Pièces Economie circulaire

Indra : professionnalisation et visibilité pour développer la PIEC

Le réseau de centres de VHU Indra, réuni en convention nationale à Monaco le 19 janvier dernier, a annoncé maintenir la stratégie de professionnalisation de la filière et poursuivre sa diversification pour développer la PIEC, nouvelle pierre angulaire pour l’économie de la filière…

Cette année, c’est à Monaco qu’Indra Automobile Recycling, premier acteur français de recyclage automobile, a organisé sa convention nationale le 19 janvier dernier et où quelque 450 personnes du réseau de ses centres VHU agréés ont participé.

Ce grand rendez-vous a permis de faire un bilan de l’année écoulée, où Indra Automobile Recycling a réalisé un CA de 56 M€ en 2019, en baisse de 2,4 M€ par rapport à l’exercice précédent, l’arrêt brutal de la prime à la conversion au second semestre 2019 expliquant au moins pour une bonne part ce recul. Car il a pourtant traité 600 135 VHU -contre 550 000 environ en 2018- sur un total de 1 576 776 et s’arroge donc un peu plus de 38 % de parts de marché du traitement des VHU.

Il a par ailleurs multiplié les débouchés pour les pièces d’occasion prélevées sur les véhicules déconstruits avec la conclusion de nombreux accords-cadre pour fournir en pièces issues de l’économie circulaire (PIEC) avec de nombreux réseaux, dont certains réseaux de marques, les constructeurs ayant accéléré en 2019 pour trouver une solution et se mettre en conformité avec la loi : Acoat Selected, Autoneo (qui vient également de signer un accord avec Distrigo pour la fourniture de pièces de rechange, dont son offre Renew pour les PIEC), Covéa, FCA, Five Star, Honda, Nissan, Groupe PSA, Renault…

Développement et diversification

Concernant les grands axes de développement pour 2020, Indra entend poursuivre la structuration et la professionnalisation du réseau afin de répondre à la demande croissante du monde de la réparation pour la PIEC. «Le recyclage automobile et la pièce de réemploi constituent un enjeu mondial, a déclaré Loïc Bey-Rozet, directeur général d’Indra Automobile Recycling. L’accessibilité à la PIEC doit être identique à celle de la pièce neuve avec une somme de services, dont la livraison en 48h.»

Pour développer le marché de la PIEC, le DG, rencontré sur Equip Auto, affirmait également : «L’objectif en 2020 sera de continuer à faire connaître PREcis» Et de préciser : «Le chiffre d’affaires de PREcis est passé de 36 k€ en 2014 à 5,6 M€ en 2019. Le marché de la pièce de réemploi (PRE) pèse 3 % de celui de la pièce neuve aujourd’hui, alors qu’il n’en représentait que 2 % en 2016. Aujourd’hui, plus de 11 000 garages peuvent commander des pièces auprès de nous mais seulement 2 000 le font régulièrement. Il y a encore beaucoup de méfiance envers la PRE. Pourtant, dans 80 % des cas, le pro trouve ce qu’il cherche dans notre catalogue.»

Le groupe entend également diversifier son activité en s’attaquant aux segments du poids lourd et du 2 roues. Pour le premier, Indra avait annoncé en début d’année s’être rapproché du constructeur de VI Renault Trucks afin de réaliser une étude de faisabilité soutenue par l’Ademe quant à la mise en place d’une filière PIEC pour le PL.

Indra annonce aussi poursuivre son internationalisation, avec notamment des projets au Maroc ou en Côte d’Ivoire…

Gagner en visibilité

«La distribution de la PRE évolue fort : le système de marketplace sur lequel sont basés PREcis et Opisto, par exemple, transforme une distribution locale en distribution nationale. Et pour l’alimenter, il faut faire monter les démolisseurs en compétence», expliquait Loïc Bey-Rozet sur Equip Auto. Et si son expertise associée aux compétences des hommes et des femmes du réseau et aux équipements des centres font l’objet d’améliorations continues, l’accent sera plus particulièrement mis cette année sur la signalétique du réseau.

Objectif : uniformiser celle-ci afin de gagner en visibilité et faire que les clients associent le réseau de centres VHU agréés Indra à une qualité de service en matière de process de déconstruction, de traçabilité et de qualité de PIEC et de traitement des matières.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction