Auto Sécurité

Actualités Réseaux Contrôle technique
Suite à la décision d'Elisabeth Borne, Ministre de la Transition énergétique et solidaire, de proroger de 3 mois l'échéance des contrôles techniques et contre-visites des VL, et de 15 jours pour les PL, le groupe SGS, maison-mère des réseaux Auto Sécurité, Securitest et Verif'Autos, réclame désormais une uniformisation des critères de recevabilité des demandes de chômage partiel pour les centres concernés.
A la Une Coronavirus
Devant le faible nombre de véhicules à examiner depuis le début du confinement et, dans le même temps, l'absence de décision de l'Etat quant à la fermeture de leurs centres, les principaux réseaux de contrôle technique ont écrit un courrier commun au ministère de la Santé pour réclamer la suspension des agréments centre et contrôleur pendant toute la durée du confinement ainsi que le report de 40 jours des échéances de contrôle et de contre-visite.
Comme l’ensemble des acteurs de la filière du contrôle technique, le groupe SGS et ses deux réseaux, Auto Sécurité et Sécuritest, sont certains que les nouvelles règles 2018 du contrôle vont augmenter la durée de la visite, entraîner davantage de contre-visites, et surtout alourdir le travail d’un nombre déjà limité de contrôleurs… Raison pour laquelle SGS croit dans la nécessité de former davantage de professionnels, et de s’appuyer sur le rôle prescripteur des réparateurs.
Le 1er septembre, une réunion a eu lieu au Ministère de l’Environnement, en présence des principaux acteurs et observateurs du contrôle technique en France, pour faire un bilan de la grande phase expérimentale de tests d’émissions polluantes qui a eu lieu entre 2016 et 2017. Et contre toute attente et toute logique, c’est vers le matériel de test le plus coûteux et le plus volumineux –le banc de charge à rouleaux ou banc de puissance– que la DGEC semble vouloir porter son choix pour réaliser les futurs contrôles d’émissions polluantes ! Une mesure qui, toutefois et en toute logique, devrait être repoussée à 2022…