AXA/NOBILAS (suite) – Enfin un carrossier « pro-Nobilas »…

Partagez

logo origine lecteur 1Voilà qui va peut-être cette fois faire plaisir à Nobilas, elle qui est le centre de tant de ressentiments de carrossiers et qui les passionne visiblement : les seuls 8 articles que nous avons publiés sur cette entreprise cumulent déjà… 37 471 pages vues, soit l’enviable moyenne de 4 684 « clics » par article !

Même dans le contexte pré-judiciaire qui nous oppose à Nobilas et sans pour autant changer une virgule à ce que nous avons déjà écrit sur le sujet, il est normal et logique de donner « la parole à la défense ». Nous avons donc joint l’auteur de ce témoignage inhabituel (pour relire le commentaire « #3 Laugel », cliquez ici) afin de nous assurer préalablement qu’il y a un vrai professionnel derrière et, autant que l’on puisse s’en rendre compte, qu’il ne s’agit pas d’un commentaire « téléguidé ».

Nous sommes effectivement tombés sur un carrossier en chair et en os : Aymeric Laugel, le jeune patron du Garage du Stade à Folschviller (57), sous enseigne « 123 Autoservice ». Quant à son indépendance d’esprit, il a tenu à être clair : «que personne ne vienne expliquer que je suis payé d’une façon ou d’une autre pour dire du bien de Nobilas», précisera-t-il fermement au terme de notre entretien.

Sa vision de « l’affaire Nobilas » ? Pour lui, c’est avant tout une question de génération : «Il faut être concret et honnête : la belle époque des carrossiers est révolue. On ne peut plus se « gaver » comme avant. Les « anciens » ont plus de mal que « les jeunes » à entrer dans le rail de l’industrialisation de ce métier. C’est la vérité : ce sont souvent eux qui se plaignent durant les réunions Nobilas…»

Pour Aymeric Laugel, pour ses 33 ans et pour sa première aventure d’entrepreneur, Nobilas a été une chance. «Quand j’ai repris ce garage en même temps que la crise débutait, j’ai trouvé une entreprise de réparation à 80% carrosserie et sans aucun agrément», raconte-t-il. Il y a deux ans, «la crise m’a mis devant une alternative : trouver une solution ou mettre la clé sous la porte».

« Il ne faut pas croire que tout est facile« 
C’est là que Nobilas est entrée dans la vie de son entreprise. «J’ai d’abord pris un contrat d’un an sans obligation de volume qui a plutôt bien marché. J’ai ensuite signé un contrat Partinium (NDLR : avec engagement de volume). Aujourd’hui, nous travaillons à 75% avec Nobilas. C’est un danger, c’est vrai, mais j’ai un contrat de 5 ans. Nous sommes à 10 véhicules/semaine. J’ai pu éviter de mettre des gens au chômage et je n’oublie pas que l’entreprise aurait dû mourir il y a deux ans…»

«Je vous rassure, tempère-t-il : il ne faut pas croire que tout est facile dans un contrat de 100 pages comme le « Partinium » de Nobilas ; mais au bout du compte, c’est quand même le carrossier qui le signe. Honnêtement, quelle société peut aujourd’hui vous donner une telle visibilité sur 5 ans ? Je peux vous dire que le banquier ne vous regarde pas de la même façon quand vous lui présentez une telle perspective…»

Et quand il a constaté que certaines fournitures de services s’avéraient plus chères chez Nobilas qu’ailleurs, il ne s’est pas démonté malgré ses engagements contractuels : «je l’ai démontré preuves à l’appui et j’ai conservé mes propres fournisseurs !», affirme-t-il…

« Cela m’a permis d’investir, d’embaucher »
Deux ans après, son bilan est donc plus que positif. «Cela m’a permis d’investir, d’embaucher. Je travaille avec mon épouse, un carrossier, un mécanicien et deux apprentis. J’ai même créé un emploi de convoyeur à temps partiel pour le SAD»… En l’occurrence, il s’agit d’un retraité, «commissionné en sus sur les ventes additionnelles». Le résultat est là : selon A. Laugel, 20 à 30% des voitures amenées pour un sinistre génèrent un panier moyen de 350 à 400 euros d’activité mécanique…

Bien sûr, ça ne tombe pas tout seul : «Ça se travaille, insiste-t-il. Mais pour moi, c’est une évidence : Nobilas a été salvateur. Le SAD m’a permis de faire évoluer mon CA. J’en ai aussi profité pour apprendre à rencontrer les courtiers locaux, j’ai participé aux formations… Cela m’a permis de décrocher d’autres contrats. Vous savez, 6 véhicules de courtoisie devant ma porte, ça séduit d’autres assureurs… et ça attire d’autres agréments. Sans même avoir eu besoin d’en contacter certains», se souvient-il.

Sur les fameux 13,5% de commission Nobilas en pied de facture, Aymeric Laugel a son opinion : «Il faut parler clair : ce n’est supportable qu’à partir du moment où l’on sait privilégier la réparation sur le remplacement des pièces. Il a fallu que j’apprenne à « vendre » ma main d’œuvre, conclut cet ex-salarié carrossier ; mais avec mon taux actuel de 59% de réparations, je m’en sors. Pas avec la bonne grosse marge du « bon vieux temps » que regrettent beaucoup de mes confrères, c’est vrai. Mais je m’en sors assez bien pour en vivre et me développer…»

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (6 votes, moyenne : 4,17 sur 5)
Loading...

10 Commentaires concernant “AXA/NOBILAS (suite) – Enfin un carrossier « pro-Nobilas »…”

  1. Vive NOBILAS et STOP aux critiques!
    Le groupe I.G (Innovation Group) est le groupe mondiale de demain!!!
    MERCI IG et NON… je ne baisse pas mon pantalon comme vous aviez pu le dire dans vos précèdent message. Je dis ce que je pense au nom de toutes nos équipes!!!

  2. girodengo philippe / 1 décembre 2013 á 9 h 12 min / Répondre

    Avec Nobilas, on dépasse les bornes! A travailler gratuitement, autant être employés de mairie avec tout le respect que je leur dois.

    Soyons solidaires pour une fois ; ne baissons pas le pantalon!

    Ceci est un cri du cœur d’un carrossier en colère.

  3. NOBILAS ET FIER DE L’ÊTRE.
    BRAVO! DROIT DANS SES BOTTES, LE MR LAUGEL.
    IL EN FAUT UN PARMI LES 600; C’EST LUI..
    L’Édouard Leclerc de la carrosserie.

    Faites societe.com ou infogreffe; regardez les bilans de nobi… Il y a du lourd…

  4. Ah, homme avec un grand H… Vous, donneurs de leçons, je vous admire!!!
    vous qui avais créé le discount, vous qui allez sur internet pour payer moins cher, vous qui allez chez Édouard Leclerc pour ne plus aller chez le petit boucher, le petit épicier ou d’autres petites PME car vous n’avez pas le temps de courir…
    Vous qui vous dites: « Il est fou ce Mr Laugel de dire de telles choses » et que vous, vous ne consommez pas comme ça.
    Il a juste à retourner vos étiquettes de vos vêtements made in china ou autre… mdr!!
    Vous qui partez en vacances sur « last minute »(pauvre petite agence local).
    Vous qui avez de la famille ou des proches qui travaillent comme automaticiens et qui créent des machines pour remplacer l’homme. Ahhh, ça me rend triste qu’il n’y ait qu’une personne sur ce site qui consomme comme ça, moi, Mr Laugel, avec un petit (h)!

  5. bonjour à tous,

    je vois de belles réactions pour notre confrère, mais il faut qu’il touche du doigt la vérité:
    en supposant que le chiffre d’affaires qu’il fait avec nobilas/Axa soit de 200000 euros tout compris, que le coût moyen soit respecté et qu’il ne paye pas de pénalité pour ce même chiffre ou nombre de sinistres, je facture par rapport à lui (car je ne suis plus Axa) [b]23% DE PLUS[/b, soit en chiffre: 246000 euros.

    Même s’il arrive à me dévier une partie [de la clientèle] je préfère aujourd’hui travailler moins pour gagner plus. Et travailler mieux. Et pouvoir dire à ma clientèle que je leur offre la franchise.

    Le travail se mérite à la réputation et non en baissant le pantalon. A notre collègue, je lui conseille de voir un très bon comptable: si, avec 3 ou 6% de marge brute, il espère vivre, il se trompe. J’en parle en connaissance de cause et je suis très remonté contre eux: ils sont venus, m’ont entendu et m’ont demandé si j’allais mettre à exécution les menaces. Ils ont peur, cela va trop loin. Pour toutes les plateformes, il faut continuer les actions et être plus nombreux à écrire pour qu’enfin, un bon journaliste en fasse sa rédaction.

    Merci à Gérard: j’aime tes articles.

  6. [quote name= »FAURE »]Je ne vois pas l’intérêt d’être à son compte: autant devenir fonctionnaire et attendre l’heure de la retraite![/quote]

    Je ne vois pas l’intérêt de ce genre de commentaire…

    Être entrepreneur, c’est prendre sa vie personnelle [b]et[/b] professionnelle en main, c’est une envie d’indépendance… de challenges…

    Si vous n’y voyez pas d’intérêt, libre à vous; mais ne généralisez pas avec votre conviction personnelle…

    Et pour la retraite, soit dit en passant, fonctionnaire ou pas… Ce n est pas en attendant l’heure que vous en aurez une…

    Bien cordialement.

  7. Monsieur vous avez embauché, certes. Mais en aucun cas vous avez créé un ou des emplois comme vous avez l’air de le laisser entendre. Vous avez simplement pris les ouvriers qui auraient de toute façon travaillé dans un autre garage. Car jusqu’à preuve du contraire, le fait de faire des remises et ronds de jambes a Nobilas et autres n’augmente en aucun cas le nombre de sinistres. Et de ce fait, si il y a cent sinistres sur votre secteur, Nobilas ou pas, il n’y en aura pas deux cents.

    Donc vous pouvez vous vanter, mais vous n’avez fait que détourner la clientèle d’un confrère. Et là, il n’y a pas de quoi être fier, vu de la façon que c’est fait.

  8. DANS SIX MOIS TON ENTREPRISE VAUT LES 3 CACAHOUÈTES QUE NOBILAS VOUDRA TE LA RACHETER. SI TU TOMBES MALADE, T’ES MORT; SI UN DE TES CONCURRENTS TE PIQUE TON CARROSSIER À 60% DE REDRESSAGE, T’ES MORT; SI TU TRAVAILLES TOUS LES SOIRS POUR COMPENSER TES FAIBLES MARGES, TU VAS MOURIR.

    VEND TA BOITE À NOBILAS: LÀ, SI TU TOMBES MALADE, TU POURRAS TE SOIGNER… DÉPENDANCE 70% DE NOBILAS!!!! C’est vraiment dingue d’en arriver là.

    Salut d’un vieux con de 50 ans qui ne s’est jamais gavé…

  9. La marge: vivre ou survivre ?
    Réaction personnel et en toute sympathie au commentaire de Mr Laugel (Pro-Nobilas)
    En tant que chef d’entreprise, vous vous devez de vous projeter vers l’avenir, quelles orientations prendre à moyen et long terme? Votre visibilité est sur 5 ans? Car votre plus gros client l’a décidé ainsi… Que se passera-t-il au terme du contrat? Aurez-vous l’ambition d’agrandir votre structure pour absorber quelques véhicules supplémentaires? Avec quelle retour sur investissements, quelle durée d’amortissement? Pour quel taux de marge brute?

    Il est indispensable de rappeler ici que l’essence même d’une entreprise est de créer de la valeur ajoutée grâce à son savoir-faire et d’en générer de la marge, variable selon la typologie et les frais de la structure…

    [i]«Je m’en sors. Pas avec la bonne grosse marge du « bon vieux temps » que regrettent beaucoup de mes confrères, c’est vrai. Mais je m’en sors assez bien pour en vivre et me développer…» [/i]
    Pourriez-vous être un peu plus précis et indiquer brièvement le taux de marge brute de l’activité carrosserie-peinture, ainsi en conséquence, la nature et le format de votre développement?

    La marge est indispensable pour faire vivre et développer son entreprise (salariés y compris). Comment comptez-vous réellement développer votre entreprise face à des investissements lourds futurs?

    Comment cette marge brute ne peut-elle pas être dégradée lorsqu’au remplacement d’une pièce neuve, vous la revendez moins cher que votre prix d’achat… (13,5% de remise à votre client alors que vos remises atteignent certainement péniblement les 5%…déjà très faible pour couvrir vos frais de gestion). Vous prenez donc ce risque sur les 41% de remplacement pièces que vous effectuez.

    Il est important de souligner qu’il est illégal pour toute entreprise de vendre à perte. Consultez donc le lien vers la DGCCRF et vous comprendrez que votre apporteur d’affaire ne prend aucun risques… [url]http://www.economie.gouv.fr/dgccrf/Revente-a-perte[/url]

    Pour vos 59% de réparations, la difficulté actuelle est de trouver des techniciens expérimentés et de les payer au prix du marché (qui lui ne baisse pas car il y a pénurie dans ce domaine). En bref, vous aurez prochainement un « effet ciseau », où vos coûts de main d’œuvre qualifiée ne seront plus couverts par la baisse de vos revenus (réduction permanente des temps de réparation et des heures facturables).
    [i]« Cela m’a permis de décrocher d’autres contrats. Vous savez, 6 véhicules de courtoisie devant ma porte, ça séduit d’autres assureurs… et ça attire d’autres agréments. Sans même avoir eu besoin d’en contacter certains»[/i].

    Je crains que le revers de la médaille soit moins enchanteur. Sans être médium et tout en restant lucide (et même extra-lucide): à terme, quelle sera l’attitude et la stratégie tarifaire de vos autres apporteurs d’affaires récemment accueillis? Lorsqu’ils s’apercevront des concessions que vous faites avec l’un de leurs confrère et en déclinaison, du faible taux de marge brute que vous êtes prêt à générer…

    En conclusion, chers carrossiers, soyez toujours conscients que vous êtes le maillon fort de la chaîne, puisque vous avez le savoir-faire pour la réparation et la satisfaction des automobilistes…

    L’économie est en péril avec le pilotage de vos activités par des intermédiaires qui eux, réalisent du profit sur vos entreprises… Les gros deviennent de plus en plus gros et les petits subissent et subsistent, mais pour combien de temps?

    Exemple similaire dans l’hôtellerie, où certaines plateformes vous proposent des chambres au prix le plus bas… Au passage, l’hôtelier rétribue environ 16 à 20% de commissions, encore une fois à un intermédiaire qui ne sera pas fiscalisé en France. La ressemblance est frappante…
    Un drôle d’exemple de développement économique et social…

  10. Je ne vois pas l’intérêt d’être à son compte: autant devenir fonctionnaire et attendre l’heure de la retraite!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*