FNAA : passage de témoin à la branche carrosserie

Partagez

Serge Valet peut être fier du travail accompli. S’il reste proche de la Fédération Nationale de l’Artisanat Automobile (FNAA), en tant que président délégué, il peut regarder dans le rétroviseur avec le sentiment du travail accompli. Le dernier en date -et non des moindres- étant l’inscription dans la future loi sur la consommation (ou Loi Hamon) du libre choix du réparateur par l’assuré automobiliste ! De même, durant son allocution, Serge Valet s’est félicité du rapprochement toujours plus effectif avec le monde des experts en automobile, concrétisé par la signature d’une Charte de bonne conduite avec le BCA ainsi que l’ANEA.

Ces 17 années passées à mener tous ces combats pour la profession se terminent donc sur de belles victoires.
Bien sûr, il y a aussi des regrets… Les deux plus importants pour Serge Valet auront été la Charte de bonne conduite signée avec les assureurs. Un vœu pieux, qui n’a malheureusement pas eu l’impact souhaité sur le terrain. Lucide, Serge Valet la qualifie même «d’échec». Autre triste constat : la disparition récente et soudaine de la Cintra. Et de préciser à ce sujet que «la FNAA et, plus largement, les organisations professionnelles de carrossiers, n’entendent pas porter la responsabilité de cette disparition» ! Là encore, il s’agit d’un coup dur porté à la profession car la Cintra se révélait être jusqu’à la semaine dernière le seul point de contact entre toutes les parties prenantes du monde de la réparation-collision : carrossiers bien sûr, mais aussi experts et assureurs…

Un souhait
Serge Valet a également émis un souhait : «A l’heure où les parties en face de nous sont de plus en plus puissantes et ne nous font pas de cadeaux, je souhaiterais que les différentes organisations professionnelles se rassemblent pour défendre le métier de carrossier ; qu’elles puissent parler d’une seule voix pour avoir encore davantage de force.»

Un vœu repris par le nouveau président de la branche carrosserie à la FNAA, Jean-Paul Veyrac, lequel a estimé en effet que «l’équilibre de la relation entre carrossiers-assureurs-plateformes de gestion de sinistres est un enjeu vital qui appelle un travail commun entre les différentes organisations professionnelles», ajoutant que «c’est en restant unies qu’elles auront plus de poids et pourront continuer à faire bouger les lignes».
Où l’on se reprend à rêver d’une grande intersyndicale…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*