Nos lecteurs ont du talent !

A la Une

Qu’ils nous aient transmis des informations ou qu’ils aient commenté des articles, voilà les dernières contributions de nos lecteurs-journalistes!
Vous aussi, n’hésitez plus: participez à la pertinence de notre contenu en commentant nos articles ou en nous contactant à:
redaction@apres-vente-auto.com

Cette tribune de Benjamin Labonne, qui anime Les Affranchis souvent cités ici, vient nous donner son avis sur le rapprochement entre Autodis Group et Oscaro. Son analyse est intéressante même si nous ne la partageons pas en tous points. Mais comme nous la savons aussi très répandue, elle nous donne l’occasion de l’écouter, puis de remettre l’événement en perspective…

 ControleTechniqueGratuit.com va peut-être cesser son activité. En tout cas, il la poursuivra sans Jonathan Habersztrau, son fondateur. Sans amertume pour autant, il analyse ici les raisons de l’échec de sa startup. En lançant un appel aux acteurs de l’après-vente qui ne semble pas intéressés par la “data”, ces données consuméristes qui servent pourtant ailleurs à affiner et décupler les performances commerciales. A lire et à réfléchir…

L’édition 2018 du Mondial de l’Auto a ouvert le 4 octobre et l’absence de nombreuses marques ainsi que le virage vers les services de la mobilité conduisent certains observateurs du secteur à s’interroger sur l’avenir du salon, comme Sébastien Brame, senior manager de Clarion Europe, fournisseur spécialisé dans les technologies embarquées d’information et de communication.

Notre article sur l’étrange renvoi du procès d’un expert et d’un “casseur-réparateur” devant le TGI de Senlis (60) a reposé la question d’une liste définitive de pièces de réemploi autorisées dans la procédure VE, que réclame ardemment “Jeanmi”, l’un de nos lecteurs, dont nous reproduisons ici le pertinent commentaire.

 

Si vos questions ne l’ont pas épargné, il a joué le jeu ! Franck Millet, le cofondateur de la très commentée Otop, a accepté les dures règles de notre inédite formule de «l’interview des lecteurs» : répondre à chacune de vos questions sans pouvoir en éluder aucune et ce, qu’elles traduisent votre étonnement, votre agacement ou même votre colère. Car visiblement, Otop ne vous laisse pas indifférents. Et si vos interpellations décapent, elles sont toujours pertinentes et souvent inédites ! Positionnement, vision du métier, transformations, concurrence, valeur ajoutée, business model, actionnariat… voici donc les réponses de l’intéressé. Et si vos questions ont été directes, ses réponses aussi !

Notre récent article sur la façon dont le distributeur orléanais Atac Pièces Auto se prépare à tirer les enseignements de la concurrence d’Otop a fait -vertement- réagir notre lecteur-réparateur «Alterego». Parce que sa réaction est très représentative de la colère qui monte chez beaucoup de réparateurs, nous lui donnons plus amplement la parole…

Parce qu’il bouscule l’univers de la distribution de pièces, Otop fait beaucoup parler. Et vous êtes maintenant 21 à avoir posé une bonne trentaine de questions à Franck Millet, cofondateur de ce concept qui propose de faire une synthèse BtoB inédite entre « prix internet » et distribution physique de pièces. Que vous soyez partisan ou détracteur, séduit ou sceptique, il est encore temps de participer au débat, même anonymement. C’est le concept de notre interview-lecteur : Franck Millet s’engage à répondre à toutes vos questions, pourvu que vous déposiez votre contribution dans le questionnaire en ligne ci-dessous !

Moins de six mois après sa naissance, le concept disruptif de distribution de pièces Otop a déjà suscité huit articles et inspiré 4 commentaires sur notre site. Mais jusqu’ici, seules nos propres interrogations ont été adressées aux dirigeants de Newdis, sa maison-mère. A présent, c’est à vous qu’il revient de poser VOS questions à Franck Millet, cofondateur d’Otop.

A raison, ce lecteur a noté que peu d’articles, ici comme ailleurs, s’interrogent sur les possibles défauts ou limites de Otop, nouveau concept de réseau de distribution de pièces initié par Newdis France. Il était donc à la fois logique et utile de lui donner la parole pour lui permettre d’exposer ses multiples réserves et, comme il le souhaite, pour nourrir un débat qui ne fait probablement que commencer…

Stahlgruber, le géant allemand de la distribution de pièces (1,5 milliard d’euros de CA) est à vendre. Qui peut s’offrir ce mastodonte qui permettra de couvrir l’Allemagne et de disposer d’une puissante tête de pont vers les pays de l’Est ? Petit voyage exploratoire dans les nombreux futurs possibles…

1 2 3 14