Bosch

Menacée par le recul du marché du diesel, l’usine Bosch de Rodez, spécialisée notamment dans la production d’injecteurs, ne supprimera pas autant d’emplois que prévu. En effet, un accord de transition pour préserver les emplois vient d’être signé entre les syndicats et la direction, afin d’éviter les licenciements et de laisser l’opportunité à l’équipementier et aux partenaires sociaux le soin de définir un projet industriel pour le site d’ici 2021.

Nordic Forum, le distributeur européen détenu par Hella, est à vendre. Deux ultimes postulants restent en lice, dont l’incontournable et insatiable LKQ, par le truchement de son implantation suédoise Mekonomen. Mais qui pourrait encore endiguer la conquête d’une Europe de la pièce que LKQ Corp s’approprie sans grand partage depuis 2011 ?

Victime collatérale du Dieselgate et de la chute du marché des véhicules diesel, l’usine Bosch de Rodez, dans l’Aveyron (12), spécialisée dans ce type de motorisations, pourrait voir son avenir conforté si l’ingénieux système de réduction drastique des NOx présenté par Bosch venait à remettre en question les politiques publiques en matière de diesel. Si, et seulement si…

Une semaine après que son président, Volkmar Denner, a présenté les résultats financiers de Bosch pour l’année 2017, c’était au tour de Heiko Carrie, président de Bosch France Benelux de tirer le bilan de l’année écoulée pour l’activité de l’industriel allemand dans l’Hexagone. Et avec 5,2% de croissance, notre pays s’est avéré très performant, en particulier pour ce qui est de la branche des Solutions Mobilité.

En perfectionnant sa technologie diesel existante, Bosch annonce avoir abaissé les émissions de NOx à 13 mg/km, soit 10 fois moins que la future réglementation européenne de 2020. Et ce, sans impacter la consommation de carburant et donc les émissions de CO2. Pour sauver le Soldat Diesel asphyxié par le Dieselgate, Bosch a sorti le grand jeu. Mais n’est-il pas déjà trop tard ?

Bouclant une année record en 2017, Bosch espère augmenter encore son chiffre d’affaires en 2018, ceci de l’ordre de 2 à 3 %. Outre l’aspect financier, le groupe allemand compte aussi sur ses innovations technologiques afin de réduire les émissions de Nox. Il développe aussi des “écosystèmes pluridisciplinaires” pour l’Internet des objets et s’investit dans nombre de secteurs émergents.

1 2 3 17