Pierre Farsy, le discret réinventeur de la distribution de pièces

Pierre Farsy est mort le 17 février dernier à Marseille, terre de l’entreprise familiale, à 86 ans. De 1977 à 2003, il a activement participé à la modernisation de la distribution de pièces en France, en faisant d’Autodistribution le leader des groupements français. Il restera une figure visionnaire de ce métier qu’il a discrètement, mais sûrement, su faire évoluer…

FARSY_36_620

Pierre Farsy

C’est une page historique d’Autodistribution qui se tourne : Pierre Farsy vient de s’éteindre le 17 février dans sa 86ème année à Marseille, la ville même où son père Edmond créait “Les Etablissements Farsy” en 1928 sur la célèbre avenue du Prado. En 1977 et même si l’entreprise marseillaise prospérait sous la direction de son frère Robert, Pierre Farsy a vu plus grand. L’ingénieur de l’ESIM, démocratisé “piéçard” depuis 1954 qu’il participait au développement de l’entreprise familiale (directeur commercial, puis directeur général), réinventait cette année-là le groupement Autodistribution né en 1960 sous le nom initial de L’Auto.

Sa vision était claire : ce que la grande distribution avait inventé, la distribution des pièces devait savoir s’en inspirer, au moins en ce qui concerne ce “back-office” éminemment lucratif qui s’appelle la massification des achats. Les trente distributeurs déjà fédérés sous l’enseigne qu’il emmenait alors dans cette nouvelle aventure l’avaient aussi compris.

Les bases étaient jetées de ce qui allait devenir le groupement leader de la distribution de pièces en France, largement imité, parfois égalé mais rarement dépassé. En 1985, il se fera à nouveau précurseur en créant le réseau AD, la première enseigne réunissant des MRA. En 1988, il initiera aussi les petits centres auto Maxauto. Là encore, il importait le premier les innovations issues d’une grande distribution qui, depuis le début des années 80, fabriquait à marche forcée les premiers réseaux multimarque de centres auto et fast fitters qu’on appelait alors « la nouvelle distribution ».

« Il avait été un des tous premiers à croire à la force de notre modèle multimarque en se regroupant aux côtés de 30 autres distributeurs dès 1960 », vient de rappeler Stéphane Antiglio, le président de l’actuelle Autodistribution, dans un hommage appuyé à celui qui, s’il n’était pas le fondateur absolu du groupement, en a été l’indiscutable refondateur et modernisateur ; « Autodistribution lui doit beaucoup et nous gardons en mémoire ses actions en faveur du développement du Groupement. »

Nous ne nous risquerons pas plus avant à raconter ce patron intelligent évidemment, visionnaire indiscutablement, mais discret, indécrottablement. Il fuyait trop la lumière et les aspérités pour que l’on puisse aujourd’hui en tirer un portrait réaliste et fiable. Sinon en cela : celui que beaucoup craignaient mais respectaient, celui qui pratiquait le bridge de compétition, savait nécessairement être un très fin tacticien et un habile politique.

Le plus bel exemple ? En 1978, un an après être devenu président de l’Autodistribution, il saura tirer tous les profits et toutes les ficelles de la trajectoire parallèle de son pourtant antonyme en tout : le bruyant, gouailleur et autoritaire Jean Maurus. C’est Pierre Farsy qui l’aidera discrètement, de 1978 à 2000, à monter sur le trône de la Feda puis à régner sans grand partage, durant 22 ans, sur le monde des distributeurs. Membre du bureau fédéral de la Feda jusqu’en 2005, Pierre Farsy devra et saura parfois rappeler à ce Jean Maurus tempétueux « qui l’a fait roi ». Mais tous deux travailleront de concert à la difficile mais nécessaire mutation d’un métier qui passera ainsi en deux décennies des triviaux “grossistes” aux “distributeurs-stockistes” afin de pouvoir maintenant s’anoblir logisticiens. En retour, Jean Maurus n’oubliera jamais qu’il n’était que son Mazarin et saura toujours ne pas trop contrarier les desseins de cette Autodistribution qu’on avait alors encore le droit d’appeler «l’AD».

Retiré des affaires depuis 2003 (même s’il était depuis président d’honneur de l’AD International), il s’était installé entre le Maroc et sa cité phocéenne. Pierre Farsy s’est éteint comme il a vécu : discrètement, mais sans que l’on puisse l’ignorer tant il est et restera une figure fondatrice de ce qu’est devenue aujourd’hui la distribution indépendante de pièces et de services automobiles.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (9 votes, moyenne : 4,89 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur