Les stars de l’après-vente

Actualités

Rafraichissante, cette chronique d’été de Bernard Jullien(*) publiée le 8 juillet dernier par notre confrère Autoactu.com. Elle analyse la success-story des MRA qu’on annonçait pourtant grands perdants des évolutions technologiques automobiles de ces 20 dernières années. Pourquoi sont-ils toujours là et bien là ? Selon B. Jullien, parce que leur modèle « instinctif » a intelligemment et victorieusement réfuté la plupart des grandes stratégies voulant « structurer » la relation client. Quand le terrain contredit les théoriciens…

Avec ou sans enseigne, ils sont réparateurs ou carrossiers, distributeurs ou plateforme, centre auto, station-service ou spécialiste… Si nous les avons élus Stars de l’Après-Vente, c’est parce que, durant un jour ou durant toute une vie, ils ont su exceller en un domaine au moins  et que leur exemple peut être utile à tous. De la simple idée de bon sens à une réelle innovation, d’une toute nouvelle aventure à une longue histoire réussie, voilà leurs portraits.

Cette rubrique est la vôtre ! Si vous aussi, vous avez trouvez une solution que vous pensez potentiellement utile à d’autres pros, n’hésitez pas à nous contacter à redaction@apres-vente-auto.com : nous nous ferons un plaisir de raconter votre histoire.
La rédaction

Carrossier de métier, c’est le père de Frédérique Barteau (la gérante actuelle) qui crée les établissements du même nom en 1968. D’abord agent Ford, les établissements Barteau changent rapidement de panneau pour arborer celui d’Alfa Romeo. Une évidence pour son créateur passionné d’automobiles italiennes, mais pas une fin en soi : rapidement, le garage se spécialise en effet dans les marques Ferrari et Maserati !

Née en 1924 au cœur du pays messin, l’entreprise TPA a su rester particulièrement jeune. Sous l’impulsion visionnaire de son patron Jean-Pierre Treize, elle s’est même montrée toujours plus alerte et gourmande de développement. Jusqu’à couvrir aujourd’hui tout le quart nord-est de la France (88, 68, 67, 57, 55, 54, 52, 51, 08 et 02) où elle s’appuie sur un tissu de 30 points de vente et d’une plateforme (Car Distribution).

Adrien Harang, jeune chef d’entreprise de 25 ans est mécanicien moto de formation. A 18 ans, il achète sa première Mini pour 500€… puis met 2 ans à la restaurer complètement. 5 ans après, il est à la tête de My Mini Revolution, une structure qui s’agrandit avec l’ouverture récente d’un show-room à Paris. Retour sur sa success-story.

A 55 ans, Jean-Luc Dupont est gérant du garage des Flandres situé à Gonesse (93). Initialement dédiée au dépannage remorquage VL et PL, cette entreprise familiale a vu le jour en 1985 lorsqu’il s’associe avec son frère, sa sœur et sa mère. Mais, près de 30 ans après, le dépanneur assure aussi le parking «VIP» et se lance dans la location de VE.

1 2 3 4