Altares

A la Une Conjoncture
Encore une fois, le bilan trimestriel des défaillances d'entreprises tiré par Altares montre les meilleurs résultats de décrue depuis... 30 ans. Mais une fois encore, Altares douche toute naïve interprétation. Les aides de l’État ont repoussé lesdites défaillances à la fin de l'année, début 2021 plus probablement. Reste que parmi tous les secteurs, l'entretien-réparation bénéficie d'une réelle activité soutenue depuis la fin du confinement. Mais avec le couvre-feu, pour combien de temps encore ?
A la Une Défaillances d'entreprises au 2ème trimestre
Il y a rarement eu aussi peu de défaillances d'entreprises qu'au deuxième trimestre 2020, alors même que le confinement ravageait l'activité économique comme jamais depuis la seconde guerre mondiale. Les mesures gouvernementales ont donc pleinement rempli leur rôle, mettant les entreprises en réanimation, dans le commerce et la réparation automobiles comme ailleurs. Mais combien d'entre elles sortiront convalescentes ou guéries de leur mise sous respirateur économique ?
A la Une Conjoncture
Si l’année 2019 a enregistré «un niveau de défaillances d’entreprises au plus bas depuis dix ans» comme s’en réjouit le cabinet Altares, le détail de son étude annuelle est moins positif pour le commerce et la réparation auto. Au reflux général d'entreprises en difficultés de -5,5 %, notre secteur oppose +0,6 % sur l’année et même +6,6 % au 4ème trimestre 2019. Pire, ce sont les TPE (90% des services de l’auto) qui sont en première ligne...
Sans un ralentissement croissant au fil du 2ème semestre 2018 - et surtout sans la surinfection des gilets jaunes depuis novembre dernier-, les entreprises françaises dans leur ensemble auraient sûrement pu fêter leur bonne santé en 2018. Mais les défaillances s'accélèrent depuis fin 2018. Et les acteurs de l'après-vente n'y échappent pas...