Les concessionnaires jugent leurs constructeurs : je t’aime, moi non plus…

 

Le CNPA a livré le 25 septembre dernier la côte d’amour des constructeurs pour 2012. Pour cette étude, pas moins de 788 responsables de concessions, représentant 25 constructeurs, ont été interrogés afin de noter leurs relations avec leur constructeur sur 22 critères. Et cette année, l’étude met en évidence une dégradation certaine du climat.

En 2012, le classement des marques généralistes donne le podium suivant : Citroën se place premier (le succès est porteur….), Nissan deuxième et Toyota troisième. Pour les marques dites spécialistes, c’est la tchèque Skoda qui arrive premier, tandis que Dacia et Chevrolet se placent respectivement deuxième et troisième. Dans la catégorie marques premium, Volvo truste la première place ; suivent BMW et Land Rover.

Les plus belles progressions au classement général sont à mettre au crédit de Dacia et Toyota, qui gagnent chacun 11 places par rapport à la cote d’amour de l’an passé. A l’opposé, Kia (-12 places), Volkswagen (-12) et Mercedes (-11) enregistrent les plus forts reculs…

Au classement général, Volvo arrive en tête, suivi de BMW et de Skoda. Par rapport à l’édition 2011, le Scandinave prend ainsi la place du Bavarois, tandis que le Tchèque gagne pas moins de 6 places au classement général !

Les points à (vite) revoir
Si les pros se déclarent en (grande) majorité de l’attractivité des gammes ou encore de la qualité des VN livrés -avec un joli résultat de 93% de satisfaits sur cet item-, ce cru 2012 de la cote d’amour des constructeurs met en exergue des points que les constructeurs doivent impérativement (et rapidement) revoir. C’est le cas notamment pour les marges dégagées par les distributeurs sur la vente de VN, où ils sont 58% à être assez, voire très mécontents…

Quant à l’activité de vente de pièces détachées, les professionnels interrogés pointent du doigt le positionnement prix des pièces proposées (51% se déclarent en effet peu, voire pas du tout satisfaits), ou encore le pourcentage de marge sur la vente de pièces de carrosserie !

E matière de VO, si l’offre de financement mériterait d’être améliorée, c’est surtout, avec 66% de peu ou pas du tout satisfaits, le prix d’achat des VO chez le constructeur qui semble poser problème…

Nécessaire évolution
Faisant écho à la lettre ouverte que le président de la branche des concessionnaires VP, Olivier Lamirault, avait envoyé aux constructeurs, les distributeurs interrogés sont 90% à estimer que le constructeur transfère ses charges vers son réseau de distribution.

Ils sont également 86% à estimer que le modèle économique du partenariat est à revoir (voir à ce sujet l’article «VN, VO, pièces et atelier: vers l’indispensable (r)évolution du métier de RA1»)… Une demande d’ailleurs reformulée dans le communiqué de presse du CNPA, lequel estime que «dans le contexte exceptionnel de 2012, les résultats de la ‘Cote d’amour des constructeurs’ organisée par le CNPA met en exergue l’absolue nécessité pour les marques de travailler en partenariat total avec leurs distributeurs, dans le cadre d’une relation équilibrée». A bon entendeur…

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction