agréments

Carrosserie Déconfinement
Conscient que les problématiques de pouvoir d'achat vont fortement impacter les Français à l'heure du déconfinement, le réseau de réparation indépendant ZeCarrossery veut s'appuyer sur ses deux chevaux de bataille que sont la franchise offerte et le carburant offert afin d'offrir une alternative économique aux automobilistes dans le cadre d'un sinistre.
A la Une Analyse
Moratoire total sur les agréments ou réévaluation de ces derniers, remise en lumière de la clause volumétrique oubliée depuis 2016, reconnaissance de la perte d'exploitation... Les organisations professionnelles concernées se tournent vers les assureurs qui, de leur côté, dépensent déjà en partie les économies que la baisse drastique des sinistralités leur a octroyé. Mais quels soutiens attendent vraiment et peuvent attendre les carrossiers dévastés par une baisse d'activité de 80% ?
A la Une Coronavirus & confinement
Le CNPA a demandé aux assureurs d'étudier un desserrement des agréments sur toute l'année 2020 -donc rétroactif au 1er janvier- pour que les carrossiers et les dépanneurs-remorqueurs puissent au moins reconstruire leurs marges sur le faible volume qu'ils peuvent encore espérer cette année. L'idée est séduisante, mais elle doit aussi paraître sulfureuse aux assureurs...
Si le principe est bien connu dans les réseaux de réparation issus de groupements de distribution et/ou d’équipementiers, l’obligation d’approvisionnement incluse aux conventions commerciales signées entre carrossiers et assureurs ou plateformes de gestion de sinistres est dans le viseur de la FFC. L’organisation professionnelle appelle ainsi ses adhérents à ne pas y céder à tout prix et de manière automatique…
Alors que la FFC Réparateurs déclarait, mi-novembre, surveiller de très près la bonne mention des clauses volumétriques dans les contrats d’agrément 2017 passés ou renouvelés entre carrossiers et assureurs, voilà que la fédération professionnelle affirme, à la suite de son département juridique, que le réparateur est « le seul à pouvoir négocier ses conditions tarifaires »…
L’année 2017 approche à grands pas et, avec elle, les nouvelles versions des conventions commerciales passées entre assureurs et réparateurs. L’occasion pour les fédérations professionnelles de veiller de près à ce que les remises réclamées au carrossier par les compagnies et mutuelles d’assurance qui les agréent soient, conformément aux recommandations de la Commission d’examen des pratiques commerciales (CEPC), conditionnées à des volumes précis d’apport d’affaires…
Un avis de la CEPC (Commission d'examen des pratiques commerciales) vient de l'énoncer : les assureurs, plateformes de gestion de sinistres et assisteurs devront bientôt se soumettre à l’obligation de mentionner noir sur blanc les clauses volumétriques dans leurs contrats d’agrément et conventions commerciales passés avec les réparateurs et dépanneurs. En clair : les remises demandées aux réparateurs devront dorénavant être proportionnées à des volumes de véhicules à réparer. Des remises négociées de gré à gré et effectuées en pied de facture, en fin d’année, ou les deux.
Situation inédite à la Réunion : la FNAA locale a tout simplement décidé d’interdire l’entrée des ateliers de ses adhérents à 3 des 10 cabinets d’expertise automobile du département d’outre-mer. Une mesure jusqu’au-boutiste que le président de la FNAA-974 a justifié dans les colonnes de nos confrères du Quotidien de la Réunion et de l’Océan Indien.  
Relaxés le 2 mai 2014 par le Tribunal correctionnel de Paris des accusations de diffamation qui pesaient contre eux, les auteurs et informateurs du site «ninobilas-nisoumise.fr» comparaissaient ce jeudi 22 janvier devant la Cour d’Appel de Paris. Nous nous sommes joints au (minuscule) public qui assistait à l’audience. Récit, (presque) comme si vous y étiez…