Actualités Réseaux Coronavirus

Santé et business : AAG prépare le déconfinement…

A quelques encablures du 11 mai, Eric Girot, directeur général d’Alliance Automotive Group, a fait le point sur les mesures prises en interne et destinées à permettre aux distributeurs du groupement de distribution et aux réparateurs sous enseigne de redémarrer sereinement leur activité dès la fin de la période de confinement. Avec d’importants investissements dans les EPI mais aussi dans les stocks…

Lundi 4 mai, Eric Girot, directeur général d’Alliance Automotive Group (AAG) a évoqué la fin de la période de confinement attendue le 11 mai prochain. Avec pour priorité la protection des collaborateurs et des clients, le groupement s’attache à préparer la reprise d’activité dans les meilleures conditions possibles.

Pour ce faire, outre la délivrance d’un guide des bonnes pratiques sanitaires fourni à chacun des adhérents et dédié à chaque métier, ou encore la nomination d’un référent covid pour chacun de ses sites les plus importants et un référent national, AAG a opéré une commande massive d’EPI, avec quelques 5 millions de masques, mais aussi des gants et du gel hydroalcoolique. Le tout avec l’appui de la Feda, soucieuse de s’assurer ainsi que l’ensemble de la distribution sera correctement pourvue dès que le déconfinement sera venu.

«Un rôle de service»

«Avec la Feda et au travers de cette offre, AAG joue son rôle de société de service, déclare Eric Girot qui précise ne pas avoir vocation à devenir distributeur de matériels sanitaire, mais être juste soucieux d’apporter son aide à l’effort collectif. «Nous souhaitons aider la profession et rassurer nos clients avec la mise à disposition d’équipements sanitaires leur permettant de redémarrer sereinement leur activité. Pour eux et pour leurs propres clients.» Ces EPI seront ainsi disponibles à un prix incluant une marge très faible, précise Eric Girot.

En ce qui concerne AAG, ses distributeurs et ses enseignes de réparation, ces kits seront délivrés gratuitement. «Les EPI sont attribués aux distributeurs sous enseigne AAG afin qu’ils puissent distribuer à chacun des leurs adhérents réparateurs un kit sanitaire pour redémarrer leur activité avec le plus de protection possible pour leurs salariés mais aussi leurs clients», précise le directeur général. 

Ainsi, ce ne sont pas moins de 2 300 kits sanitaires qui seront acheminés vers autant de garages sous enseignes Top Garage/Top Carrosserie, Précisium Garage/Précisium Carrosserie, Mon Garage/Mon Carrossier, Garage Premier, Garage&Co, Étape Auto, pour le VL et Top Truck pour les ateliers PL, leur garantissant des besoins en EPI pour un mois d’activité ! Si le but premier de cette initiative est bien sûr la protection des salariés dans les garages, c’est en même temps une façon de rassurer le consommateur ayant besoin de faire entretenir son véhicule…

Par ailleurs, AAG annonce avoir revu le process de nettoyage des pièces d’occasion dans le cadre de son offre Back2Car : chaque PRE va se voir désormais traitée avec des produits bactéricides et virucides. Ceci en vue de protéger -et rassurer- tout autant le professionnel installateur que le client automobiliste…

Prêt pour le 11 mai

Depuis le début du confinement, AAG accompagne distributeurs et réparateurs à travers une hotline dédiée principalement sur deux points : des conseils économiques d’abord, afin de les aider à obtenir les diverses aides débloquées par l’État alors que l’activité s’est retrouvée à l’arrêt avec le confinement de la population. En amont de la commande de masques et autres EPI, le groupement délivre aussi des conseils sanitaires aux ateliers et distributeurs, avec le partage de fiches de bonnes pratiques.

Mais depuis mi-avril, le groupement travaille maintenant à la réouverture progressive de l’ensemble de ses sites de distribution. «Depuis cette semaine, toutes nos plateformes Préférence, tous nos magasins en propre ainsi que les sites dédiés à la PRE sont ouverts», poursuit Eric Girot. Et les indépendants travaillent eux aussi à être pleinement opérationnels pour la date tant attendue du déconfinement.

Stocks… en stock

Pour préparer la reprise d’activité, le groupement a travaillé ses stocks tant au niveau de l’activité VL que PL. «Nous souhaitons permettre aux réparateurs de reprendre sans attendre dès le 11 mai. A cet égard, la disponibilité des pièces revêt un enjeu crucial pour la reprise», estime le directeur général qui est serein sur le sujet. AAG avait déjà initier un renforcement de ses stocks en début d’année, soit avant la pandémie, avec des commandes qui avaient précédé l’époque du Nouvel An chinois, où l’activité ralentit significativement dans l’Empire du Milieu.

Les premières commandes commencent à affluer, tandis que de nouvelles commandes passées durant la période de confinement devraient être plus rapidement stockées avec la reprise progressive des sites de production partout dans le monde. «De toute façon, la baisse d’activité depuis le début du confinement a préservé nos stocks», souligne-t-il…

Il ne constate pas non plus de tensions chez les équipementiers fournisseurs. En tout cas, pas avant que la reprise ne mette éventuellement en lumières des difficultés de production..

Un marché attendu à -20 % sur 2020…

Se projetant sur l’ensemble de l’exercice 2020, le directeur général d’AAG anticipe un recul d’activité de 20%, tous métiers confondus (distribution comme réparation). «Le secteur du PL a moins souffert de la crise sanitaire, les acteurs du TRM et les véhicules d’urgence et de première nécessité étant encore sur les routes, analyse Eric Girot. Mais la reprise devrait se faire de façon plus lente que l’activité mécanique VL qui, après un brutal coup d’arrêt, pourrait repartir sur une bonne dynamique.»

Et d’égrener les signaux positifs pour le secteur : l’automobile va vraisemblablement être plébiscitée au détriment des transports en commun (au moins dans un premier temps), et les reports d’entretien durant la période de confinement devront à un moment ou à un autre se transformer en entrées-atelier. S’ajoute à cela un coût du carburant plus raisonnable actuellement et un probable attentisme des consommateurs en termes de projet d’achat de VN qui devrait bénéficier à la rechange.

Les consommateurs seront-ils a rendez-vous ?

Reste toutefois une interrogation d’ordre social : la mise en activité partielle de la moitié des actifs travaillant dans le privé, doublé d’inévitables licenciements, pourrait aussi signifier baisse de pouvoir d’achat, et donc arbitrage des ménages. Un arbitrage rarement en faveur d’un poste contraint qu’est celui de l’entretien auto…

Quant à la réparation-collision, la reprise pourrait être plus lente à l’instar du PL : ce marché complexe, qui a enregistré une baisse d’activité de l’ordre de 80%, va certainement devoir aller chercher des marchés de niche, comme le hors assurance, pour survivre en attendant un retour «à la normale» de la sinistralité.

Laisser un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.


*


*

Note de l'article
1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (1 votes, moyenne : 1,00 sur 5)
Loading...

À propos de l'auteur

Avatar