Axa/Nobilas (suite): des réunions régionales parfois agitées…

C’est la FFC qui l’a souligné dans un communiqué : à Lille, des carrossiers ont quitté la réunion Axa/Nobilas avant la fin. Ce n’est pas la seule : à Montpellier, au cours d’une session questions-réponses musclées, 20 des quelque 25 carrossiers présents ont aussi quitté la salle. Si Nobilas garantit des volumes aux carrossiers, les carrossiers ne garantissent pas le volume des présents aux réunions régionales…

Cliquez sur l’image pour télécharger le document

La FFC-Réparateurs poursuit sa campagne anti-Nobilas/Axa démarrée début novembre (voir «AXA/Nobilas : la FFC monte au front !»). Dans un nouveau communiqué du 25 novembre, elle s’intéresse aux fameuses 22 réunions régionales conduites en ce moment par Nobilas dans 17 villes pour présenter les nouveaux contrats et recruter les 1 500 carrossiers sur lesquels Axa souhaite s’appuyer. «Nul ne doute que ces réunions allient communication, échanges et transparence», raille l’organisation professionnelle ; «pour autant, il est difficile pour les carrossiers invités, agréés AXA et résiliés de manifester leur ressenti (NDLR : ils sont 1 850 résiliés par Axa auxquels s’ajoutent les 650 carrossiers du «réseau Nobilas»).

Lille, Montpellier…
La FFC-Réparateur raconte donc avec gourmandise la réaction des carrossiers lillois qui ont été une quinzaine à quitter la salle après que l’un d’eux ait ainsi donné le ton : «C’est une présentation flatteuse de notre métier, mais vos conditions de rémunération à 13,5 % et la relation tendue que vous omettez de préciser avec les experts auto, me motive à penser que nous ne faisons absolument pas partie du même monde».

Une info venue de nos lecteurs-correspondants!Le même «incident» s’est produit avant-hier à Montpellier. La première des deux réunions planifiées dans cette ville comportait environ 25 carrossiers qui, après avoir écouté la présentation matinale d’Alexandre Cervini, DG de Nobilas et de Philippe Cousin, directeur des achats assurantiels et des prestataires extérieurs d’AXA, ont mené une séance de questions-réponses musclée qui a évoqué la plupart des sujets qui fâchent ou en tout cas, tous ceux qui sont maintenant sur la place publique.

La question des volumes et des 13,5%
Sur le thème cher à Nobilas des volumes garantis, les questions sont venues sur la «saisonnalité» de ces volumes : rien ne garantit une régularité du volume promis. Ah, ces carrossiers qui veulent le beurre et l’argent du beurre… Un carrossier a bien pris la parole pour venir au secours des organisateurs en expliquant qu’il tenait à rassurer ses collègues : Nobilas sait envoyer du volume. Mais c’était pour mieux ménager son effet. Il a en effet poursuivi en précisant qu’il avait résilié son contrat Nobilas début 2013 ! Le motif expliqué à ses confrères : au bout de 7 ans sous pavillon Nobilas, il n’avait toujours pas pu trouver sa rentabilité…

Bien sûr, les 13,5% de pied de facture exigés par Nobilas sont venus sur le tapis. Si le taux de main d’œuvre proposé démarre certes à un honnête 43/45 euros, il finit à environ 38 euros une fois la remise déduite, ont souligné les carrossiers. Même débat autour de la question des pièces de rechange de carrosserie, sur lesquelles les carrossiers rappelaient au couple Axa/Nobilas que la marge initiale est parfois inférieure à la dite remise, ce qui s’apparente en fait, ont souligné les carrossiers, à une illégale vente à perte. Argument réfuté par Nobilas : il n’y a pas de vente à perte puisqu’il s’agit de l’achat d’une prestation globale…

L’exemple de trop ?
Le représentant d’Axa a-t-il eu tort de leur expliquer en substance qu’ils pouvaient encore s’estimer heureux, en citant l’exemple hollandais où la marge pièce est de zéro puisque fournie par l’assureur ? La tension est en tout cas montée jusqu’au «syndrôme lillois» : 20 carrossiers se sont levés et ont quitté la salle, laissant leurs interlocuteurs visiblement surpris et interloqués.

Des interlocuteurs que la seconde session de l’après-midi aura sûrement pu consoler : si la partie «questions-réponses» n’a pas été non plus de tout repos, au moins les invités n’ont-ils pas quitté la salle avant la fin de la réunion…

Pour retrouver tous les articles du feuilleton Nobilas, cliquez ici

Pour retrouver tous les commentaires citant Nobilas (du plus ancien au plus récent), cliquez ici

1 commentaire concernant “Axa/Nobilas (suite): des réunions régionales parfois agitées…”

  1. Le modèle batave, le modèle anglais… A force de vouloir uniformiser les procédures en Europe, on s’attire les foudres de certains segments professionnels.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction