Carlos Tavares

Organisé le 14 novembre dernier, l’événement Mobility Talks de PSA a mis en lumière le positionnement nouveau du constructeur qui entend désormais être -aussi- un fournisseur de solutions de mobilité. Et a annoncé s’être adossé à Huawei pour sécuriser la data des véhicules connectés…
La voiture connectée est au coeur des ambitions de PSA. Parce que les données liées à l'après-vente doivent pouvoir permettre au constructeur de conquérir ou de fidéliser les clients automobilistes. Mais aussi parce que toutes les autres données émises ou reçues par ces véhicules connectés constituent un gigantesque potentiel de profits que le constructeur souhaite s'approprier : Carlos Tavarès en espère 300 millions de chiffre d'affaires (au moins) à horizon 2021...
Le 5 avril dernier, l'histoire de l'après-vente s'est remise en marche. Dans le cadre de son nouveau plan «Push to Pass», PSA a officialisé l'utilisation, dans sa stratégie constructeur, de l'arme jusqu'alors exclusive à la rechange et la réparation indépendantes : la pièce de marque équipementière. C'est inédit et les autres constructeurs y viendront. La grande bataille entre après-vente constructeur et après-vente indépendante vient de commencer...
Pour beaucoup d'observateurs, la stratégie qui guide PSA dans son rachat de Mister-Auto reste encore... un mystère auto. Et si la manoeuvre était plus un moyen qu'une fin en soi ? Et si PSA devenait ainsi le premier constructeur à franchir franchement le Rubicon du multimarquisme pour s'en approprier les fruits qui, pour l'heure, nourrissent et engraissent les seuls indépendants ? Depuis le temps qu'on l'annonce, l'heure de la grande offensive multimarque d'un constructeur est peut-être arrivée. Mister-Auto, un cheval de Troie ?