Actualités Réseaux Contrôle technique & homologation

Equip Auto 2019 – SGS France rejoint officiellement le CNPA

Lors de la dernière édition d’Equip Auto, le 15 octobre dernier, SGS France, maison-mère des réseaux de contrôle technique Auto Sécurité et Securitest, a signé son adhésion au CNPA.

Eric Sarfati (à gauche), président de SGS France, et Francis Bartholomé, président national du CNPA, ont signé l'adhésion du groupe à l'organisation professionnelle le 15 octobre dernier sur Equip Auto.

Eric Sarfati (à gauche), président de SGS France, et Francis Bartholomé, président national du CNPA, ont signé l’adhésion du groupe à l’organisation professionnelle le 15 octobre dernier sur Equip Auto.

Après les groupes Dekra, Autovision et Autosur, c’est au tour du groupe SGS d’adhérer au CNPA. L’un des principaux acteurs du contrôle technique mais aussi parmi les leaders mondiaux de l’inspection, de l’analyse et de la certification rejoint ainsi une organisation professionnelle qui ne cesse de se renforcer.

Afin de mieux le faire savoir, c’est le jour de l’ouverture du salon Equip Auto, le 15 octobre dernier, que la signature d’adhésion a eu lieu, en présence naturellement des dirigeants des deux parties : Eric Sarfati, Président de SGS France, et Francis Bartholomé, Président national du CNPA.

C’est en vertu des compétences de SGS France et de son pôle Transportation que le rapprochement a pu avoir lieu. En effet, le groupe, dont l’on connaît surtout les enseignes de contrôle technique, Securitest et Auto Sécurité, est également actif dans les domaines suivants : homologation, passage de l’examen du Code de la route, systèmes d’immatriculation, inspection automobile, analyse des produits pétroliers, tests constructeurs. Entre autres. Or, voilà autant de thématiques que le CNPA, depuis que Francis Bartholomé en est président, ne cesse d’embrasser afin de continuer de se positionner en principale organisation professionnelle de la filière aval de l’automobile.

Un coup de pouce à la représentativité du CNPA

Concernant SGS France, sa volonté est d’appuyer les propositions du CNPA auprès de l’ensemble des ministères concernés par ces différentes problématiques. Petit plus non négligeable à l’heure où le sujet de la représentativité syndicale s’apprête à faire son retour sur le devant de l’actualité : SGS France constitue un adhérent de poids pour renforcer celle du CNPA sur ces questions. En effet, son pôle Transportation compte quelque 770 collaborateurs, génère plus de 4 000 emplois indirects, et dispose d’un maillage territorial important sur l’ensemble de l’Hexagone avec 2 000 centres de contrôles techniques.

SGS va donc intégrer les commissions qui sont déjà opérationnelles au sein de l’organisation professionnelle et notamment le bureau de la commission Contrôle technique. «Nous nous réjouissons d’apporter la puissance du groupe SGS France au service du CNPA, pour accompagner les évolutions stratégiques dont la France a besoin en matière de mobilité, a souligné Eric Sarfati. Cette dernière doit intégrer d’avantage les notions de développement durable et les possibilités offertes par les nouvelles technologies, ces deux éléments étant des composantes fortes de notre plan stratégique à moyen terme. »

L’analyse des NOx au contrôle technique en point de mire

Bien évidemment, c’est le sujet du renforcement du contrôle des émissions polluantes (NOx) au contrôle technique, dont l’entrée en vigueur est prévue en 2021 -et le serpent de mer du contrôle des deux-roues qui sera en discussion en 2022- qui intéressent tout particulièrement SGS France. Le groupe estime, à juste titre, que la prise en compte des investissements des professionnels et du pouvoir d’achat des automobilistes, ainsi que la sécurité routière et la préservation de l’environnement, sont majeurs dans ce cadre, impératifs que le CNPA, du fait de son poids auprès des pouvoirs publics, est plus à même de défendre.

Les questions d’économie circulaire intéressent également et de manière commune SGS France et le CNPA, attachés à ce que des mesures soient prises pour garantir la qualité et la traçabilité des pièces de réemploi (PRE). SGS France, via sa filiale Certification, souhaite ainsi poursuivre la professionnalisation des acteurs de ce marché.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction