Amazon et les pièces autos: les possibles raisons d’un évident retard…

Plus d’un an après avoir mis en ligne des pièces auto, Amazon en est toujours à un moteur de recherche préhistorique en la matière et à une offre incomplète par rapport à ses concurrents. Les rumeurs qui expliquent ce retard vont bon train…

Homepage amazon

Pourquoi, plus d’un an après son lancement, Amazon propose-t-il encore un moteur de recherche « Beta » (en développement) pour sa boutique « pièces auto »?

lecteur 110En mars 2013, nous vous révélions l’arrivée d’Amazon sur la pièce auto (voir «Internet : Amazon arrive… et c’est une révolution !»). Force est de constater, plus d’un an après, que la boutique pièces et accessoires du site en est encore à la version «Beta» (en développement) de son moteur de recherche.

Cette lenteur de développement est pour le moins étonnante, quand on connaît la puissance de frappe du site N°1 du e-commerce du monde occidental et l’importance d’un moteur de recherche pertinent pour vendre sur internet. Pourquoi diable le site mondial en reste-t-il à cette version compliquée, peu pratique, très inférieure à celles qu’utilisent les “petits” sites franco-français de pièces en ligne ? Peut-être parce que la pièce n’est évidemment pas sa seule spécialité et qu’Amazon poursuit sereinement sa croissance en étant la place de marché de tous types de produits. Peut-être.

Mais peut-être aussi Amazon n’a-t-il pas non plus réussi à séduire les fournisseurs équipementiers. Les rumeurs sont tenaces quant à une certaine résistance de ces derniers à voir le mastodonte ajouter son offre à celle des Oscaro, Yakarouler, Mister-auto et consorts. Une résistance qui prendrait plusieurs formes.

Une forte résistance équipementière ?

La première, c’est celle qui consiste à ne pas renouveler les erreurs faites avec les autres sites. Pas question par exemple de voir affichées sur ce linéaire virtuel des pièces dites “techniques”  nécessitant une pose. D’accord donc pour les pièces indubitablement “do it” ; pas d’accord pour les autres qui nécessitent un vrai geste technique. Les négociations continueraient entre Amazon et beaucoup d’équipementiers sur ce sujet.

Autre rumeur qui expliquerait plus directement pourquoi le moteur de recherche d’Amazon demeure étonnamment préhistorique : le refus de Tecdoc de fournir Amazon. Or, si Tecdoc n’est pas exempt de défauts, il constitue la seule clé d’accès à toutes les références de pièces auto, à leurs «cross-referencing» (croisement des références équivalentes des tous les équipementiers et constructeurs) et à leurs prix.

Mais tout cela, ce ne sont bien sûr que des rumeurs. En tout cas, si on peut effectivement résister ainsi à Amazon, on devrait aussi pouvoir le faire face à l’arrivée d’Alibaba.com, infiniment plus critiquable en l’état actuel du contenu de son offre en pièces (voir «Comment Alibaba.com pille déjà les grandes marques de la pièce»)…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction