Pièces : Stockopro ressuscite les « stocks morts »

Né de l’esprit et de l’expérience d’un ancien de chez PSA Peugeot-Citroën, Stéphan Passebois, stockopro.com promet à tous les professionnels gravitant autour de la réparation automobile –distributeurs-stockistes, garagistes, carrossiers, experts– de mettre en vente leur stock de pièces mort et/ou d’acheter aux autres pros celles dont ils ont besoin à moindre coût. L’occasion de se dégager d’un poids économique, d’élargir sa zone de chalandise virtuelle et de s’offrir une alternative à la pièce de réemploi en termes de prix.

stockopro_620

Vous connaissiez déjà “Vide Garage”, l’initiative de Speedy à l’attention de son réseau. L’enseigne de réparation rapide s’apprête, en effet, à relancer son opération de déstockage des pièces qui ne tournent plus de ses adhérents. Sauf que ledit service n’est pas ouvert aux autres acteurs de la rechange automobile, que le stock mort de chaque centre intégré ou franchisé Speedy reste sa propriété et que les pièces qui le composent ne peuvent être partagés avec les autres ateliers du réseau…

Stockopro, lui, va plus loin. Le site Internet que vient de lancer Stéphan Passebois, 40 ans, ancien responsable grands comptes (NdlR : les flottes) chez PSA Peugeot-Citroën et fondateur de SNB Automobiles, qui édite stockopro.com, ne se limite pas à un réseau, une enseigne, ni même à un seul métier. C’est à l’ensemble des acteurs de la rechange automobile que stockopro.com s’adresse : réparateurs (concessionnaires, agents, MRA), grossistes et distributeurs, spécialistes VO et même experts en automobile.

Suivre la référence constructeur

En aucun cas Stockopro ne se veut un énième site de vente de pièces en ligne. Véritable place de marché en ligne où chaque professionnel peut déposer des annonces pour ses pièces neuves qui ne tournent plus depuis plus d’un an –son stock “dormant”– ou depuis plus de deux ans –son stock “mort”– Stockopro propose exclusivement des pièces référencées avec les références constructeur et uniquement réservées aux professionnels. Les particuliers, en effet, ne peuvent s’y fournir eux-mêmes. Ils peuvent s’y créer un compte gratuit mais uniquement dans le but de se renseigner sur la disponibilité de la pièce dont ils ont besoin pour réparer ou entretenir leur véhicule et conseiller à leur réparateur auprès de qui se la procurer.

«Dépréciation, désistement de clients, obsolescence, les raisons sont nombreuses pour alimenter le stock tournant peu ou pas. Ce dernier représente environ 5% de la valeur d’un stock bien géré mais il peut atteindre 15% dans de moins bonnes conditions, affirme Laurent Caillet, directeur général de Port Marly Accessoires, distributeur de pièces, d’accessoires et d’outillage automobile dans les Yvelines. C’est une charge lourde pesant sur le compte de résultat.» Des taux qui peuvent paraître impressionnants mais qui, venant d’un distributeur, ne sont visiblement rien par rapport au poids du stock dormant ou mort d’un réparateur, à en croire Stéphan Passebois. Du moins un réparateur sous enseigne constructeur.

Trois fois la valeur du stock “vivant” !

Le fondateur de Stockopro, en effet, en connaît un rayon dans le domaine puisqu’après avoir quitté PSA suite à sept années de bons et loyaux services, et fait une formation à l’Essec, fameuse école de commerce de Cergy, il a repris une… agence Peugeot ! Et même une deuxième, un an plus tard. S’il en a revendu l’une des deux il y a deux ans, l’expérience lui a permis de prendre en pleine figure la restrictive politique de distribution de pièces du constructeur et la plus restrictive encore politique de reprise des mêmes pièces.

«Depuis neuf ans, j’ai accumulé un certain nombre de pièces neuves que le constructeur n’a pas pu me reprendre : des pièces électroniques, de carrosserie ou techniques, comme des pompes à carburant immergées, justement parce qu’elles sont immergées, souligne-t-il. Or les réparateurs ne sont pas des distributeurs, nous n’avons pas leur expertise pour gérer et maîtriser les pièces qui ne tournent pas. Alors que mon stock courant vaut 15 000 euros, mon stock mort, lui, atteint les 40 000 euros. Et parmi nos adhérents pilotes, un confrère sous enseigne Mercedes supporte un stock mort de 140 000 euros !» Des contraintes qui sont sûrement allégées chez les réparateurs clients de la distribution indépendante, les conditions de reprise des pièces étant autrement plus souples que celles du canal constructeur, mais dont le poids se fait tout de même sentir.

Mise à prix libre

Ainsi, pour tous les professionnels de l’auto en mal d’espace sur leurs étagères ou en mal de turnover et de rentabilité en matière de pièces, Stockopro offre une solution. Le site permet à tout distributeur ou réparateur de mettre en ligne des annonces pour chacune de ses pièces, via la référence constructeur, affichées au prix qu’il souhaite, mais toujours avec son prix de vente d’origine en guise de référence. Il s’agit, bien sûr, de prix professionnels, négociables de gré à gré, mais libre à chaque vendeur de «pricer» ses pièces et accessoires comme il le souhaite.  «Au fur et à mesure que les pièces seront mises en vente, pour chaque référence, nous consignerons les prix pour parvenir, à moyen terme, à une cote», explique Stéphan Passebois.

Tout adhérent de stockopro.com peut effectuer une recherche de pièces, consulter les annonces et géolocaliser les vendeurs, gratuitement. Des alertes peuvent être enregistrées pour n’importe quelle référence et le site prévient alors l’adhérent du moment de sa disponibilité. Pour les experts en automobile, le site peut également émettre des recommandations de pièces. Enfin, pour les acheteurs comme pour les vendeurs, le suivi des transactions est assuré. Les annonces obsolètes sont automatiquement supprimées et le vendeur peut même noter ses clients dans une démarche inversée par rapport aux traditionnels sites de vente en ligne généralistes.

Trois niveaux d’abonnement

Pour satisfaire aux besoins des différents publics que vise Stockopro, trois formules d’abonnement, en plus de l’inscription gratuite offerte aux particuliers pour consulter les annonces. La première, pour 300 euros HT par an, s’adresse avant tout aux MRA et aux agents : elle permet, outre la consultation d’annonce, le dépôt d’annonces illimité et gratuit, la consultation d’informations produits, la consultation des informations vendeur, et l’achat de pièces. La deuxième, pour 1 200 euros HT par an, s’adresse aux distributeurs, grossistes et concessionnaires : ils peuvent ainsi déposer leurs annonces, importer gratuitement le catalogue de pièces qu’ils souhaitent mettre en vente par le biais d’un fichier CSV ou FTP, consulter les annonces, les informations vendeur, et acheter des pièces sans limite.

Enfin, le troisième niveau d’abonnement a été pensé pour les experts en automobile qui, pour 180 euros HT par an, peuvent consulter les annonces sans limite, les informations produits, connaître leur localisation précise afin de pouvoir la prescrire au réparateur à qui ils ont affaire par le biais de recommandations. Une manière supplémentaire, pour eux, de réduire le coût des pièces sur la facture au moment de la réparation, sans forcément ne compter que sur la pièce d’occasion. «Le montant des abonnements est modique et abordable pour tout professionnel, affirme Stéphan Passebois. En tant que réparateurs, nous devons payer 5 000 euros par an aux Pages Jaunes pour avoir seulement un encart sur leur site et dans l’annuaire. Stockopro offre autrement plus de services.»

Alternative à la pièce de réemploi

Cette approche s’avère tout à fait “écolonomique”. Elle est écologique car elle évite la destruction des pièces et la fabrication de nouvelles, avec toute la dépense d’énergie que cela comporte, et peut être trouvée chez un professionnel situé à proximité. Elle est économique car la pièce est revendue moins cher que son prix d’origine par le pro qui la détient et qu’il se débarrasse ainsi des lourds coûts d’immobilisation que génère son stockage. Une opération gagnant-gagnant pour le pro qui vend comme pour celui qui achète et pour son client final. Pour qui cherche une pièce moins chère et plus verte, l’initiative Stockopro se présente en alternative crédible à la pièce de réemploi qui, elle-même, se veut déjà l’alternative de la pièce neuve.

Annonce Stockopro

Voici comment se présentent les résultats de recherches pour chaque pièce sur www.stockopro.com.

1 commentaire concernant “Pièces : Stockopro ressuscite les « stocks morts »”

  1. l’association des distributeurs des pièces BOSCH avait initié une expérience similaire sur le minitel.
    C’était effectivement un bon moyen de retrouver des nanars mais elle s’est éteinte de sa belle mort surement par manque d’animation et une forte mauvaise tendance a contacter les copains pour des pièces qu’ils avaient déjà vendues ou ne trouvaient plus !!!

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (4 votes, moyenne : 4,50 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction