AXA vers un nouveau coup de vis sur « ses » experts libéraux ?

Partagez

A en croire ce dernier communiqué de l’ANEA à l’attention de ses adhérents, AXA s’apprête à revoir sa politique en matière d’expertise auto en 2016 et espère obtenir de “son” réseau d’experts de nouvelles concessions en vue d’un nouveau contrat écrit d’apport d’affaires. Contrat sur lequel AXA espère se baser pour «répartir le marché dans le cadre d’une saine concurrence» entre “ses” cabinets d’experts libéraux et ceux de BCA Expertise !

Cliquez sur l’image pour télécharger le communiqué.

Derrière ses airs rassurants, cette dernière communication de l’ANEA (Alliance nationale des experts en automobile) à destination de ses adhérents ne manque pas de points qui laissent perplexe quant à la relation qui se dessine entre AXA et “son” réseau d’experts libéraux pour les prochaines années. Certes, en revenant sur les évolutions de la Scorecard de l’assureur –laquelle avait posé problème à l’Alliance l’an dernier avant que celle-ci n’obtienne des garanties quant aux critères d’objectivation qu’elle résume– l’ANEA laisse entendre que, sur ce point, ses discussions avec AXA se sont avérées fructueuses…

«AXA va prendre en compte l’incidence de l’orientation dans la définition du coût moyen, annonce ainsi le syndicat d’experts. Cette évolution aura en principe un impact positif sur l’appréciation de la classification (A, B ou C) des cabinets, puisqu’il s’agira de pondérer dans les secteurs le poids des garages non-partenaires. Les résultats 2015 seront recalculés à partir de cette évolution.» Car jusqu’ici, AXA ne pratiquait aucune discrimination positive envers “ses” cabinets d’experts libéraux, quand bien même le nombre de garages “agréés” de leur secteur géographique était moins nombreux que dans ceux de leurs confrères, impactant évidemment le taux d’orientation. Sur ce point, au moins, AXA semble avoir daigné prendre en compte les demandes de l’ANEA…

AXA, dictateur d’une “saine” concurrence

Ce qui est moins encourageant pour les experts adhérents de l’ANEA, c’est de savoir qu’en 2017, ils auront à affronter un nouvel appel d’offres d’AXA pour avoir l’insigne honneur de rester membres de “son” réseau d’experts… «Pour arriver à ce résultat, tous les cabinets du secteur libéral vont recevoir une lettre de résiliation d’ici le 31 décembre 2015, avec un préavis de deux ans, précise le communiqué de l’Alliance. Durant ces deux années, sous le bénéfice d’une prestation en conformité au cahier des charges d’AXA France, le secteur géographique confié au réseau libéral sera figé (pas d’entrée, pas de sortie). Au terme de ce processus, les cabinets retenus au 1er janvier 2018 concluront un contrat avec AXA France pour une durée de 3 ans.»

L’objectif d’AXA, selon l’ANEA : «reconstruire un réseau libéral à côté du BCA, lesquels auront vocation à se répartir le marché dans le cadre d’une saine concurrence»… Seulement, comment parler de “saine” concurrence, voire de concurrence tout court lorsque le mandat de l’expert est donné par le même donneur d’ordres, à savoir AXA ? Et comment parler seulement de concurrence quand le principe même de concurrence implique une liberté des tarifs pour les experts qui, puisque soumis aux mêmes contrats d’agrément et au même coût moyen sinistre, ne peuvent plus se permettre d’exercer les tarifs nécessaires à la rentabilité de leur cabinet, mais seulement ceux qu’autorise l’assureur ?

La couleuvre de la “saine” concurrence risque d’être un peu difficile à avaler pour tout expert qui tient un tant soit peu à l’indépendance du métier de la tutelle des donneurs d’ordres…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (5 votes, moyenne : 4,40 sur 5)
Loading...

3 Commentaires concernant “AXA vers un nouveau coup de vis sur « ses » experts libéraux ?”

  1. Encore du pipo !
    Quand donc les pouvoirs publiques taperont une bonne fois pour toute sur ces assureurs qui font leur loi ?
    Je ne vois pas comment les experts qui sont managés par les assureurs, vont pouvoir respecter l’article « 14 » du futur code de déontologie que le ministère de l’intérieur veut instituer !
    JD

  2. Un petit rappel: le GIE BCA a été dissous par la cour d’Appel de Paris le 21 mars 2006. Immédiatement, les Assureurs ont créé un BCA Expertise SAS au mépris de la Loi. Au vu de l’Article 5 de la loi n 72-1097 du 11 septembre 1972, devenu l’article L 326-6 du Code de la Route (exercice de la profession d’assureur incompatible avec celui d’Expert en automobile) et comme le dit l’article de Capital n°182, « c’est un mélange malsain » qui porte préjudice à la profession des Experts Libéraux. Les personnes morales qui ont créé le BCA, aussi bien le GIE condamné que la SAS, sont les Assureurs.
    Le Président Monsieur Brousseau est une personne physique nommée par les actionnaires. Donc, vu la condamnation du GIE BCA à cesser sont activité, la forme juridique de BCA SAS aurait dû être condamnée de la même manière en s’appuyant sur les mêmes textes de lois. Pourquoi L’ANEA n’as pas réagi? Je vous laisse deviner.
    Pour votre info, Monsieur Brousseau à été nommé par les Associés-Actionnaires. Où est donc l’indépendance de ce Cabinet D’expertise Autos vis-à-vis des assureurs actionnaires? Les Experts salariés encadrée par une hiérarchie -qui ne sont pas tous Experts- ont des instructions très précises pour minorer leurs expertises. Où est l’indépendance de l’expert BCA? Tout ceci au détriment à la fois: des Réparateurs (ces Experts ayant perdu de vue par contrainte l’expertise amiable et contradictoire) et des assurés en donnant le minimum sur les valeurs à dire d’Expert par exemple. Actuellement, les Experts véritablement indépendant, sont ceux affiliés au SEI:http://www.expertsindependants.com/

  3. Et voilà encore pleins de poudre aux yeux pour les experts libéraux, avec la bénédiction de l’ANEA !!! Comment parler de « saine concurrence » alors que le BCA n’est pas soumis à TVA et que Axa est l’un des actionnaires du BCA ??? comment va faire un expert libéral pour s’aligner sur le tarif BCA ?
    La qualité de l’expertise va se dégrader un petit peu plus…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*