Etude GT Motive : les dures conséquences avals de la «Loi Hamon»

Partagez

GT Motive a fait interroger 7 002 consommateurs assurés, dont 1 105 ont eu un sinistre dans l’année. Et le résultat de l’étude est diablement intéressant : il montre clairement combien la «Loi Hamon» est pénible aux assureurs. A cause de la résiliation du contrat à tout moment, du libre choix du réparateur… et surtout, de la relation toxique pour eux entre ces deux innovations ! Explications…

etude_assures_gt_motive_260

Voilà bien une statistique que voudraient changer les assureurs confrontés à la liberté donnée aux réparateurs par la Loi Hamon : 95,7% des assurés sont prévenus par le réparateur de la date de remise du véhicule sinistré…

C’est une intéressante étude que vient de rendre publique GT Motive, l’entreprise de chiffrage de réparation, dans le cadre d’une conférence regroupant assureurs, experts et presse spécialisée. Elle concerne l’impact que peut avoir le versant grand public de la Loi Hamon : la possibilité pour un consommateur ayant plus d’un an de présence chez un assureur de résilier simplement et à tout moment son contrat.

27,8% des assurés prêts à partir après un sinistre

Et qu’apprend-on dans cette étude menée en décembre 2014 auprès de 7 002 assurés français, dont 1 105 ayant eu un sinistre ? Que 27,8% des assurés sont susceptibles de changer d’assurance après la gestion de sinistres. Pire : Sur ces 27,8%, 11,5% des personnes interrogées disent avoir déjà changé et 16,3% le voudraient mais hésitent encore. Un petit tiers de clients volatiles à qui la scélérate Loi Hamon vient en outre de donner des ailes en leur permettant de passer à l’acte dans la foulée d’un sinistre…

Et quelles sont les deux principales raisons qui poussent ces assurés à quitter ou vouloir quitter leur assurance ? 41,1% «évoquent la raison de l’attention reçue de la part de la compagnie d’assurance» et 42,5% «jugent que le prix ne correspond pas au service offert», souligne l’étude. C’est-à-dire leur ressenti à l’occasion de la résolution du sinistre…

Le carrossier au cœur de la satisfaction client

Voilà qui place bien la réparation et les services qui l’accompagnent au cœur des enjeux majeurs : véhicule de remplacement, dépannage-remorquage, etc. Tous ces services eux aussi sous contrôle et/ou que les réparateurs doivent produire pour l’assureur, voire doivent financer en tout ou partie s’ils veulent «du volume» en échange…

Et voilà qui explique aussi pourquoi les assureurs ont tant de mal à digérer l’autre décision assurantielle de la Loi Hamon, à savoir le désormais fameux –et encore fragile– libre choix du réparateur par l’assuré. Car ce qui est au cœur de ce moment où l’assuré va juger son assurance, c’est la façon dont va être géré le sinistre. Et qui est eu cœur de ce cœur ? Le réparateur.

Le maîtriser, en coûts comme en délais –le tout assorti du sourire garanti au client en prime– est donc plus que jamais stratégique. Et voilà que le libre choix veut en rajouter en empêchant l’assureur de maîtriser plus de la moitié de ses orientations sinistres ! Car c’est là l’autre chiffre intéressant de cette étude : 53,1% des assurés disent s’être vu proposé un réparateur agréé. Ce qui, en théorie, n’est pas permis…

Tout cela prouve que le libre choix est aussi légitime pour le réparateur… qu’il est toxique pour l’assureur. Et que faire vivre pleinement ce texte dans les faits ne va pas être simple. On comprend mieux, avec cette étude, que les assureurs regardent avec gourmandise des plateformes digitales-quasi automatisée comme celle de Mitchell/GT Automotive qui peuvent leur permettre, entre autres avantages, de se réapproprier toute la relation-client, tout particulièrement lors d’un sinistre…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 4,75 sur 5)
Loading...

1 Commentaire concernant “Etude GT Motive : les dures conséquences avals de la «Loi Hamon»”

  1. […] la présentation des premiers résultats devant les assureurs et les experts en automobile en juin dernier, la deuxième vague de résultats de “l’étude de satisfaction des assurés de la gestion de […]

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*