assureur

Que le réparateur propose la subrogation ou la cession de créance, les moyens de pression de l’assureur envers son assuré ne disparaissent pas pour autant. Afin de dissuader son client d’exercer son droit au libre choix ou de retarder l’indemnisation, l’assureur peut encore jouer sur la réalité du montant concerné. Sinistre prise en charge ou non ? Franchise à jour ? Vétusté du véhicule ? Autant d’informations qu’il n’est pas obligé de fournir directement au carrossier qui se retrouve alors dans l’obligation de les demander au client… qui, lui, se retrouve avec bien plus de responsabilités que prévu !

Auto Plus plaide pour le recours direct !

(3 496 vues) - 26 mars 2015 / 4 commentaires

L’article paru dans le numéro d’Auto Plus du 20 mars dernier n’apprendra rien aux professionnels dont nous n’ayons déjà parlé, mais les consommateurs, eux, ont tout intérêt à y être attentifs. Et les experts aussi : même les plus pro-assureurs d’entre eux ne pourront plus soutenir aux particulier qui les sollicitent qu’ils ont l’obligation de déclarer leur sinistre non responsable à leur assurance…
le "eCall" est appelé à devenir obligatoire en Europe sur VN et VUL neufs à partir de 2018 En France. La gestion de ces futurs appels de détresse pourraient être confiée aux assisteurs et assureurs, afin de filtrer les vraies urgences des seules avaries mécaniques qui, sinon, embouteilleront les services de secours. D'accord, mais quelles garanties contre les excès de centralisation des entrées-atelier issues de ce eCall quand il ne s'agira, à 90% en effet, que de “bCall”, c'est à dire d'une prestation simplement mécanique ?
Dans sa lettre interne n°239, l'ANEA évoque le plan d’action “RPS”, alias “risque psycho-social”. Une véritable cellule de soutien psychologique pour traiter le «mal-être» de «certains collaborateurs» face à des «exigences professionnelles renforcées, changements d'habitudes imposés et non concertés, diminution constante des moyens». S'il fallait une autre preuve de la pression des assureurs sur les experts, la voilà. L'ANEA traite certes les symptômes. Mais quand s'attaquera-t-elle enfin à la maladie ?
Un «prolongement-terrain» de la Loi Hamon sur le libre choix du réparateur : c’est ce que souhaite la FNAA en lançant son opération "Mon Carrossier Confiance". Elle s’accompagne de plusieurs engagements auxquels doivent adhérer les professionnels désireux d’y participer, l’objectif étant, selon la fédération, de permettre aux carrossiers de se réapproprier une relation-client trop longtemps usurpée par les assureurs…
Il y a informer, et informer les bonnes personnes. Ce sont deux choses différentes et AXA comme d'autres assureurs, bien que transparents dans la possibilité pour les assurés de pratiquer le recours direct, ne transmettraient pas la notice que nous reproduisions ce 22 septembre aux automobilistes les plus concernés par une indemnisation à travers cette procédure, à savoir leur propre client lorsqu'il n'est pas responsable de son sinistre. C'est ce que souligne ici même un agent général d'assurance.
L'auto de demain sera connectée ou ne sera pas. Parmi les multiples enjeux de ce "bcall", l’après-vente concurrencée n’est pas le moindre : celui qui saura répondre au besoin d’entretien au moment même où la voiture le fera savoir au conducteur aura gagné la bataille. Constructeurs comme indépendants le savent. Sans oublier un troisième larron en embuscade qui peut leur rafler une partie de la mise : l’assureur…
Alors que certaines plates-formes de gestion de sinistres « dédommagent » tout de même le fameux service à domicile qu’elles exigent de « leur » réseau de réparateurs, d’autres, comme Elexia, exigent purement et simplement que les carrossiers l’exécutent gratuitement. En échange, bien sûr, d’une augmentation de leur volume d’entrées-atelier. Si le SAD gratuit n’a rien d’une légende urbaine, cela va tout de même mieux en le montrant. Et en le prouvant, document à l’appui…
Décidément, la fièvre anti-libre choix agite même les assureurs qui, jusqu’ici, n’avaient pas encore pris part à la bataille. Gan faisait, en effet, profil bien bas par rapport à AXA et aux compagnies du groupe SFEREN. Pourtant, la filiale de Groupama n’y va pas par quatre chemins pour essayer de contourner la "loi Hamon" : elle le suggère directement à ses assurés, en leur conseillant l’expert qui va bien ! Tout en leur confirmant, toutefois, le « régime de libre concurrence » auquel « évolue désormais » la réparation automobile. Comme si ça n’avait jamais été le cas…
Les récentes chutes de grêle ont laissé un bilan impressionnant : tous comptes maintenant faits, ce sont quelque 340 000 véhicules qui ont été touchés, dont 300 000 pour la seule Ile-de-France ! 340000 véhicules ont été touchés par la grêle (photo: Carrosserie Muller à Nancy) Les épisodes de ...