Feda : les grands chantiers de 2015

Partagez

Plateformes et réparateurs « 4532Z », interminable fin du monopole des pièces captives, déploiement de “l’arrêté Garantie”, combats pour l’accès plein et entier à l’info technique, création du nouveau syndicat des indépendants, concurrence de la “pièce internet”, qualité de l’air… La Feda a encore un programme chargé pour 2015…

feda_A.Landec_620

Ce n’est pas tout de vouloir créer une grande organisation professionnelle fédérant tous les indépendants (voir «SNISA, le pas si simple syndicat des indépendants créé par la FEDA»). Encore faut-il prouver plus que jamais que l’on est sur tous leurs fronts. Et à ce titre, la Feda affiche un calendrier chargé…

2014 a vu la victoire de la filière indépendante en matière d’entretien des véhicule encore en période de garantie (voir «Entretien sans perte de garantie : l’arrêté est paru !»). «L’arrêté du 26 mai 2014, qui s’appuie sur le rapport de l’Autorité de la Concurrence de 2012, dispose désormais que le carnet d’entretien des véhicule doit mentionner clairement qu’il est possible de faire entretenir son véhicule hors du réseau de marque sans perte de garantie», rappelle Yves Riou, délégué général de la Feda.

Disposer de cette prérogative désormais gravée dans le marbre de la loi est une chose ; pouvoir s’en servir sans être bridé par la technique en est une autre. Dans ce cadre, le groupe de travail français attaché à la standardisation de l’information technique pour Euro 5 et 6, et dont la Feda est membre, a certes pu enregistrer des avancées significatives en 2014 (adoption d’une terminologie commune par exemple). «Reste que l’étude Ricardo-AEA met en lumière que tous les constructeurs ne jouent pas forcément le jeu et la difficulté des indépendants à s’affranchir de plusieurs barrières dans leur activité (infos incomplètes, délais de mise à disposition, identification des pièces), souligne le délégué général. La Feda continue donc de demander aux autorités françaises une harmonisation des procédures d’enquêtes et des pénalités, pour non respect de la législation européenne.» Pénalités encore à ce jour non fixées en droit français !

Un revers parmi les dossiers traités en 2014 : le retrait de la directive concernant la clause de réparation, gagnée en 2007 devant le Parlement européen et mise 7 ans durant au “frigo” par l’exécutif de Bruxelles. Une déception pour un dossier de longue haleine, qui faisait aussi long feu en France fin 2011 après d’âpres combats au Parlement français et malgré les préconisations d’ouverture de l’Autorité de la concurrence (voir«Prix des pièces captives: fin de pénitence pour les constructeurs» et «l’Autorité prône l’ouverture du marché des pièces de carrosserie !»); mais la Feda se veut plus que jamais mobilisée tant au niveau national qu’au niveau européen.

Les projets pour 2015

Le nouveau président de la Feda Alain Landec, a donc annoncé s’atteler à diverses tâches en 2015. Outre le dossier brûlant concernant la représentativité des syndicats, il entend également remettre un peu d’ordre dans la chaîne de distribution, qui s’est un peu enrayée avec l’apparition parfois chaotique de codes APE permettant à des professionnels de l’entretien-réparation de s’approvisionner directement auprès de plateformes régionales. Résultat : les plateformes pouvaient souvent, à bon droit, arguer qu’elles ne pouvaient plus savoir qui étaient leurs clients ! (voir «La possible et dangereuse multiplication des réparateurs 4532Z»).Aussi Alain Landec souhaite-t-il établir une Charte de bonne conduite avec les plateformes, qui conférerait à chacun des signataires une sorte de label de la part de la fédération.

Autres projets 2015 pour le nouveau président : revaloriser un métier de la distribution traditionnelle aux vertus quelque peu malmenées ces dernières années avec l’émergence de pure players internet cassant les prix. «La Feda entend rappeler aussi souvent que possible l’étendue des fonctions remplies par les distributeurs : le stockage bien sûr, mais aussi tous les services associés, la formation, l’animation, etc.», déclare-t-il. La connectivité des véhicules, et son inévitable impact sur le marché de l’après-vente, est également un des dossiers dont va s’emparer la Feda cette année.

Enfin, la Feda annonce renforcer sa communication en 2015 avec pas moins de trois campagnes prévues durant l’année : dès ce mois de janvier, la Feda lance ainsi une vaste campagne dédiée à la sécurité et plus particulièrement à la suspension. Elaborée en collaboration avec le Secur (collective des amortisseurs), cette campagne comprendra un film intitulé «Ange et Démon» qui sera relayé en ligne sur les deux sites des partenaires et s’appuiera également pour la première fois sur un kit, baptisé Fedabox, et décliné en deux versions : une pour les distributeurs, l’autre pour les réparateurs. Les kits contiendront des argumentaires de ventes et des outils de communication.

Une deuxième vague de communication, basée sur le même principe, sera initiée en mars et cette fois-ci dédiée à la qualité de l’air dans l’habitacle. La troisième et dernière campagne aura pour thématique le Diesel. Mise en place par le groupe éponyme de la Feda, il axe son message vers les réparateurs (pour l’achat de composants rénovés dans les règles de l’art) ainsi que le grand public (pour les inciter à entretenir leur véhicule). A ce titre, le programme Eco-entretien, créé par la Feda, sera davantage promu car c’est à l’heure actuelle, «le seul process pertinent pour améliorer la qualité de l’air», martèle Yves Riou…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*