Pièces Déconfinement & relance

Autodistribution mise sur son « départ lancé »

Pour sa première sortie médiatique post-confinement, le groupement Autodistribution a choisi de détailler son dispositif de relance “distribution”. Si rester ouvert dès les première heures pour demeurer physiquement présent n’aura pas été organisationnellement simple, l’entreprise entend bien mettre cette dynamique partagée et rodée avec ses filiales et adhérents distributeurs indépendants au service du redémarrage de ses clients réparateurs, VL comme PL…

Voir aussi : «Rattrapage : les trois scenarii d’Autodistribution»

«On n’abandonne pas son pays, ses clients, ses équipes». Cette phrase de Stéphane Antiglio, le président de PHE, a servi de guideline à cette première conférence de presse post-confinement du groupement de distribution. Une décision prise dès le week-end précédant la plongée en confinement du mardi 17 juin (voir «Une “entreprise citoyenne” malgré le confinement»). Quand personne ne savait combien de temps durerait l’apnée économique ni quels défis sanitaires, organisationnels et humains cette volonté allait exiger de l’entreprise, de ses adhérents et des équipes, rappelle en préambule Jérémy de Brabant, directeur général du groupe de distribution.

Maintenant que l’heure est à la reprise, le groupe entend bien initier un “départ-lancé” à même de permettre à ses distributeurs et à leurs clients de ne rater aucune opportunité de business après deux mois de vaches maigres…

Confinement : un positionnement assumé…

Petit retour en arrière : alors qu’Emmanuel Macron décrète le confinement général au soir du 16 mars, le Comex (Comité exécutif) Autodistribution se réunit en s’ouvrant pour l’occasion aux distributeurs, filiales comme indépendants. La décision est orchestrée dans la foulée : Autodistribution, acteur de la mobilité –un secteur autorisé à demeurer ouvert pendant le confinement– entend rester sur le pont et maintenir ses services pour participer à l’effort de guerre.

Ces réunions deviennent quotidiennes pour piloter et adapter l’activité au jour le jour, sur fond de veille permanent des décisions ministérielles, de lien avec les organisations professionnelles et d’accompagnement des partenaires, points de distribution et clients. Sont ainsi créés des groupes de travail thématiques pour faire face aux problématiques qui naissent quotidiennement de cette situation inédite : hygiène et sécurité, RH, logistique et transport, réseaux, commerce B2B et B2C, etc.

En VL comme en PL

L’ensemble des plateformes nationales (Logistéo, Bremstar pour le PL et Cora pour la carrosserie) et régionales restent ainsi ouvertes, de même que l’essentiel des distributeurs filialisés et des distributeurs indépendants. «Au plus fort de la crise, 70% des magasins VL étaient encore en activité avec pour objectif premier la protection des salariés et des clients, détaille Frédéric Gaillard, DG de la distribution VL Autodistribution ; masques, gel hydroalcoolique, protections aux comptoirs… Nous avions également anticipé d’éventuels problèmes d’approvisionnement en début d’année avec les événements en Chine et avions investit l’équivalent de 10 M€ en stocks supplémentaires.» Quant aux réseaux VL, « 60% environ demeurent ouverts, sachant que tous vont demeurer en veille », rappelle Laurent Desrouffet, DG des activités de réparation VL.

La proportions est encore plus forte pour l’activité PL en toute première ligne du fonctionnement national : 85% des sites de distribution et 80% des ateliers demeureront ouverts, souligne Guillaume Faurès, DG des activités PL. Avec son partenaire logistique Ciblex pour les pièces PL dont J. De Brabant salue la mobilisation, Autodistribution inaugurait même la livraison directe chez le client transporteur pour le compte de son distributeur local.

Grâce à cette volonté logistique, le groupement de distribution a pu revendiquer un taux de disponibilité des produits de 92,5% en moyenne et de 95% sur les produits ‘incontournables’. Avec pour les professionnels de l’entretien-réparation 1 à 2 livraisons jour partout en France, en plus du dépannage en magasin…

La rançon de l’engagement

En parallèle du volet ‘logistique’, l’accompagnement des clients a été au centre des préoccupations : l’aide portait tout autant sur l’hygiène et la sécurité que des infos pratiques et juridiques pour obtenir des aides de l’État, sur les ressources humaines (mise en place de l’activité partielle) ou le financement. Jusqu’à des initiatives d’accompagnement financier en local !

Pour les réparateurs sous enseigne, l’accompagnement était plus important qu’à l’accoutumée avec des infos délivrées dans les newsletters AD, une rubrique ‘covid’ actualisée en permanence dans l’extranet des enseignes, une hotline et des ILV téléchargeables dédiées aux réparateurs ouverts ou d’astreinte, un soutien financier quant aux cotisations… Et une présence constante, jusqu’à voir les managers de sites assurer eux-même les livraisons.

«Nous avons débordé de notre rôle traditionnel de distributeur de pièces détachées automobiles, déclare Thierry Talbot, patron du groupe Autodistribution éponyme. Et les retours terrain ont été extrêmement positifs : durant cette période de confinement, nous avons renforcé nos liens avec nos clients, historiques ou nouveaux.»

En BtoC aussi

A noter pour l’activité BtoC : la mise en place d’un service Call & Collect en magasin, où le client particulier peut passer commande par téléphone, payer par ce même moyen et venir récupérer ses pièces sans aucun contact avec l’équipe du magasin. Ce positionnement, assumé depuis le début de la crise lorsque d’autres prônaient la fermeture pour plus de sécurité a en effet été apprécié par tous, qu’il s’agisse ou non des clients habituels du groupement, souligne Jérémy de Brabant, directeur général de PHE.

Pour les réparateurs non-clients du groupement, le site de commande de pièces Autossimo qui regroupe l’ensemble de l’offre mécanique, carrosserie et matériel de garage a vu son accès facilité. Résultat : si le portail digital n’enregistrait de commandes ‘que’ de la part de 50% de ses clients habituels fin mars, le CA n’a cessé depuis de se redresser. Au point de retrouver le CA 2019 dès la fin du confinement, qui plus est avec un nombre de comptes clients supérieur à celui pré-crise sanitaire…

La satisfaction se mesure également à l’aune des dorénavant référentielles “notations digitales” BtoB (VL). Elles sont passées durant la crise d’un déjà très bon 4,18/5 en février à 4,29 en mars et 4,36 en avril…

Plan d’action « reprise »

Pour accompagner le déconfinement, le groupement de distribution met maintenant en place une solide batterie d’outils et de services pour un «départ-lancé, dans la mesure où nous n’avons jamais cessé notre activité», précise Jérémy de Brabant.

Ainsi, depuis le 11 mai, tous les magasins ont rouvert avec un service proche de celui d’avant-crise sanitaire. Le nouveau concept de magasin poursuit son déploiement avec actuellement 250 magasins (sur 360) aux nouveaux standards. En parallèle, le nouveau site Autodistribution.fr a été lancé le 2 juin dernier, avec une nouvelle version de sa fonctionnalité click & collect. En local, le pilotage du taux de service s’opère à la demi-journée afin d’ajuster la taille des équipes en fonction de la demande.

Au-delà de l’aspect organisationnel, le départ-lancé souhaité par Autodistribution prend la forme d’un plan d’action pour les clients, adhérents d’un des réseaux du groupe ou pas. Il s’appuie sur deux axes:

  • le premier est l’apport de solutions aux clients réparateurs sur divers aspects : hygiène et sécurité toujours, mais aussi conseils et un soutien à l’activité aux travers des multiples dispositifs mis en place par l’État, ou encore via des outils d’aide au trafic dans les ateliers, comme une campagne SMS lancée dès les premiers jours de mai.
  • Le deuxième axe est un focus sur les produits les plus demandés : batteries, pneumatiques, pièces liées au système de démarrage du véhicule, produits permettant la désinfection du véhicule, etc. Et bien sûr les prestations vidange (filtration) ou toute intervention liée au contrôle technique.

«Depuis le 25 mai, toutes nos équipes commerciales ont repris leur activité pour déployer nos actions et pour un accompagnement renforcé de nos clients», précise Frédéric Gaillard.

Compenser le déconfinement

Fort de sa prise de position durant la période de confinement et son plan de relance, Autodistribution note un très bon trend sur ces première semaines de déconfinement. Au point que Thierry Talbot constate en ce début juin une activité à +5%, voire +10% sur certains de ses sites par apport à la même période en 2019 !

En cumul annuel, le groupe avançait à fin mai un recul de 15% de son CA par rapport à l’an dernier. Si la tendance se confirme -et bien que Jérémy de Brabant veuille rester prudent au regard de la volatilité du marché comme de l’&économie toute entière- l’année 2020 pourrait ne pas être l’annus horribilis que tant d’études prédisaient il y a quelques semaines encore (voir «Rattrapage : les trois scénarii d’Autodistribution»)…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction