La Réunion (suite) : un boycott réduit à deux cabinets d’expertise

Partagez

Mercredi 16 septembre dernier, un conseil d’administration extraordinaire de la FNAA-974 a définitivement entériné la décision de refuser l’accès de ses adhérents carrossiers à certains cabinets d’expertise réunionnais. Mais contrairement à la décision initiale de son président, Camille Mourgama, ce ne sont plus trois, mais deux cabinets qui sont concernés sur les dix que compte l’île.

FNAA-974 17 09 2015

La menace brandie par le président de la FNAA-974 a été suivie d’effet. Lorsque nous avons eu vent, la semaine dernière, de la volonté de Camille Mourgama de boycotter trois des dix cabinets d’expertise réunionnais, le conseil d’administration de la section locale de la fédération n’avait pas encore entériné la décision. Finalement, c’est le 16 septembre dernier que celle-ci a été prise, à l’unanimité.

Mais contrairement à ce que Camille Mourgama affirmait dans les pages du Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien en date du 14 septembre, ce ne sont plus trois, mais deux cabinets d’expertise qui se sont vus interdire l’accès aux carrosseries des réparateurs adhérents de la FNAA-974. C’est ce qu’il a précisé dans l’édition du jeudi 17 septembre de ce même journal.

ANEA et assureurs informés

«On a tout fait pour tenter de trouver une solution et permettre à la profession de travailler en toute sérénité, témoigne-t-il. En vain. Notre décision du jour est donc irrévocable. On ne travaillera plus avec les deux cabinets.» Le troisième aurait-il renoncé à ses “agréments” d’assurance subitement, ou se serait-il “couché” devant les menaces de la FNAA-974 ? Quoi qu’il en soit, la décision s’est faite dans une totale franchise, puisque même le principal syndicat d’experts libéraux et même les assureurs ont été tenus au courant.

«L’ANEA, qui représente l’ordre des experts, les compagnies d’assurance ainsi que les deux cabinets concernés ont été informés de notre décision», confirme un Camille Mourgama, soulagé. Car «ce conflit avec les experts a bouffé toute notre énergie pendant des mois et des mois, ajoute-t-il. La tension était énorme, certains étaient prêts à en venir aux mains. Et même plus. A maintes reprises on a frôlé le drame», jure-t-il avec un brin d’emphase.

Certes informés, reste à savoir quelle sera la réaction des deux cabinets d’expertise qui se sont vus fermer les portes des carrossiers adhérents à la FNAA-974. Et quelle sera celle de leurs mandants assureurs. Nul doute qu’ils ne devraient pas en rester là, même si la décision prise par le CA de la FNAA réunionnaise n’a, finalement, rien de très surprenant.

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (3 votes, moyenne : 5,00 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “La Réunion (suite) : un boycott réduit à deux cabinets d’expertise”

  1. L’ANEA représente les assureurs ???
    Désolé de reprendre Mr Mourgama, mais même dans les faits on peut se poser la question de l’indépendance des experts, il n’y a aucun lien entre l’ANEA et les assureurs qui sont assez grands pour se représenter seuls…
    Bravo en tout cas pour cette interdiction, voilà (enfin) une décision qui va marquer le conflit permanent qui ne cesse de monter en puissance entre les experts/assureurs et les réparateurs…
    Il ne reste plus qu’à attendre une réaction de l’ANEA (sic) mais comme d’habitude, elle ne viendra pas ou ne sera pas à la mesure du problème…

    • La rédaction de la citation de M. Mourgama, issue de l’article d’origine, prête en effet à confusion. Mais il ne prétend pas que l’ANEA représente les assureurs : la phrase « qui représente l’ordre des experts », placée entre deux virgules, ne se rapporte qu’à l’ANEA. Vous pourriez remplacer les virgules par des parenthèses, voire ne pas la lire du tout. M. Mourgama explique simplement que l’ANEA a été prévenue, les assureurs aussi et les experts concernés.

      La rédaction

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*