Escroquerie aux VGE (suite) : l’Etat écrit aux propriétaires des 5 000 véhicules suspects

Partagez

Alors que le procès des experts impliqués dans l’escroquerie des 5 000 VGE transformés illégalement en VO se tenait hier au Tribunal correctionnel d’Evry, l’État a pris les précautions de sécurité routière qui s’imposaient en écrivant aux propriétaires des véhicules suspects pour leur demander de ne plus circuler avec… jusqu’à une prochaine expertise, sérieuse, cette fois-ci.

Emmanuel Barbe Securite Routiere

Emmanuel Barbe, délégué interministériel à la sécurité routière, au micro d’Europe 1 le 14 août dernier.

Il ne fallait pas traîner. Le délégué interministériel à la Sécurité routière a pris la décision qui s’imposait en faisant contacter les propriétaires des plus de 5 000 véhicules concernés par l’escroquerie dite des VGE transformés en VO. L’affaire avait été révélée par Le Parisien en juillet dernier et concernait 5 014 véhicules particuliers et professionnels qui, classés VGE, avaient fait l’objet de certificats de conformité frauduleux de la part d’experts en automobile franciliens pour être revendus ensuite comme VO par leurs complices garagistes.

Sans attendre le verdict du procès desdits experts et de leurs complices réparateurs devant le Tribunal correctionnel d’Evry, qui se tenait ce jeudi 17 septembre et dont nous ne manquerons pas de vous communiquer les conclusions, Emmanuel Barbe a donc enjoint les détenteurs des véhicules identifiés comme suspects à les laisser à l’arrêt et à les faire expertiser de nouveau. « Il y a aujourd’hui plus de 5 000 véhicules potentiellement dangereux sur la route [et] il est de mon devoir d’en informer les propriétaires pour leur demander de ne plus rouler avec leur voiture et de la faire expertiser au plus vite […] Cette première expertise peut être prise en charge par leur assureur. »

Une nouvelle qui devrait en soulager certains, mais en déconcerter beaucoup, la voiture étant sans doute le moyen de transport privilégié pour bon nombre de propriétaires floués. Déjà escroqués, ils se trouvent ainsi pénalisés doublement suite à cette arnaque à grande échelle. « Ces propriétaires étant a priori victimes d’une fraude, ils peuvent effectuer un recours en justice », a toutefois déclaré le délégué interministériel. Voilà qui devrait s’avérer, à court terme, une toute petite consolation, même si les éventuels dommages et intérêts qui résulteraient de ce procès pourraient permettre aux automobilistes lésés de récupérer une partie de la valeur perdue.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 3,50 sur 5)
Loading...

5 Commentaires concernant “Escroquerie aux VGE (suite) : l’Etat écrit aux propriétaires des 5 000 véhicules suspects”

  1. Bonsoir,

    Je suis également victime de cette escroquerie pour lequel le montant des réparations est estimé à 1500 euros… et avec toutes les conséquences que cela engendre sur la vie quotidienne de part l’immobilisation du véhicule.
    Savez-vous si la « ré-expertise » du véhicule sera à nouveau facturé (après réparations effectuées)?
    Le cas échéant, les assureurs prennent ils en charge cette deuxième expertise?
    Avez-vous connaissance de personnes qui ont fait un recours auprès de la justice?

    En vous remerçiant.

  2. Bonjour,
    Je fais partie des 5000 victimes de cette arnaque. Mais il est bien difficile, voire impossible de savoir comment s’y prendre pour se constituer partie civile dans cette affaire. Si vous avez connaissance de la démarche à suivre ou les coordonnées de personnes concernées, je vous remercie de m’en informer. D’autre part, il semblerait qu’un procès ait déjà eu lieu à Evry. En avez-vous eu confirmation ? Quelle suite a été donnée ?
    S’il existe un regroupement des victimes, je souhaiterais y adhérer.
    Je vous remercie pour vos réponses.

  3. Bonjour,
    je suis actuellement dans cette situation, après ces quelques mois, est-ce que certains d’entre vous ont déposé un recours judiciaire ?
    Quelle est la suite pour chacun d’entre vous ? (remboursement etc)

  4. Pas cher = TRÈS CHER

  5. Bonjour je fait partie des ces personnes. Merci de donner des suites à l’affaire car on est dans le flou total. On ne peut plus utiliser notre voiture et pourtant on doit bien aller travailler. Je vais donc effectuer un recours en justice. Merci pour les infos

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*