Expertise : 30% de parts de marché BtoB pour BCA Expertise

BCA Expertise, société spécialisée dans l’expertise automobile, annonce une année 2013 satisfaisante et prévoit même une croissance de 5% en 2014. Son président, Serge Brousseau, se targue même de capter 30% des parts de marché BtoB.
Cette bonne croissance est le résultat d’efforts privilégiant notamment la réparation plutôt que l’échange de pièces et le déploiement d’actions orientées service aux clients. De même, des procédures spécifiques ont été mises en place dans ses 85 agences pour traiter les cas d’événements exceptionnels : grêles, inondations, incendies ou catastrophes naturelles. Ainsi, plus de 80% des missions peuvent être gérées en moins d’un mois et plus de 1 000 dossiers en 30 jours. En conséquence, il semble que les assureurs fassent de plus en plus confiance à BCA Expertise dans ces situations.  
BCA Expertise, qui emploie 1 200 collaborateurs, dont près de 500 experts automobiles, pour un CA de plus de 100 M€, a recruté 71 personnes en 2013, dont 51 experts, et devrait en 2014 accueillir encore une trentaine d’experts. Enfin, il faut noter que le siège social de BCA Expertise est situé depuis juin 2013 dans le bâtiment « Front Office92 » d’Asnières-sur-Seine (92).

 

5 commentaires concernant “Expertise : 30% de parts de marché BtoB pour BCA Expertise”

  1. A quand le libre choix de l’expert indépendant et impartial par l’assuré?
    Impossible, une clause abusive dans tous les contrats dont se sont débarrassés les avocats d’ailleurs partiellement, puisque dans ce cas des tarifs dérisoires sont imposés, oblige les assurés à subir l’expert choisi de l’assurance.
    En outre ce dernier est souverain dans la possibilité de provoquer la destruction administrative définitive d’un véhicule SANS RECOURS POSSIBLE en préfecture dès le premier examen (cas des procédures VEI VE.
    Pourtant, il y en a des véhicules soit disant’techniquement non réparables » qui roulent maintenant à l’étranger, quand ce ne sont pas de pauvre réparateur francais qui découvrent qu’il n’auront pas la carte grise une fois les travaux correctement finis.
    Autre anomalie de ces procédures, c’est que l’expert ou son cabinet peut lui-même, après des courriers tendancieux laisser croire à l’assuré que c’est obligatoire au nom de tel article + préfecture etc, suivre les travaux. Il est ainsi JUGE et PARTIE.
    Le libre choix de l’expert indépendant d’un autre cabinet sans lien devrait être la règle, avec possibilité de contester le premier rapport, y compris sur le coté « techniquement non réparable » d’un véhicule.
    En effet toutes ces pratiques ont un fondement contraire aux pratiques démocratiques et républicaines françaises. Faut-il saisir le Conseil d’Etat?
    Si les assureurs doutent des expert indépendants exerçant en toute légalité choisis par les assurés, elles n’auraient qu’à organiser une contre expertise par un expert en droit d’exercer alors, puis d’aller soit en arbitrage ou en justice. On éviterait peut-être toutes ces manipulations d’experts conseils à la botte des assurances faisant du chantage à la mission dans les cabinets d’experts indépendants.

  2. Ce fameux Bureau Commun Automobile
    est en fait Bureau Commun Assureurs pour les expertises.
    La notion de coût moyen, dépôt de rapport avant fin de travaux pour raccourcir les délais, ainsi que tout type de statistiques (Tableau quotidien DPS: stat de Dépot Production et Stock de dossier), ça vient de leurs énarques et polytechniciens de bureau.

    Pas étonnant que ces pratiques internes aux assureurs soient appliquées aux cabinets indépendants, afin de rendre ces derniers corvéables à souhait.

    Pas de réaction des responsables syndicaux dont l’un est constitué principalement des salariés du BCA, et les autres dirigés par des experts conseils juges et parties pour les assurances.

    voir témoignage d’un expert très réaliste sur https://www.apres-vente-auto.com/actualite/6336-temoignage-les-dessous-caches-de-lexpertise-auto?IdTis=XTC-DCIS-FUXNBW-DD-DJN5J-HLBX

  3. EN PLUS ILS SE FONT DE LA PUB!

    voir le commentaire d’Astérix.
    https://www.apres-vente-auto.com/actualite/5071-nouvel-accord-experts-reparateurs-la-piece-de-reemploi-preconisee
    Que font les autorités, répressions fraudes, associations usager de la route, etc…?

  4. Et oui!!! Et tout ça, en plein exercice illégal de la profession d’experts en automobiles. Le BCA appartenant à 100% à des assureurs, les réparateurs n’ont qu’à leur interdire l’entrée dans leurs entreprises car, sachant cela, ils peuvent difficilement se plaindre d’êtres pressurisés par des hors la loi…. Il y a de vrais experts indépendants prêts à exercer honnêtement …MDR

  5. Ou on peut lire en diagonale :
    « On a bien pressé les réparateurs comme des citrons, les assurances sont contents de notre coût sinistres et on enfonce encore un peu plus les réparateurs et les vrais experts indépendants. »

    Bravo le BCA…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur