Allianz

À l’initiative de Mégacities Institute, le GiPA a mené une enquête auprès d’automobilistes possédant des véhicules équipés de systèmes autonomes tels que le freinage d’urgence, le régulateur de vitesse ou l’assistance au stationnement. Même si ces automobilistes émettent quelques petites des réserves sur leur utilité ou leur fonctionnement, ces équipements seront pris en compte pour le rachat d’un nouveau modèle. Quant à l’autonomie totale, la plupart sont prêts à mener l’expérience, surtout chez les gros rouleurs et les plus jeunes.
Prestation qui s’annonce de plus en plus indispensable dans le secteur de la réparation-collision à mesure que le taux d’équipement progresse, le recalibrage des systèmes d’aide à la conduite, autrement appelés ADAS, constitue un véritable obstacle à franchir pour les carrossiers indépendants, tant en termes d’investissement que de technique. Aussi, Five Star a tenu à éclairer ses adhérents lors de son 25e congrès, du 14 au 17 juin dernier à Samoëns 1 600, en Haute-Savoie (74).
En acceptant d’indemniser deux victimes d’accidents non responsables les frais de remise en état de leurs véhicules dans le cadre de procédures de recours direct, tout en omettant d’inclure l’indemnisation des frais d’expertise, Allianz et la MAAF pensaient sans doute décourager les experts indépendants de conduire des recours direct pour leurs clients… Las, la Juridiction de proximité de Lille (59) et le Tribunal d’Instance de Grasse (06) viennent de condamner les deux assureurs !
La société clermontoise Les Affranchis, spécialisée dans le conseil aux automobilistes en matière de gestion de sinistre s’est penchée sur l’ensemble des dossiers qu’elle a eus en charge depuis sa création et vient de dévoiler un tout premier baromètre des compagnies et mutuelles d’assurances les plus efficaces dans l’indemnisation des automobilistes. Un baromètre certes régional mais qui prouve que certains assureurs se sont déjà disciplinés pour répondre aux procédures de recours direct, notamment, quand d’autres continuent de jouer la montre…
Allianz a tiré le 12 avril les conclusions des six premiers mois de son offre de conduite connectée, qui permet aux automobilistes de voir réduire leur prime d’assurance s’ils conduisent “bien”, autrement dit conformément aux attentes de la compagnie d’assurance. Et selon nos confrères du journal Le Monde, la promesse de réduction de 15 à 20% de la cotisation annuelle a déjà attiré plus de 9 000 clients.  
En protestant contre les conditions drastiques de l’appel d’offres d’Allianz aux experts libéraux, le SNDEA n’aura finalement récolté qu'un courrier de son Directeur indemnisation automobile enregistrant cliniquement les arguments de la lettre de Jacques Cornut pour mieux les révoquer. L'assureur, également interpelé par l'ANEA qu'il tient tout autant à distance, n'a visiblement pas peur d'avoir ouvert deux fronts syndicaux...
Ce n'est pas en soi la résiliation massive du réseau d'experts d'Allianz qui pose problème mais plutôt sa froide violence. Les experts ne la digèrent pas. Au vu de la toute dernière lettre de l'ANEA à ses adhérents (comme de celle d'Allianz au SNDEA), le front syndical n'a pas encore pu infléchir l'assureur qui ne change ni forme, ni fond. Si révolte d'experts il devait y avoir, sera-ce par l'ANEA elle-même comme son courrier peut le laisser entendre ou au seul niveau individuel d'experts résiliés mais pas résignés ?
Alors que l’ANEA s’est élevée, en interne, contre les résultats de l’appel d’offres d’Allianz qui a laissé plusieurs dizaines de ses membres sur le carreau, le SNDEA, lui, a choisi de s’adresser directement au président du conseil d’administration de l’assureur, Jacques Richier. Une action nécessaire pour le jeune syndicat qui se veut représentatif… quitte à plaider, pour cela, la clémence d’Allianz pour ses désormais ex-experts agréés.