Pièce d’occasion : le sondage à contre-courant de Vivastreet

Partagez

Contrairement à ce que laissent entendre la plupart des enquêtes menées à la demande des professionnels de la pièce de réemploi, le numéro 2 des petites annonces en ligne, Vivastreet, vient de communiquer les résultats d’un sondage qui souligne que les Français seraient défavorables, d’une courte majorité, à l’usage de pièces d’occasion pour réparer leur véhicule.

Pieces-occasion-Vivastreet-image-de-Une

Lorsque ce sont les professionnels du recyclage automobile qui commandent les enquêtes, leurs résultats montrent que les automobilistes sont plutôt favorables à l’utilisation de pièces de réemploi pour réparer leur véhicule. En décembre 2014, un sondage BVA démontrait en effet que les deux tiers des Français seraient prêts à recourir à des pièces d’occasion dans ce but. Aujourd’hui, Vivastreet, numéro 2 des petites annonces en ligne en France derrière Leboncoin, et en contact permanent avec les particuliers, prétend l’inverse…

S’appuyant sur l’adoption de la loi sur la Transition énergétique en août dernier et notamment son amendement obligeant le réparateur à proposer à son client d’opter pour des pièces issues de l’économie circulaire, le site web a décidé de poser aux usagers de sa rubrique automobile la question suivante : «seriez-vous prêt à réparer votre voiture avec des pièces d’occasion ?». Et la réponse est… non à 54% ! Le sondage, mené du 11 au 17 janvier derniers auprès de 1 260 visiteurs, révèle également la principale préoccupation des automobilistes à ce sujet : la sécurité.

Un manque d’informations

Selon le site Internet, «Les consommateurs questionnent d’ores et déjà l’origine de ces pièces détachées et remettent notamment en cause la garantie de la sécurité des usagers sur les routes. La fiabilité de la provenance ainsi que le contrôle de ces pièces restent encore flous.» Partant de ce constat, il n’y a donc rien de surprenant à ce que la fameuse liste de pièces concernées par la loi, qui doit être entérinée par un décret du Conseil d’Etat, ne soit toujours pas arrêtée. La question des pièces dites “de sécurité” est en effet l’un des points clés des négociations entre les différentes parties concernées par l’application de ce versant de la loi sur la Transition énergétique, autrement appelée loi “Royal”.

Ceci, ainsi que le «peu d’informations […] encore disponibles à ce sujet […] explique ces résultats très serrés», affirme Vivastreet. Le ministère de l’Écologie a donc intérêt à revoir ses fondamentaux s’il veut que les automobilistes comprennent bien les garanties auxquelles ils ont droit en matière de pièces de réemploi une fois cette partie de la loi rendue applicable par le décret. Car Vivastreet l’affirme, « la dépense moyenne des Français pour une voiture demeure élevée : 5 700 euros par an, souligne le site d’annonces. Le prix des réparations automobiles a quant à lui augmenté de 3,5% depuis 2014. Or une pièce détachée d’occasion se facture en moyenne 30% moins cher qu’une neuve, ce qui permet au conducteur de réaliser des économies de taille».

En résumé, les perspectives d’économies que fait miroiter la loi auprès des propriétaires de véhicules ont de quoi séduire. Reste à faire taire les doutes. «Depuis quelques années, avec la crise économique, on assiste à un changement des comportements, rappelle Cédric Brochier, General Manager France de Vivastreet. Les Français limitent les dépenses, notamment celles liées à l’entretien de leur voiture. Certains, pour éviter de payer très cher leurs réparations, préfèrent payer une amende. Ainsi, la possibilité de faire une économie non négligeable risque bien de faire pencher la balance en faveur des pièces détachées d’occasion, notamment pour les petits budgets.» Sur les quelque 20 000 annonces automobiles en ligne sur Vivastreet, environ 10 000 concernent uniquement des pièces détachées. Et 2 000 annonces au total sont postées par des professionnels…

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 3,00 sur 5)
Loading...

2 Commentaires concernant “Pièce d’occasion : le sondage à contre-courant de Vivastreet”

  1. Il serait fort intéressant de connaître l’avis des experts « indépendants » sur l’emploi de telles pièces alors qu’aucune liste n’a été établie par Décret et que rien n’empêche donc le montage de pieces de sécurité de réemploi… Qu’en pensez-vous Messieurs ?

  2. Nous pour le coup sur SosCasseAuto.fr, on constate que les casses automobiles ont le vent en poupe et que la vente de pièces auto d’occasion se démocratise de plus en plus. Alors après peut être que sur Vivastreet, cela fonctionne moins bien d’où le résultat de leur sondage. Mais ce n’est pas notre constat.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*


*