Pièces Distribution

Baromètre Feda : net ralentissement de l’après-vente au 3ème trimestre

Dans le cadre du CDA organisé hier par la Feda, l’institut d’études I+C est venu confirmer un très net ralentissement de l’activité dans l’après-vente automobile, sur le segment VL comme PL, en atelier comme en pièces. Sans attendre d’embellie de ce quatrième trimestre marqué par les grèves…

Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Si les professionnels réunis au CDA (Club de la Distribution Automobile) espéraient une bonne nouvelle du dorénavant régulier baromètre de l’activité après-vente de la Feda, ils ont dû être déçus. Les courbes de l’institut de sondage I+C dévoilées hier n’ont pas pu rassurer les principaux acteurs de la rechange indépendante car le troisième trimestre 2019 n’a pas été bon.

Et si les chiffres de la CGI (Confédération Française du Commerce de Gros et International) pour l’ensemble de ce secteur affichent une hausse de 2% par rapport au même 3è trimestre 2018 comme en tendance annuelle (évolution sur 12 mois glissants), ce n’est qu’un trompe l’œil. La filière de la rechange et de la réparation auto a, elle, observé un ralentissement sensible de l’activité durant cette période. Le secteur de «l’approvisionnement de l’industrie et pièces détachées automobile» s’est ainsi stabilisé à +1%, loin du début d’année autrement plus dynamique avec sa hausse de 2,5% par rapport au même trimestre 2018. La décrue enregistrée à partir du 2è trimestre 2019 s’est donc poursuivie durant le 3è, pour ramener la moyenne annuelle à 1,5%. En attendant l’impact probablement négatif d’un 4ème trimestre qui, de l’avis de nombre d’observateurs, pourrait tendre vers une peu rassurante stabilité 2019/2018…

Distributeurs en repli

Dans le détail, l’institut de sondage souligne que tous les domaines d’activité des distributeurs ont été impactés, à l’exception des prestations atelier. Ainsi, l’activité VL a enregistré un recul de 1,5% sur le 3è trimestre 2019 par rapport à la même période un an plus tôt. Après un 2è trimestre assez catastrophique (-6%), le recul est donc limité dans l’absolu, mais la tendance observée sur 12 mois glissants tombe dans le rouge : -2,5%.

Concernant l’activité carrosserie peinture, là encore pas de miracle. Après une année 2018 tout simplement exceptionnelle (avec un T3 à +16% et un T4 à +7%), 2019 ne pouvait continuer sur un tel trend. L’activité a donc assez logiquement marqué le pas : -1% au T1, -2% au T2, -1,5% au T3. Des reculs à relativiser, puisqu’ils se comparent à de superbes hausses passées. In fine, la tendance sur 12 mois glissants reste encore à +0,5%, mais grâce au bon souvenir laissé par le 4è trimestre 2018…

Distribution de pièces VL dans le rouge

Pièces de grandes ventes (PGV) -et plus encore pièces techniques-, ne sont pas davantage à la fête : tandis que les premières accusent -2% par rapport au même trimestre 2018, les secondes (qui représentent en moyenne 50% du CA d’un distributeur),  enregistrent une baisse de 1,5%. Pas de quoi pavoiser donc après les mauvais résultats accumulés sur les deux premiers trimestres 2019. Du coup, la tendance sur 12 mois glissants s’établit à -2,5% pour les PGV et à -4% pour les pièces techniques…

Seule lueur dans ce ciel bien assombri : les prestations atelier des distributeurs redressent la barre au T3 2019 avec une hausse de 2% après deux trimestres compliqués (respectivement -2% au T1 et -4% au T2). Mais c’est un lot de consolation car les prestations atelier ne pèsent pas très lourd dans l’activité globale d’un distributeur (5% selon I+C). Quand il en a une…

Et le PL ? Après un cru 2018 de très haute tenue, l’activité voit sa dynamique marquer le pas depuis le deuxième trimestre 2019. Au T3, l’activité connaît ainsi une très légère hausse de 1% avec, dans le détail, une hausse de 0,5% du négoce de pièces (et une tendance annuelle de +1,2%) et de 1,5% pour les prestations atelier. Cette dernière activité garde toutefois une tendance soutenue sur 12 mois glissants (+3,25%).

Réparateurs atones
Cliquez sur l'image pour l'agrandir

Cliquez sur l’image pour l’agrandir

Le chiffre d’affaires en entretien courant des réparateurs est lui en hausse de 1,5% sur le bimestre septembre-octobre. Juste de quoi stabiliser la tendance sur 12 mois glissants à un maigre +0,2%. Le panier dit de pièces techniques (comprenant plaquettes et disques de frein, kits de frein à tambour, amortisseurs, silencieux d’échappement, pots catalytiques, pneus et filtres), accusent une baisse de 2,5% sur le bimestre considéré. Et la tendance sur 12 mois glissants est encore pire avec -2,7%.

Les pièces de grandes ventes (bougies d’allumage et de préchauffage, batteries, huile et balais d’essuie-glaces) s’en sortent presque bien avec une baisse limitée à 0,5% sur ces mois de septembre-octobre. Mais la tendance annuelle ressort à -1,2%…

MRA à la ramasse

Dans ce cadre, les populations de professionnels qui s’en sont le mieux sortis sont les réparateurs rapides, les pneumaticiens et les centres auto, affichant un encourageant +2% sur cette période par rapport au même bimestre 2018. Suivent les réparateurs agréés en hausse plus modérée : +1% seulement. La tendance sur 12 mois glissants est au mieux très légèrement positive, à l’image des réparateurs rapides et des pneumaticiens (+0,7%) ou des réparateurs agréés (+0,1%). Elle est nulle pour les centres auto.

De tous les réparateurs, ce sont les MRA qui semblent avoir le plus souffert. La dynamique de leur CA en entretien courant, enregistrée en juillet-août, s’est arrêtée net. De tous les réparateurs, eux seuls affichent une tendance annuelle en recul : -0,7%. 

1 commentaire concernant “Baromètre Feda : net ralentissement de l’après-vente au 3ème trimestre”

  1. Relativisons un peu, la chute de l’activité APV n’est pas aussi catastrophique que l’on veut bien l’entendre. On a toujours connu, par le passé, ce genre de fluctuation.

    Par contre ce constat permet de mettre en avant que la digitalisation actuelle n’est pas l’avenir du réparateur en général. En effet si certaines fonctions peuvent bénéficier de ces avancées modernes, il ne faut surtout pas reléguer les fondamentaux de la relation client au pilori et qui reste, à mon avis, la meilleure solution pour faire de la satisfaction par le commerce.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction