Schaeffler : du virtuel au réel !

L’équipementier Schaeffler a présenté dernièrement un prototype opérationnel de véhicule utilisant sa technologie d’entraînement par moyeu de roue. Il prépare aussi l’avenir avec divers partenaires…

Schaeffler_e_wheel_drive_6

Schaeffler s’intéresse de très près à divers aspects de l’e-mobilité. Ainsi, le groupe mène des recherches et des développements dans les ponts électriques, modules hybrides, roues électriques et systèmes d’extension de gammes. Cela lui permet d’intervenir à différents niveaux en qualité d’équipementier : de la micro hybridation des véhicules jusqu’au concept totalement électrique. C’est dans ce contexte que Schaeffler a présenté dernièrement ses avancées en matière d’«eWheel Drive» (entraînement de moyeu de roue  – roue motrice électrique). Sur la base d’une Ford Fiesta, constructeur et équipementier ont mis au point un véhicule qui ne dépasse pas le poids d’un modèle équivalent de la marque, soit 1 300 kg à vide. Et c’est le précurseur d’une longue série.
«Les entraînements de moyeu de roue offrent un potentiel théorique important pour réaliser de toutes nouvelles architectures automobiles. Ils sont notamment très intéressants pour les petites citadines électriques très agiles. Compte-tenu de l’urbanisation croissante dans le monde entier et des prescriptions environnementales de plus en plus sévères, ce type de véhicules devrait être de plus en plus demandé», estime Raphael Fischer, directeur du développement eWheel Drives de Schaeffler.
Schaeffler_e_wheel_drive_1La technologie d’entraînement par moyeu de roue apporte plusieurs avantages, comme par exemple :
•    Gain d’espaces utiles dans la carrosserie et possibilité de proposer de nouveaux dessins.
•     Suppression des arbres d’entraînement favorisant un angle de braquage plus important.
•    Augmentation sensible du plaisir de conduire et de la sécurité.
•    Conduite simplifiée grâce au couple qui se règle automatiquement.
•    Sécurité passive augmentée par l’absence de masses importantes dans l’espace moteur.
Mais il y a un revers à la médaille et si l’on veut être raisonnable, il est difficile de proposer aujourd’hui des véhicules abordables et fiables dépassant les 130-150 km/h. Mais c’est largement suffisant pour un usage courant et au vu des limitations de vitesse européennes.
Le véhicule prototype d’essai, réalisé donc sur base Ford Fiesta, est comparable à un modèle classique de série. La conduite est plutôt agréable et on peut même s’offrir quelques humeurs sportives grâce au «torque vectoring» (différentiel de vitesse sur les roues). Plus en amont, les ingénieurs de Schaeffler ont testé le véhicule et ses eWheel dans les conditions les plus extrêmes, comme des essais d’hiver sur neige mouillée et collante ou par -33°C. Et les résultats ont été largement à la hauteur des espérances.
Pour le futur, l’équipementier travaille sur divers projets et pense que des véhicules utilisant sa technologie pourraient sortir d’ici 2018-2020. Il est aussi partie prenante dans le projet de recherche Mehren : un véhicule électrique multi-moteur avec utilisation maximisée de l’espace, efficacité énergétique et sécurité sans compromis. Pour cela, Schaeffler développe l’entraînement de moyeu de roue de la prochaine génération avec divers partenaires. De tout cela pourrait sortir en 2015 un nouveau prototype de véhicule virtuel, qui intégrerait l’entraînement de moyeu de roue comme système d’entraînement standard dès le départ.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Avatar