 1er janvier 2015 sans exception. ANEA a immédiatement  réagi et fait observer à Allianz que cela n’’était pas acceptable

Pas plus d’ailleurs que pour les heureux sélectionnés qui n’ont guère de temps pour s’organiser : «La brutalité touche aussi les entreprises qui ont été retenues qui  doivent communiquer, d’’ici le 12 novembre, leur jour de passage sur les nouveaux secteurs attribués alors qu’’elles ne connaissent pas les volumes de travail sur ces zones».

Sur le dossier AXA comme celui d’Allianz, l’ANEA sait qu’elle doit avoir des résultats : non seulement la colère gronde, mais les experts −et surtout ceux qui sont centrifugés par la restructuration d’Allianz− vont probablement regarder à la loupe qui sort par le haut de la grande saignée qui pousse 62 experts dans les frimas du marché…

Comme d’habitude, sur ce point comme sur les autres, on vous tiendra au courant…

4 commentaires concernant “Dossiers AXA et Allianz : cette fois, l’ANEA va devoir taper dans la butte!”

  1. Je m’étonne que la profession s’étonne que tels agissements…
    Quelle surprise y a-t-il à voir un assureur débarquer son réseau d’experts ou de réparateurs ?
    Ce n’est pas le premier et cela ne sera pas le dernier.
    L’ANEA fait beaucoup de vagues en faisant mine de s’étonner de la situation; mais tout était prévisible…
    Il est demandé un RDV, mais pourquoi faire? Du vent, comme d’habitude?
    Arrêtez de discuter et faites ce qu’il faut pour que l’expert redevienne vraiment indépendant!
    Que l’ANEA demande au législateur de légiférer sur le libre choix de l’expert pour l’assuré comme cela a été fait pour le réparateur!
    Là, on risque de voir les assureurs tousser…

  2. La rédaction Reçu par mail à la rédaction / 7 novembre 2014 á 13 h 45 min / Répondre

    MESSIEURS

    Une mauvaise nouvelle est tombée ce début de semaine pour les experts auto ALLIANZ dont le résultat du dernier appel d’offre national est tombé comme un couperet sur environ 57 cabinets qui se voient dorénavant supprimer le partenariat et leur volume d’activité sans raison apparente valable et qui représente pour beaucoup d’entre eux une perte très significative de leur chiffre d’affaires atteignant parfois 200000 euros l’année pour 2000 missions confiées, soit 20 à 40% de leur activité.

    C’est un véritable séisme qui secoue la profession d’expert auto libéral et ce, après les mauvaises nouvelles d’Axa en milieu d’année.

    L’échéance de la rupture du contrat des cabinets concernés est à peine de 2 mois et mettra à pied un peu plus de 200 emplois administratifs ou techniques dès 2015.

    Il va sans dire que des actions collégiales vont être rapidement mises en place avec l’aide de l’ANEA et d’un juriste éminent pour défendre les intérêts de ces entreprises dorénavant en grande difficulté.

    Un report de l’ultimatum d’ALLIANZ va être sollicité par les avocats ainsi que des réclamations financières pour perte d’exploitations abusives en milliers d’euros afin de couvrir les frais de licenciement des salariés concernés.

    La guerre est déclarée contre allianz qui prévoit en outre un nouveau contrat de partenariat avec les cabinets retenus d’à peine 1 an.

    Lamentable et misérable.

    NdlR: ce commentaire est arrivé hier soir par mail à la rédaction, avant donc que nous ne mettions en ligne cet article sur le même sujet

  3. Bonjour.
    Est-ce que l’ANEA va continuer à être le berger qui amène le troupeau à l’abattoir ? Il faut espérer que cette fois elle va prendre la défense des experts qui vont finir par grossir les rangs de Pôle Emploi.
    Les assureurs ne se gènent plus pour abattre une partie du troupeau pour faire toujours plus de bénéfices alors rendons-leur la pareille en utilisant le recours direct et en demandant le missionement de l’expert par le propriétaire comme la loi le prévoit. Il n’y a qu’en tapant aux portefeuilles des assureurs que les experts obtiendront leur attention.
    A bon entendeur
    David

  4. Tant que les membres du comité directeur de l’ANEA étaient experts conseils d’Allianz, l’ANEA ne pouvait aller contre Allianz. Les choses ont changé, certains dirigeants d’ANEA ont perdu leur expertise-conseil, alors ça bouge…

    En revanche, les problèmes de fond ne sont toujours pas mis à l’ordre du jour:
    – Illégalité du BCA
    – Missionnement par le propriétaire du véhicule

    Deux beaux chantiers pour l’ANEA…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,20 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction