Procès: Nobilas nous réclame… 152 500 euros!

Cette fois, c’est fait : Nobilas a mis sa menace de procès à exécution. Mardi matin, un huissier s’est présenté à la porte de notre rédaction pour nous remettre cette citation directe à comparaître, le 7 février prochain à 13h30, devant le tribunal correctionnel de Paris. La plateforme de gestion de sinistres nous prête un très estimable impact médiatique pour vouloir nous réclamer… 152 500 euros !

Cliquez sur l’image pour télécharger l’intégralité du document

L’attente n’aura guère été longue : à peine plus d’un mois après ses premières menaces, Nobilas vient de nous assigner au pénal. L’objet de cette procédure ? Une liste exhaustive de nos 12 articles «litigieux» sur Nobilas (page 6 du document téléchargeable ci-dessus), des «propos injurieux tenus à l’encontre de la partie civile» dans les commentaires publiés sous nos dits articles (page 7) et, enfin, de nos «propos diffamatoires» (page 9). Et tout un tas d’impacts réputés gravissimes pour la bonne marche de l’entreprise Nobilas… Cette suite n’est évidemment qu’une demie-surprise. Le 28 octobre dernier, Nobilas nous avait déjà informés de ses intentions belliqueuses. Sa menaçante mise en demeure d’alors (voir «La société Nobilas nous menace… et elle a tort !») nous en avait avisés. Si nous sommes de nouveau prévenus, c’est cette fois au sens pénal du terme.

Au moins nous épargnons-nous, sauf procédure connexe encore à venir, cet autre procès dont nous avait menacé François Pekly, directeur Développements Projets & Marketing de Nobilas. Témoin son mail furieux du 31 octobre (extrait ci-dessous) qui faisait immédiatement suite à notre refus de mettre une publicité Nobilas en ligne sur ce site à compter du vendredi 1er novembre à 00h00 :

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Au sortir du long week-end qui s’ensuivait, nous découvrions à quel point ce refus était bien inspiré : le lundi 4 novembre, nous recevions la fameuse mise en demeure.

Piège réel ou fortuit ?

L’entreprise aurait-elle cherché ainsi à nous piéger dans une douloureuse contradiction «rédactionnello-publicitaire», elle qui annonçait parallèlement, toujours ce 31 octobre, l’organisation d’une bien opportune conférence de presse (voir « Nobilas « dérange »… et s’en félicite« ) ? Nous ne le saurons probablement jamais, même s’il nous paraîtra toujours étrange que l’emplacement publicitaire ait été longtemps réservé «en aveugle» et que l’identité de l’annonceur n’ait été révélée que particulièrement tard par son agence : le 30 octobre…

Fortuitement ou pas (cette pratique de la réservation aveugle d’un espace publicitaire n’est pas assez rare dans la presse pour être a priori suspecte), Nobilas nous a en tout cas empêchés de l’identifier et de l’avertir plus tôt de notre refus. Au moins avons-nous pour l’heure la satisfaction de nous être épargné ce bien plus dévastateur procès que la plateforme de gestion de sinistres aurait pu nous faire, cette fois en place publique, si elle avait ainsi pu stigmatiser notre promptitude à accepter sans vergogne un bien embarrassant voisinage entre campagne publicitaire «pro-Nobilas» et articles qualifiés de diffamants et d’injurieux à son encontre.

Gros appétits financiers

Accessoirement, Nobilas nous a ainsi privés du temps de rechercher une recette publicitaire subsidiaire toujours utile en ces temps de crise où les budgets publicitaires se font aussi rares qu’un taux horaire décent chez un carrossier agréé. Mais nous voir ainsi privés de ce faible manque à gagner ne calmera sûrement pas les appétits vengeurs de l’entreprise, elle qui souhaite voir le tribunal correctionnel nous délester de… 100 000 euros (page 25), auxquels s’ajoutent 25 000 autres euros (page 27), 20 000 euros de publications judiciaires (page 32) et enfin, 7 500 euros (page 33).

En attendant l’audience, probablement cette addition vertigineuse s’espère-t-elle dissuasive. Une telle menace pourrait peut-être nous dissuader d’écrire d’autres articles sur Nobilas (c’est raté) et encourager nos confrères journalistes à éloigner leurs plumes d’un tel échafaud financier (nous verrons). Mais sûrement prêtons-nous là encore à notre désormais adversaire judiciaire de bien infamants et diffamatoires desseins, même si beaucoup de carrossiers en sont aussi les malheureux témoins : la menace virtuelle ou avérée de procès est devenue, pour Nobilas, un peu noble mais très habituel moyen de communication.

Bien sûr, nous y reviendrons…

18 commentaires concernant “Procès: Nobilas nous réclame… 152 500 euros!”

  1. Bonjour,
    pour commencer moi et mon équipe tenons à remercier toute la rédaction pour votre soutien à notre profession.

    Juste pour comprendre, nous avons été (victimes de) Nobilas durant des années; au bord du dépôt de bilan, nous avons eu la lucidité d’esprit de dénoncer leur contrat malgré que notre chiffre d’affaires était composé à 80% de dossiers NOBILAS.

    Aujourd’hui dieu merci, nous allons bien, mais de savoir que d’autres carrossiers sont mis à mal par ces gens nous insupporte.
    Alors soyons solidaires, montons un collectif […].
    SOLIDARITÉ!!!!!!!!!

  2. Il ne faut surtout pas oublier pourquoi les gestionnaires de sinistres dirigent autant les sinistrės. En fait le fameux gestionnaire est comme tout le monde : il veut des sous !! En effet ils ont des objectifs d’envoi de sinistres vers les garages agrées. S’ils dirigent suffisamment ( environ 60%) ils décrochent des primes ! Donc vous comprendrez pourquoi ils mentent sur les services apportės par les non agréés.
    Révoltez vous !!! Il faut vraiment marquer le coup avec ce qui nous arrive cette année.

  3. Est-ce-qu’un comptable ou un commissaire aux comptes pourrait, à la lecture des derniers bilans de nobilas, disponibles publiquement sur societe .com par exemple, nous dire quelle est la situation financière de cette société? Si elle est saine, moyenne ou délicate…

    Merci d’avance

  4. Garagiste NON agréé depuis 25 ans et victime du détournement de clientèle par les compagnies d’assurance, je suis surpris (mais ils ne font que confirmer mon point de vue) d’apprendre cette assignation tellement culottée !

    Je me tiens à votre disposition pour témoigner de multiples appels téléphoniques émis depuis mon bureau par mes clients aux différentes plateformes de sinistres ayant eu de scandaleux mensonges pour réponse (Vous devrez avancer l’argent des réparations, pas de véhicule de prêt, les réparations ne sont pas garanties…). Ceci confirme donc que de très nombreux assureurs MENTENT ET DÉTOURNENT DES CLIENTÈLES AFIN D’AUGMENTER LEURS PROPRES PROFITS ILLÉGALEMENT.

    1000 MERCI A VOTRE JOURNAL POUR CES INVESTIGATIONS.

  5. Avatar Dédé le carrossier / 21 décembre 2013 á 17 h 04 min / Répondre

    Au nom de la liberté d’expression, et par rapport à la pression qu’applique NOBILAS sur les carrossiers indépendants, il serait scandaleux que vous soyez condamnés!

    Votre site à le mérite de défendre les professionnels que nous sommes. A ce titre je vous en remercie.

  6. Pour info, certains fournisseurs, partenaires et réseaux constructeurs privės de Nobilas seront boycottés en 2014, St. Amant, groupe PGA…

    Faites en autant à votre niveaux…

  7. Nobilas …. aurait commencé à faire marche arrière? Info ou intox???

    Un pied de facture revu et corrigė à 8% au lieu de 13,5??
    Devant le peu candidats (suicidaires!), ils commenceraient à proposer un pied de facture beaucoup moins important?!! Il faut absolument qu’ils créent leur réseau! Alors, un plan « B »?? Peut-être que des bruits qui courent… Nous verrons dans les jours à venir.

    Soyez encore plus vigilants: si vous y mettez les doigts, ils sont loin d’être des philanthropes et des tendres. Pour vérifier, jetez un œil à leurs contrats!

  8. Bonjour,
    Il fallait s’y attendre: ils ne gagnent pas assez d’argent sur le dos des carrossiers,alors ils vont « ronger » un autre os.
    Au suivant!

    Courage quand même, mais faites attention car sur les carrossiers il n’y a plus rien à ronger….même pas l’os!!!!

  9. BONSOIR
    SI VOUS AVEZ BESOIN D’UNE AIDE POUR PAYER VOS AVOCATS, J’ESPÈRE QUE L’ON SERA NOMBREUX À CONTRIBUER À VOTRE DÉFENSE ET PAR LÀ MÊME, NOTRE DÉFENSE. IL EST TRÈS IMPORTANT QU’ILS PERDENT CE PROCÈS. DE TOUTE FAÇON, TOUT LE MONDE VOIT LEUR VRAIE NATURE: ILS ONT DÉJÀ PERDU.
    NOUS SOMMES DES MERDES À ÉCRASER. MAIS LA MERDE QUAND ON L’ÉCRASE, ON EN A PLEIN LES BOTTES. ELLE COLLE, ELLE PUE ET DANS SON PETIT COSTARD-CRAVATE, MR AXADEBILAS, IL N EST PLUS TRÈS FRÉQUENTABLE.. IL SENT FORT CEUX QU’IL ESSAIE DE FAIRE TAIRE EN LES ASSIGNANT.

  10. Ça fait chier ,que peut-on reprocher à un journal? Celui de transmettre le ressentis d’une profession en perdition?
    Alerter l’artisanat est une noble cause: vous êtes neutres, j’ai beau lire et relire je ne vois pas un seul article ou vous avez pris parti.

    Tout ça démontre un état d’esprit qui est celui du fric, Faire de l’argent par n’importe quel procédé, telle est mon opinion, je l’exprime parce que c’est un droit ,c’est la liberté de chacun, avez vous empêché ces Mrs de s’exprimer?, je ne pense pas non plus, vous avez même publié un droit de réponse me semble-t-il.

    Mrs les rédacteurs et directeurs de ce journal, merci, je n’ai que ça à dire: merci d’être juste et impartial.

    On est pas près de se sortir le cul des ronces, ni vous ni nous, parce que vous, vous devez en tant que journal fermer votre gueule et nous, réparateurs, parce que l’on va être saigné à blanc et qu’il faudra aussi fermer notre gueule.
    Alors qu’on ferme tous notre gueule, qu’on se baisse sans rien dire pour mieux sentir la brise passer entre nos jambes.

    Je suis triste je vous soutiens de tout cœur car vous êtes le seul journal à m’intéresser depuis bien longtemps.

    Longue vie à votre journal.

  11. Bonjour
    Enfin on voit le vrai visage des donneurs d’ordre avides de bénéfices fait sur votre activité à vos dépens.

    Bravo à vous pour toutes les vérités que vous osez publier et comme chacun sait « il n’y a que la vérité qui blesse ». Alors continuez à nous tenir informés de tout cela et encouragez les presses spécialisées à le faire également!!!

    Ils ne pourront pas faire de procès à tout le monde.

    Bon courage.

    David

  12. Bonjour à tous,

    je suis, comme beaucoup d’entre nous, très peu surpris de cette décision de Nobilas qui, je crois, ne digère pas la sauce qu’il sert.

    Maintenant je tiens a remercier toute l’équipe de journalistes et la direction d’Apres-Vente et leur témoigne de la gratitude car je ressens une montée en puissance de notre corps de métier […]

    Merci encore

  13. Tout mon soutien à Après-Vente Auto.

    Autant profiter de cette malheureuse situation pour informer les gens sur ce qu’il se passe dans le monde de la réparation/collision.

  14. Voila encore un bel exemple de l’état d’esprit de cette « société » qui ambitionne de révolutionner le marché de la réparation-collision…..

    Cette agressivité n’est-elle pas un aveu d’échec? Car il semble qu’il y ait une très grande mobilisation pour ne pas signer un accord avec Nobilas partout en France.

    Et que va-t-il se passer su fin juin s’ils n’ont pas leurs 1500 réparateurs ???

    Qui va sauter? Les carrossiers, AXA ou ces merveilleux gestionnaires du futur?

  15. Voilà bien le vrai visage de cette plateforme de gestion de sinistres.
    «Le fric, le pognon, la tune», comme dirait l’un de mes amis carrossier qui a quitté lui aussi le bateau AXA, pour ne pas entrer dans cette nébuleuse sans fin.

    Enfin « sans fin »… Mais pour qui?
    A bonne entendeur, salut.
    CG

  16. Bonjour,

    il serait grand temps que toutes la profession se mobilise et descende dans la rue pour dénoncer toutes ces pratiques intolérables. Il commence à y en avoir assez de tout ce racket.

    Mobilisons-nous. Il est grand temps. Je suis de tout cœur derrière vous…

  17. C’est dans l’adversité que se révèle la vraie nature des gens…

  18. Courage, toute la profession vous soutient… car ils ont beau dire, les carrossiers qui signent avec Nobilas (ou d’autres : COVEA, SFEREN,… c’est pas mieux) le font par peur de perdre leur « volume »; je ne peux même pas dire leurs clients car peut-on considérer que ce soit LEURS CLIENTS?

    A voir comment les carrossiers adeptes des agréments gèrent les réparations et considèrent les prioritaires des véhicules, j’en doute !!!

    Carrossiers, reprenez la main sur votre entreprise, occupez-vous de vos clients et de leurs véhicules comme si c’était des amis, allez au devant de votre clientèle… et surtout : N’ATTENDEZ DE PERSONNE L’APPORT DE CLIENTÈLE, NE COMPTEZ QUE SUR VOUS, VOTRE SAVOIR-FAIRE ET VOTRE RELATION AVEC VOS (VRAIS) CLIENTS!!! C’est le secret d’un réparateur heureux et LIBRE.

    La mise en avant du libre choix de réparateur est un outil à utiliser sans modération. Aidez vos clients à comprendre que leur assurance n’est pas là pour les défendre ni faire respecter leurs droits mais pour s’assurer un maximum de profit… Dirigez les sur les sites d’apres-vente auto, la FFC ou la très utile « ligue des droits des assurés » … UN CLIENT INFORMÉ NE SE LAISSE PLUS MANIPULER!

    C’est cela que craignent les Nobilas et compagnie et c’est pour cela qu’ils partent en guerre contre un magazine d’information. Pourvu que les juges s’informent eux aussi…???
    ASSIGNÉS MAIS PAS SOUMIS ! BRAVO et MERCI

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction