Exclusif – Yakarouler.com entre chez… Autolia Group!

Partagez

Dernière minute : l’arrivée de Yakarouler dans le groupement Autolia est un peu plus compliquée que l’article ci-dessous ne vous l’a dit ce matin (voir «Précision sur Yakarouler-Autolia : le site est entré par un adhérent de TF !». L’article ci-dessous a d’ailleurs été modifié en ce sens…

S’il en fallait encore un, voilà bien un nouveau symptôme spectaculaire de la fin de la guerre froide qui a si longtemps et si violemment opposé les acteurs traditionnels de la pièce aux champions de son e-commerce : Yakarouler.com vient d’entrer (indirectement via TF) au…  groupement d’Autolia Group ! Après Mister-auto/PSA, puis Allopneus/Michelin, cet autre type de rapprochement traduit une tendance lourde. A qui le tour ?

yakarouler

Une info venue de nos lecteurs-correspondants!Les équipementiers fournisseurs de yakarouler.com viennent de l’apprendre par un courrier de TF : ce groupement membre d’Autolia (Agra, Flauraud, TVI et donc “TF”, pour ne plus avoir à dire “Temot France”), vient d’accueillir un nouvel adhérent qui n’est autre que le troisième site français de la vente de pièces en ligne ! La signature a eu lieu la semaine dernière. Yakarouler a intégré une sous-structure du distributeur Océane, adhérent de TF. Et c’est la première fois qu’un e-commerçant tel que Yakarouler intègre un groupement dit traditionnel, même si le site entre discrètement via TF et non pas directement chez Autolia comme nous l’avons cru et écrit dans la précédente version de cet article. Le site et ses 40 millions d’euros de CA attendus cette année vont en tout cas venir rejoindre Autolia Group qui revendiquait en 2014 quelque 250 millions d’euros d’achats pour 290 points de vente.

L’intérêt bien compris des deux parties

Voilà qui a du sens pour tout le monde. Pour le site qui reprenait douloureusement son indépendance capitalistique en 2014, c’est une belle façon de redorer sa faible rentabilité : il va mieux acheter grâce au groupement tout en s’ouvrant ainsi une voie royale vers des fournisseurs jusqu’alors inaccessibles. Pour Autolia Group qui, hormis l’entité consolidée Flauraud, fédère des petits et moyens distributeurs-stockistes, c’est aussi une évidente aubaine : avec ces 40 millions de chiffre d’affaires supplémentaires apportés par un seul nouvel entrant, le groupement tutoie, voire franchit, la barre symbolique des 300 millions d’euros d’achats annuels et se maintient dans l’univers des centrales qui comptent. Ce n’est pas inutile pour exister en confortant l’interne comme l’externe. Surtout face aux deux gourmands géants que sont devenus Autodistribution et Alliance Automotive qui, eux, ont déjà chacun dépassé le milliard et affichent leurs volontés de croissance…

Bien sûr, ce mariage va immanquablement en faire tousser quelques uns. Les équipementiers fournisseurs de Yakarouler d’abord, qui vont voir leurs marges baisser en proportion des appétits cumulatifs du site et du groupement ; quelques distributeurs-stockistes ténors ensuite, parmi ceux qui continuent de regarder la vente en ligne de travers et qui vont peut-être aussi en prendre ombrage. D’autant que, même si nous ne pouvions le vérifier précisément à l’heure où nous bouclions ces lignes, il nous semble que Yakarouler intègre d’office, par sa taille, le “Top 3” des plus gros points de vente fédérés par Autolia.

Ce lundi matin, Autolia nous a précisé n’avoir certes pas adoubé l’arrivée indirecte de Yakarouler chez TF et ne pouvoir maîtriser les décisions d’adhérents d’adhérents. N’empêche : Yann Gyssels et André Brutinel, respectivement patrons de Yakarouler et d’Autolia, vont peut-être devoir chercher et trouver les mots justes…

L’inéluctable entente ?

Mais est-ce encore vraiment, en ce mois de juin 2015, une si intolérable hérésie ? Sûrement moins qu’il y a cinq ans, quand par exemple la Feda comptait Oscaro comme simple cotisant parmi ses adhérents. Ces derniers considéraient alors ce voisinage comme insupportablement sulfureux, s’agitant jusqu’à obtenir son exclusion du syndicat en 2011. Encore bien moins probablement depuis que Mister-Auto a été purement et simplement repris par PSA en février dernier (peut-être même un peu trop vite), puis qu’Allopneus tombait pour 40% de son capital dans le giron de Michelin deux mois plus tard… Le Mur de Berlin entre “pure-players” et “tradis” s’effrite de plus en plus vite ; les positions passionnelles s’érodent au même rythme…

Aussi spectaculaire qu’il soit, le rapprochement Yakarouler/TF dans Autolia ne sera donc sûrement pas ressenti comme cataclysmique. Bon gré mal gré, les sites ont compris qu’ils doivent oublier la période de conquête exponentielle pour entrer dans celle de la prudente consolidation de leurs positions. Dans leur contexte structurel de faibles marges, la fin de leur mirifique croissance exige de rechercher des solutions pérennes. Et ces dernières passent aussi par ces bonnes vieilles méthodes traditionnelles qu’ils ont pourtant parfois si vilainement bousculées pour naître et croître…

En face, les tenants de la vieille économie de la pièce sont tout aussi conscients que la digitalisation de leurs activités historiques devient nécessaire, en même temps qu’ils ont compris que le e-commerce leur a fait plus de mal qu’il ne pourra encore leur en faire (voir «PSA et Mister-Auto, Michelin et Allopneus : l’ère des mariages de raison(s)…»). Si sites et distributeurs n’ont guère su s’attendre, au moins apprennent-ils à s’entendre…

Yakarouler, un adhérent presque comme les autres

Aussi éloignés que soient leurs business models respectifs, rien d’étonnant donc à voir un Yakarouler et un TF/Autolia trouver aujourd’hui un tel terrain d’entente. Et puis, disons-le tout net : Yakarouler exhibe un stock, une baie de réparation, un comptoir, un “presque” réseau de 1 600 réparateurs-partenaires… En bien des points, il compte donc quelques solides gènes communs avec les bons vieux distributeurs ; tout au plus a-t-il un peu hypertrophié sa vitrine digitale. C’est d’ailleurs sûrement ainsi que son arrivée sera présentée aux autres adhérents du groupement de distributeurs : Yakarouler membre d’Océane/TF n’est finalement qu’un banal avatar de plus de cette récente mais croissante tendance aux rapprochements pragmatiques entre e-commerce et vieille économie.

Reste à ce titre un constat à faire. Mister-Auto a donc été repris par PSA ; Allopneus.com par Michelin, même si ce n’est pas (encore) pour la totalité de son capital ; Yakarouler.com vient maintenant s’adosser à un groupement. Ils ont tous trois prouvé, chacun à leur manière, qu’il est difficile aux sites de pièces en ligne de conserver des perspectives en restant seul. Faut-il donc s’attendre à d’autres spectaculaires signes de la fin du “Yalta de la pièce” entre acteurs traditionnels et champions du digital ?

Du coup, de plus en plus de regards appuyés se braquent maintenant sur Oscaro.com, le leader solitaire aux pieds financiers d’argile, dont beaucoup s’interrogent d’ailleurs sur son inhabituelle discrétion depuis quelques mois. Ce serait une drôle d’ironie de la jeune histoire de la pièce digitale s’il lui venait, à lui aussi −et à lui, surtout !− l’idée d’intégrer un de ces groupements qu’il s’est tant plu à démoder…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,44 sur 5)
Loading...

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*