Bernard Bourrier

A la Une Coronavirus
Devant le faible nombre de véhicules à examiner depuis le début du confinement et, dans le même temps, l'absence de décision de l'Etat quant à la fermeture de leurs centres, les principaux réseaux de contrôle technique ont écrit un courrier commun au ministère de la Santé pour réclamer la suspension des agréments centre et contrôleur pendant toute la durée du confinement ainsi que le report de 40 jours des échéances de contrôle et de contre-visite.
A la Une Coronavirus
Dans la lutte contre la propagation du covid-19, les organisations professionnelles se mobilisent toutes pour informer et soutenir leurs adhérents. Si les positions du CNPA et de la FNA sont connues depuis hier, la rédaction en a joint plusieurs autres -de la FFC à la CFEA en passant par le Métier Contrôle Technique du CNPA et le SPP- afin de connaître leur positionnement quant à l’attitude que les professionnels doivent adopter sur le terrain.
A l’occasion d’une rencontre presse sur le site d’Actia, dans l’Eure-et-Loir (27), Bernard Bourrier, président d’Autovision, a livré sa vision du prochain renforcement du contrôle technique ainsi que des démarches de pré-contrôle technique et d’Eco entretien. Le tout venant apporter du business à l’ensemble de la filière des services de l’automobile et responsabiliser l’ensemble de la chaîne, et ce, jusqu’à l’automobiliste lui-même.
Le dixième anniversaire d'Autovision PL a été l’occasion pour Bernard Bourrier, président de l'enseigne, de rappeler les enjeux de la dernière directive européenne sur le contrôle technique dans le droit français et d’exprimer ses craintes quant au décalage qui pourrait s’affirmer entre la technologie des véhicules et les moyens donnés aux centres pour les contrôler…  
Mis à nouveau en redressement judiciaire deux ans et demi seulement après le précédent, Fog Automotive espère un nouveau plan de continuation qui le mette à l’abri des fronts conjugués des concurrences industrielles exotiques, d’un marché atone, de banquiers frileux, de fournisseurs inquiets et de créanciers croissants. L'entreprise compte sur  le tribunal de commerce de Paris pour lui ré-inventer un troisième avenir en moins de 10 ans…