Actualités Réseaux Coronavirus & confinement

Roady répond aux besoins urgents des véhicules prioritaires

Le réseau de centres auto du groupement Les Mousquetaires, Roady, a naturellement fermé ses magasins mais mis en place un numéro d’urgence pour répondre aux besoins urgents des véhicules des pouvoirs publics, des personnels soignants, des forces de l’ordre ainsi que des professionnels qui permettent au pays de continuer de fonctionner.

Roady, l’enseigne de centres auto d’ITM Auto, branche dédiée à l’automobile du groupement Les Mousquetaires, à réagi vite à la suite du passage au stade 3 de l’épidémie de coronavirus Covid-19. «Nos centres ont progressivement fermé au public, ne serait-ce que pour permettre à nos clients de venir récupérer leurs véhicules qui étaient déjà en réparation dans nos ateliers, explique Denis Larquier, président du réseau. Car il était inimaginable que nos clients ne disposent pas de leurs voitures en période de confinement.»

Depuis, l’enseigne a pris ses précautions pour ses collaborateurs comme pour ses clients. Conformément aux mesures de fermeture des magasins non alimentaires ou pharmaceutiques, les surfaces de retail des centres auto du réseau ont fermé mais maintenus une partie de leurs ateliers ouverts, du moins pour les motifs d’urgence. «Nous laissons en fonctionnement un numéro de téléphone destinés aux pouvoirs publics (mairies, par exemple), équipes de santé, forces de l’ordre, services d’urgence et tous ceux qui permettent au pays de continuer à fonctionner, poursuit Denis Larquier. Nous considérons que c’est une contribution normale à l’effort collectif.»

Des mesures de télétravail pour les équipes du siège

Concrètement, comment cela se passe-t-il pour une prestation d’urgence dans le réseau Roady ? «Lorsque cela est nécessaire, nous mobilisons une partie de nos équipes afin d’intervenir, souligne le président du réseau. Cela, en prenant le maximum de précautions en ce qui concerne la santé de nos collaborateurs.» Car en termes de précautions, Roady a pris toutes les mesures nécessaires depuis le passage au stade 3 de l’épidémie et à plus forte raison depuis le début du confinement, le 16 mars dernier.

«Aujourd’hui, les restrictions de circulation ne leur permettent pas de circuler aisément, surtout pour de l’entretien ʺnon vitalʺ, confirme D. Larquier. Mais, à côté de nos clients, le plus important, c’est de préserver la santé de nos équipes. En effet, nous ne voyons pas, aujourd’hui, comment adopter de réels gestes-barrières à l’intérieur des véhicules sans avoir ni masques, ni gels hydroalcooliques, ni dispositifs particuliers.» Ce qui explique pourquoi seuls les besoins urgents continuent d’être adressés.

«Nos centres ont, bien entendu, entrepris les démarches de chômage partiel, ajoute le dirigeant. En ce qui concerne nos équipes du siège, tous nos collaborateurs sont en télétravail.» Quant aux équipes d’animation réseau, bien évidemment, elles aussi ont vu leurs déplacements interrompus et mis en télétravail. «Tous nos équipes n’animation terrain sont en télétravail mais accompagnent les points de vente afin de trouver les meilleures solutions dans le contexte actuel», conclut Denis Larquier.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (Pas encore de votes)
Loading...

À propos de l'auteur

La rédaction