Tribunes libres Expertise

Plaidoyer pour une « (r)évolution intellectuelle » des experts

Notre récent article sur l’évolution de l’ANEA en FFEA (Fédération française de l’expertise automobile) a inspiré cette tribune libre à Yves Levaillant, président du Métier carrossiers du CNPA. Il s’interroge : « pourquoi les experts [ne feraient-ils pas] cette véritable (r)évolution intellectuelle mettant, en moyen de pérennité de leur métier, le consommateur final au cœur de leurs actions, en lieu et place de l’assureur ?»

Revoir l’article qui a suscité cette réaction : «L’Anea devient la FFEA»

“Le consommateur au cœur des problématiques d’expertise dans un contexte d’automatisation croissante de la gestion de sinistre et des réparations. Allons-nous enfin voir les experts, en l’occurrence libéraux s’agissant de la toute nouvelle FFEA, aller au-delà de ce seul constat ?

“Ce combat, déjà vainement porté dans le passé par les experts, car axé sur le recours systématique et obligatoire à leurs services dans le cadre de transactions de VO entre usagers, rappelant ici la redondance de mission, fondamentalement assurée par un CT (qui plus est réglementé sur cette veille et surveillance du parc), ou encore dans le cadre de transactions VO entre professionnels et particuliers, rappelant la (déjà) couverture, ici encore, de ce segment d’offre aux usagers par des professionnels aptes (et eux-mêmes déjà tenus par des obligations légales en matière de conformité de la chose vendue), professionnels que sont les distributeurs de VO (concessionnaires, agents, MRA, et autres négociants VO)…

“Ce combat semble désaxé par rapport aux vrais enjeux de la profession. Pourquoi les experts iraient-ils sur des activités déjà pourvues par des opérateurs de qualité et reconnus, et non là où aucune offre n’est assurée, qui plus est, portant sur leur cœur de mission, en faisant cette véritable (r)évolution intellectuelle mettant en moyen de pérennité de leur métier, le consommateur final au cœur de leurs actions, en lieu et place de l’assureur ?

“Après de si longues années de combat du CNPA, visant le missionnement volontaire exclusivement réservé aux propriétaires des véhicules sinistrés, combat initié par notre organisation et lançant ainsi le sujet fondamental du libre choix de son expert, nous avions pu démontrer les convergences d’intérêts entre usagers de la route, experts et réparateurs sur ce légitime du libre choix de son expert.

“L’accélération de la digitalisation des sinistres, de l’automatisation des évaluations de dommages, plus conséquemment encore, de celle de l’évaluation des coûts de réparation, et, plus largement encore, le développement de l’IA, avait permis au CNPA de consolider encore ses démonstrations auprès des experts quant à l’urgence de rejoindre ce combat commun du libre choix de l’expert.

“Si l’action continue pour le CNPA sur ces problématiques stratégiques, gage de maintien d’une réparation de sécurité, de qualité et enjeu vital de rétablissement des équilibres économiques fondamentaux pour la pérennité de milliers de carrossiers, espérons que nous serons rejoints par les experts.

“Cette étape de maturation sur la place et sur le rôle du client final dans le schéma du missionnement d’expert n’est hélas pas encore franchie. Mais gageons que ce début de prise de conscience de certains experts, quant aux nombreux risques pesant sur la survie même de leur profession à force de vouloir rester accroché au mandat assurantiel, prise de conscience trop lente et trop rare encore à ce jour, au vu de la rapidité des évolutions technologiques, mais néanmoins de plus en plus présente chez les experts, gageons donc que ce combat se propagera à présent vite chez eux.

Yves Levaillant, CNPA Métier Carrossiers

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 4,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur