Actualités Réseaux Internationalisation

Equip Auto 2019 – Point S annonce son déploiement en Chine

Poursuivant sa stratégie de conquête sur le continent asiatique, Point S annonce avoir trouvé un accord avec un partenaire local, le réseau Suremoov, pour se déployer en Chine. L’enseigne annonce d’ores et déjà l’objectif de 2 000 points de vente d’ici 2026.

L'un des 950 points de vente Suremoov en Chine.

L’un des 950 points de vente Suremoov en Chine.

Décidément, l’ambition internationale de Point S Group ne semble pas près de se tarir. Déterminé à imposer sa marque sur tous les continents, le groupement d’indépendants du pneumatique et de l’entretien auto dirigé par Christophe Rollet annonce avoir trouvé la voie vers le marché chinois. Après la Malaisie et l’Inde en 2016, les Philippines en 2018, Hong-Kong et Singapour en 2019, c’est désormais la Chine continentale qui s’ouvre à l’enseigne.

Point S veut sa part d’un gâteau qui grossit

Il faut dire que le marché promet. Selon Fabien Bouquet, Chief executive officer (CEO) de Point S International, «l’après-vente automobile en Chine représentait 265 milliards de dollars en 2017 et se dirige vers les 450 milliards de dollars en 2025.» Une véritable manne qui s’explique par la croissance du parc roulant, avec plus de 185 millions d’immatriculations l’année dernière et plus de 400 millions estimées à l’horizon 2025.

En outre, le parc chinois vieillit : il atteint aujourd’hui les 4,9 ans, dépassant donc la durée de garantie constructeur, qui s’élève généralement à deux ans dans l’Empire du Milieu. En outre, le marché du véhicule d’occasion explose lui aussi, avec une croissance de 18% qui vient compenser un certain ralentissement des ventes de véhicules neufs et la limitation des quotas d’immatriculation dans les plus grandes agglomérations du pays, phénomène qui laisse jusqu’à 150 millions de personnes sur liste d’attente pour acquérir un VN. «15 millions de VO devraient être vendus en 2019 selon les projections», souligne Fabien Bouquet.

Une filiale créée avec Suremoov

Le dirigeant insiste également sur l’opportunité de se déployer en Chine dès maintenant. «Le contexte législatif supportant une libre concurrence est propice, explique-t-il. En 2015, le libre accès aux plans d’entretien constructeur et la libéralisation du marché de la pièce ont été permis. Depuis 2017, l’accès aux données des véhicules, en particulier l’historique de maintenance et l’accès à l’OBD est lancé.» Aussi, une filiale dénommée Point S China a été créée avec un réseau local appelé Suremoov.

«La distribution, sur place, est très fragmentée, poursuit Fabien Bouquet. Nous avons recensé jusqu’à 400 000 points de vente mais, selon les sources, ce chiffre atteindrait les 600 000. 73% d’entre eux sont sans enseigne et seuls 9% sont franchisés. Quant aux concessionnaires, ils ne représentent que 6% des points de vente mais s’arrogent 60% du marché en valeur. Et les concepts multimarques sont relativement rares.» D’où l’idée de cette joint-venture avec Suremoov, réseau créé en 2004, spécialisé dans la carrosserie et dans l’entretien rapide.

Le concept Point S Entretien rapide privilégié

Avec 950 points de vente franchisés dans toute la Chine, établis principalement dans les plus grandes villes du pays, Suremoov fait figure de partenaire de choix. Et Christophe Rollet, directeur général de Point S Group, l’affirme : «nous souhaitons développer par ce biais le concept Point S Entretien rapide sur place et nous visons les 2 000 centres d’ici 2026, ce qui signifie plus que doubler le nombre de centres franchisés».

Deux unités pilote vont d’abord être mises en place d’ici la fin de l’année 2019. «Nous avons créé un centre de formation à l’international pour aider à standardiser les procédures : la marque Point S sera déployée comme un label», explique Fabien Bouquet. Et celui-ci de souligner que «les Chinois ont dix ans d’avance par rapport à l’Europe quant à la digitalisation du parcours client : l’enjeu, là-bas, est déjà à la mise en place de la maintenance prédictive. Mais il faudra veiller à l’adaptation du modèle économique si nous voulons rentabiliser le déploiement du concept car 20% des points de vente perdent de l’argent et 30% sont au point mort».

C’est là que l’expérience de Point S International en matière d’entrepreneuriat en franchise devrait faire ses preuves.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

Romain Thirion

Journaliste diplômé du CFJ de Paris, Romain Thirion couvre l'actualité automobile depuis 2011, et s'est spécialisé dans l'après-vente en 2012.

Particulièrement intéressé par les problématiques de réparation-collision, il suit les péripéties du secteur de la carrosserie et de l'expertise avec attention. Par ailleurs, il se fait fort de couvrir l'actualité des enseignes de centres auto, de réparation rapide et de pneumaticiens.

Depuis 2017, il est également président de l'Association des journalistes techniques et économiques (AJTE).

+33 1 41 88 09 06

rthirion@apres-vente-auto.com